Billet de Gilbert Collard, Député RBM du Gard

Publié le 27 Novembre 2012

Billet de Gilbert Collard, Député RBM-FN du Gard

Gilbert-Collard.jpgL’UMP, c’est la Côte d’Ivoire, deux présidents pour un seul pays, et c’est la guerre civile des chefs de gare. Sauf que les cocus sont les militants et une certaine idée de la politique.

Et dire que chaque Arlequin rêve de gouverner la France et qu’il n’est pas capable de gérer une élection interne. Et dire que chaque candidat donne depuis des lustres médiatiques des leçons de morale sur les valeurs, la République, la Démocratie, et qu’ils s’entretuent de mots fratricides dignes des rues de Palerme à l’heure sanglante des règlements de compte entre parrains. Par l’intermédiaire des tontons porte-voix flingueurs les balles sifflent ; Fillon parle de mafia et Copé, affublé d’un avocat de service, me Spiner, ventriloque de sa propre voix, sniper nasillard gonfle le verbe au point de s’outrer jusqu’à traiter l’adversaire de « déserteur ». Guerre des baudruches gonflées de vanités personnelles.

Cette cacophonie bienvenue fait oublier les couacs d’une majorité erratique qui gouverne sans gouvernail et se fissure de l’intérieur. Pauvre France ! Cette comédie nombriliste dit plus que son ombilic. Elle révèle l’État du pays politique. Des nains qui ne voient pas plus loin qu’eux-mêmes. On devrait se réjouir, se frotter les mains, comptabiliser comme Borlo qui voit double les orphelins qui abandonnent le naufrage pour s’accrocher à son radeau : piètre vision de pitres politiques. La chose est plus grave dans sa relation avec les malheurs du temps. On assiste à la fin d une époque, à une dislocation de l’organisation politique qui affecte toute la structure, à une crise du crédit accordé aux hommes politiques qui ne sont plus des hommes d’État, mais les accompagnateurs mous d’une crise économique, morale, nationale, sur laquelle, épris d’eux-mêmes ils flottent comme des épaves perdues. Pauvre France qui perd son triple A et qui s’émeut d’apprendre que madame Pulvard perd Arnaud, avec un petit a, qui se passionne à la lecture du feuilleton où un ancien ministre et un ancien premier ministre se bombardent de billevesées tandis qu’on s’entretue en Corse, s’assassine à la terrasse des cafés, se kalachnikovise à Marseille… et que Hollande revient de Berlin berné sans budget européen. Il faut ouvrir les yeux pour regarder le cauchemar en face. La farce a assez duré ! La France mérite mieux que ces gestionnaires cacophoniques du chaos qui se partagent le pouvoir pour avoir le pouvoir sans le peuple qui n’en peut plus. Le système est à bout.

La preuve ? On désespère de la politique avec ses reniements, ses donneurs de leçons, ses vengeurs en onde spécialisés dans les meurtres médiatiques, ses idéologues obtus, ses ricaneurs rancuniers, ses fermiers généraux qui nous tondent, ses copains nommés, ses procureurs amis, ses traquenards judiciaires, ses phrases toutes faites qui emprisonnent le langage, ses combines calculatrices qui excluent plus de six millions d’électeurs, ses peurs d’affronter la réalité française que les Français subissent tous les jours silencieusement.

Il faut penser à eux, toujours à eux, cela donne de la hauteur, et oser crier de ce promontoire : il y en a marre, minables, en bas, tout en bas, on souffre !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Banro 27/11/2012 18:59


J'espère que ce billet de G. Collard sera relayé par les autres sites patriotes. (Si ce n'est déjà fait, je ne les ai pas encore tous lu) 

DURADUPIF 27/11/2012 18:48


Au début sera-t'il toujours le verbe ? Non il y a aussi l'action. Attention aux appels aux loups du rentre dedans dans le ventre mou de la Démocratie parlementariste. On démolie et on ...propose.
Pour le moment nous en sommes qu'à la démolition du bateau France. Attention de ne pas perdre l'immense prix à payer de la Démocratie qui consiterait à gagner en autorités et à perdre en
libertés.

LA GAULOISE 27/11/2012 17:12


Ou est l'Amour de la France et le souci du bien etre des français dans tout ce déballage honteux de la course au pouvoir ? On a bie compris : " ils" s'en fichent !

yves IMBERT 27/11/2012 16:52


la bonne comparaison me paraît plutôt être le film "bourrage des urnes" avec Ségolène et Martine dans les rôles principaux

henri 27/11/2012 14:37


J'ai toujours envié et apprécié M.Collard pour sa façon d'exposer les faits .


Alors je dis BRAVO !


Il est vrai qu' il est avocat ...