Blé: les experts craignent des émeutes de la faim.

Publié le 24 Août 2012

A French farmer sits in his combine as he harvests his wheat crop in Gremonville

Les prix du blé explosent, à cause de la sécheresse aux États-Unis et en Russie. La France, dont les récoltes seront abondantes, devrait tirer son épingle du jeu. Crédit Photo : PASCAL ROSSIGNOL/REUTERS

Par Eric de La Chesnais
La sécheresse aux États-Unis et en Russie entraîne une hausse des prix des céréales, qui pourrait conduire à des tensions alimentaires, particulièrement au Proche et au Moyen-Orient.

L’organisme public de collectes de données et de prospective agricoles, FranceAgriMer , vient de publier une note alarmiste sur la situation actuelle des céréales  dans le monde. Les récoltes sont mises à mal par la sécheresse  historique aux États-Unis et aussi dans une moindre mesure en Russie. «Pour la troisième fois en cinq ans, la campagne va être marquée par des prix exceptionnellement élevés. Les achats égyptiens de blé des 13 et 14 août se sont réalisés à des prix proches des 350 dollars la tonne, soit 100 dollars de plus que lors du dernier achat de la campagne précédente 2011-2012, effectuée en avril dernier», s’inquiètent les spécialistes de la filière céréalière de FranceAgriMer. «L’ajustement des bilans mondiaux se fera par l’intermédiaire d’un rationnement de la demande. Il pourrait en résulter, particulièrement au Proche et au Moyen-Orient, de nouvelles tensions alimentaires comme en 2007-2008», préviennent ces experts.

Dans les pays développés, pour faire face à cette nouvelle hausse du cours des céréales et dusoja , - le blé  ayant augmenté de 35% depuis juin -, FranceAgriMer craint que les éleveurs ne soient contraints d’abattre une partie de leur cheptel faute de pouvoir payer les aliments. Ce qui a d’ailleurs commencé aux États-Unis.

En France, le contexte est différent. L’abondante production de céréales à paille - on s’achemine vers une récolte de blé de 36,5 millions de tonnes contre 34 millions l’an dernier - et la probable bonne, voire excellente, récolte de maïs  devraient rencontrer une importante demande, tant sur le marché domestique qu’à l’exportation. De bon augure pour le solde de la balance du commerce extérieur tricolore.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Polux 24/08/2012 17:48


Exactement JP il faut faire un deal avec eux !


Par contre, ce que je ne comprend pas c'est qu'il ya quelques jours on nous annonçait, pour la rentrée, une hausse des prix de la volaille, du pain, des pâtes, enfin tous les produits
dans lesquels le blé entrait pour la fabrication.


Non seulement la récolte est bonne, mais son utilisation ne concerne pas les produits commercialisés en septembre. Car les volailles vendu en septembre n'on pa été nourries avec le blé de
cette année. Les pâtes n'ont pas été fabiquées avec la farine du blé de cette année ainsi que le pain.


Donc, questions...???


Arrêtez de nous prendre pour des jambons messieurs les spéculateurs...!!!

jp 24/08/2012 13:06


LES PAYS PRODUCTEURS DE PETROLE ,IL FAUT FAIRE PAYER 1000$ LA TONNE,LE BLE ,