Bloc-notes: aborder maintenant les sujets qui fâchent...

Publié le 23 Novembre 2013

Une anciene note d'Yvan Rioufol sur l'immigration. Elle date de 2008. C'est à dire, pas d'hier et pourtant. Nous étions sous Nicolas Sarkorzy et cette note prouve que rien depuis n'a était fait. Pire, elle prouve surtout que tout ce petit monde, de droite et de gauche, nous a enfumé de long et en large et depuis des années.

Populisme disent en coeur ces menteurs ! Et que sont-ils donc ces femmes et ces hommes qui mentent aux français et s'en mettent, pour certains, pleins les poches...

Populisme ! Vive le populisme si cela doit balayer les menteurs et les profiteurs et sortir la France des griffes de ces politiciens. Il est bon de temps en temps de raffraîchir la mémoire des français pour qu'ils réalisent que ce ne sont pas les résistants et les Français qui trahissent les partis politiques, mais bien les dirigeants de ces partis qui ont tout promis, et sans honte, rendent hommage comme l'UMP au général De Gaulle, alors même qu'ils trahissent les Français. 

Aujourd'hui, dans ma ville, le Maire UMP fait campagne en refusant d'afficher qu'il a l'investiture de l'UMP et de l'UDI. C'est ce qui s'appelle sans doute, avoir du courage politique, mais c'est surtout prendre les électeurs pour des imbéciles. Que des militants de ces partis ne comprennent pas encore, relève de la médecine ou du lavage de cerveaux.

Gérard Brazon

*****

Nicolas Sarkozy est-il à la hauteur? Des Français en doutent. À commencer par ceux qui ont voté pour lui il y a dix mois et qui se sont abstenus, dimanche. Les sept millions d’électeurs restés chez eux ont favorisé la victoire de l’opposition aux municipales. C’est moins l’hystérie anti-Sarkozy de la gauche que la désillusion muette de la droite qui est préoccupante. Une défiance s’est installée chez les déçus. Il ne faudrait pas qu’ils se persuadent d’avoir été bernés.

 

Ceux-là se moquent que le président ait renoncé, paraît-il, à porter Rolex et Ray-Ban, cette victoire brandie par la gauche-comme-il-faut. Ces faux sujets, qui passionnent nos vigies, sont consternants de platitude. Alors que le pays est confronté à des désastres économiques et culturels inédits, la majorité ne saurait, elle aussi, détourner les regards vers ces artifices. Devant une gauche fuyant les faits, la droite doit être lucide pour deux.

 

Pour le PS, tout est simple: il suffirait de revaloriser les petites retraites et d’anticiper l’augmentation du smic pour, hop!, répondre au mécontentement des gens. Cependant, entendre l’UMP, par son secrétaire général Patrick Devedjian puis sa porte-parole Nadine Morano, soutenir dès lundi cette même analyse réduite à "la France du pouvoir d’achat" fait craindre un penchant pour le confort du discours prémâché. Pressentiment confirmé quand Jean-Pierre Raffarin déclare: "L’UMP est trop à droite et doit s’ouvrir au centre." C’est contre ce complexe que le candidat Sarkozy disait vouloir lutter. Devenu président, il aura immédiatement cherché dans l’ouverture la caution de la gauche. Résultat: une majorité délaissée par sa base; des réformes en demi-teinte. "Des réformettes, des quarts de réforme, des bouts de réformes" pour l’ancien ministre Renaud Dutreil.

 

L’ancrage à droite du nouveau gouvernement est une première clarification. Mais Sarkozy ne retrouvera son électorat que s’il accepte de résoudre "les sujets qui fâchent"(1), pour reprendre le titre d’un livre qui fait converser sans tabous Alexandre Adler et Gilles-William Goldnadel (Éditions Gaswsewitch) sur des thèmes occultés. Ainsi du communautarisme, qui met en péril l’unité de la nation. C’est tout ce que la gauche aimerait dissimuler (la faillite de l’État-providence, la crise identitaire) qui devrait être pris à bras-le-corps.

  

Questions inabordables


La France est pauvre, l’État sans le sou, la croissance en berne. La modernisation de l’économie, lancée hier, ne se contentera pas de la mise en concurrence des grandes surfaces. Il est anormal que les prélèvements sociaux ponctionnent autant les salariés, que les impositions prennent le peu qui reste, que les plus entreprenants émigrent. Il est devenu vital d’alléger la machine publique, de réduire le périmètre des solidarités, de redonner de l’air aux créateurs d’emplois. Une étude de Jean-Paul Gourévitch, publiée hier parContribuables associés, assure que "l’immigration serait responsable des trois quarts du déficit public de la France". À quand l’audit officiel?

 

Sarkozy répugne à brusquer les Français. Mais a-t-il le choix? La crise financière qui ébranle les États-Unis n’épargnera pas l’Europe dont l’industrie de pointe, notamment en France, devient déjà de moins en moins compétitive face à un dollar toujours davantage sous-évalué. Une crise similaire à celle de 1929 est avancée par certains. Or un État en faillite ne pourrait résister à une récession impliquant son éventuelle intervention. La rigueur doit s’appliquer à lui-même, dès à présent.

 

Quant à l’inabordable crise identitaire, qui suscite des commentaires passionnés sur mon blog: elle désespère ceux qui observent la France se laisser bousculer par un peuplement nouveau se réclamant de ses propres origines. Le malaise ne peut se satisfaire de l’ode présidentielle à la "diversité", cet encouragement au multiculturalisme qui fragmente le pays et déboussole l’école. Les immigrationnistes, qui soutiennent cette solution, se gardent d’ailleurs d’exiger la réciprocité: les chrétiens d’Algérie subissent des discriminations qui n’émeuvent personne. Alors que l’immigration familiale a continué à croître en 2006 (+ 4,8 %), ne serait-il pas temps de s’interroger sérieusement sur ses conséquences?


Tous les peuples sont attachés à leur histoire et à leur mode de vie. Pourquoi serait-il honteux de défendre une identité française, qui mériterait néanmoins d’être préalablement définie?

Il est potentiellement explosif de vouloir jouer avec un métissage culturel qui peut être vécu comme une spoliation, voire une violence. Ce que rappelle ces jours-ci, cinq mois avant les Jeux olympiques de Pékin, l’insurrection des jeunes moines tibétains. Ils reprochent aux Chinois de favoriser une immigration de substitution aboutissant à un "génocide culturel". "La langue, les coutumes, les traditions du Tibet sont en train de disparaître", se plaint le dalaï-lama (Le Figaro, 19 mars). Le prix Nobel de la paix s’est toujours tenu à la non-violence. Comment ne pas l’aider dans son combat contre un totalitarisme qui a entrepris de nier l’existence d’un peuple? Le boycott de cette grande foire aux dopés que sont devenus les JO reste un moyen.

  

Soutenir les chrétiens d’Irak


La persécution des chrétiens en terre d’islam ne date pas de la guerre en Irak, lancée il y a cinq ans. Mais il est vrai que les catholiques d’Irak ont payé depuis un lourd tribut. Aussi est-ce l’honneur de la France, après l’assassinat de l’archevêque chaldéen de Mossoul, d’avoir accepté d’accueillir près de 500 réfugiés de cette vieille communauté d’Orient.

(1) "Conversation sur les sujets qui fâchent", en collaboration avec Clément Weill-Raynal.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 23/11/2013 16:47


Faut nous lâcher les BASKETS avec SARKO qui a fait la preuve du beau causeur qui non seulement n'a rien fait de positif mais dont les CONNERIES MAGISTRALES ne se COMPTENT PLUS.! Elles sont
énormes avec on LAXISME vis à vis de l'IMMIGRATION, sa TRAÏTRISE concernant l'entrée de la TURQUIE  dans l'U. E.  son LAISSER ALLER vis à vis des BANLIEUX qu'il devait nettoyer au
KARCHER .... etc ... Etc .... UN PUR "M'AS TU VU" NÉFASTE à TOUS POINTS de VUE .! Il faut essayer du NOUVEAU TOTAL et, ce n'est pas dans le PADDOCK des VIEUX CHEVAUX de RETOUR qu'on trouvera
celui ou celle qui nous sortira de l'INFECTE MERDIER dans  LEQUEL NOUS SOMMES GRÂCE à LA DROITE PRÉ-HOLLANDIENNE .... UNE BANDE DE TARÉS INDÉCROTTABLES dont la FRANCE ne PEUT RIEN ATTENDRE
de BON, BIEN AU CONTRAIRE QUE DE S'ENLISER ENCORE PLUS AVEC L'ISLAMOBIENPENSANCE POUR TOUT HORIZON ... ! Vive la "MARINE" ... Droit Devant .!

marie-plume 23/11/2013 12:09


Mais oui! C'est authentique! Sous le règne de cet auguste personnage qui se glorifiait d'avoir voulu " devenir Président de la République après avoir assisté au 14 juillet.." juché sur les
épaules de son père, on a vu , et apprécié!, ce qu'il a pu retenir de l'héritage du Général De Gaulle lorsqu'il a, enfin, et après moult magouilles!, accédé à la fonction suprême! Horreur et
damnation! Merci M. Brazon, et aussi M. Rioufol qui, en son temps, doutait déjà de la stature présidentielle de ce président uniquement préoccupé de ses amours, de ses Ray Ban, de sa Rolex, et
pas du tout du sort de la France... Son successeur ne fait pas mieux, mais est-ce une surprise? Ces gens-là, sont les fossoyeurs de notre pays, et de ses plus nobles aspirations et valeurs
républicaines. Je vois, et j'entends nombre de personnes qui ne voteront jamais plus pour ces indignes personnages!  Enfin! Gratias!