Bonnet d’âne pour les Grandes Gueules ! Par Fabien Engelman

Publié le 20 Avril 2014

À l’occasion de la sortie du livre que j’ai écrit, Du gauchisme au patriotisme, édité par Riposte laïque, nous avons eu droit, grandeur nature, à un décodage du fonctionnement d’une certaine presse – papier, radiophonique et télévisuelle.

Par Fabien Engelman

Premier épisode : l’AFP, dont le journaliste Guillaume Daudin a lu, lui, le livre, produit une dépêche intitulée « Le maire FN d’Hayange livre un réquisitoire anti-islam dans son autobiographie ». Certes, j’ai évoqué la religion musulmane dans cet ouvrage, en quelques lignes, sans doute fort critiques, mais qui ne dépassent pas quelques phrases. J’ai par ailleurs attaqué un dogme, comme le fait régulièrement le philosophe Michel Onfray, et pas des personnes.

Mais c’est très loin d’être l’essentiel d’un livre qui évoque mon itinéraire militant, celui d’un ouvrier qui a milité à Lutte ouvrière, puis à NPA, a monté une section syndicale CGT à Nilvange, avant de rejoindre le Front national, et de gagner l’élection municipale d’Hayange.

Pourtant, simplement sur la foi d’une dépêche AFP, par dizaines, des journalistes vont relayer cette information, faisant souvent un simple copier-coller, sans prendre la peine de m’appeler. Certains feront l’effort de changer le titre, en faisant de la surenchère, comme Libération, qui se ridiculisera en parlant d’une avalanche de propos anti-islam et anti-immigrés, rien de moins !

Toujours sans avoir lu l’ouvrage, une association dite antiraciste de Moselle fera savoir qu’elle s’interroge pour savoir si elle va déposer plainte. Un site musulman encourage ouvertement les associations à aller au tribunal.

Mais ce sont « Les Grandes Gueules », dont aucun intervenant n’a bien évidemment lu l’ouvrage, qui se surpasseront dans le lynchage de ma personne, de mon livre et même de mon éditeur, traité avec un rare mépris. Mes propos seraient indignes d’un maire, comme si le fait d’être élu démocratiquement devait restreindre la liberté de parole. J’aurais, ainsi que Gilbert Collard et Robert Ménard, des troubles psychologiques graves, et mes électeurs seraient des personnes en souffrance n’ayant pas réglé « un certain nombre de trucs ».

Voilà ce que déversent, suite à une simple dépêche AFP, certains animateurs des « Grandes Gueules », dont un enseignant qui n’a pas lu mon livre !

Dans la vidéo ci-dessous, où on peut profiter de ce qui s’apparente à une exécution médiatique, Christine Tasin estime que les Grandes Gueules sont des ânes… je me contenterai de leur en attribuer le bonnet. Ce qui ne m’empêche pas de rester disponible pour répondre à leurs questions, s’ils se décidaient à m’en poser, afin d’offrir enfin à leurs auditeurs un autre son de cloche (de Pâques…).

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article