Bordeaux: l'enseignant agressé veut un entretien "constructif" avec Peillon. Préface Gérard Brazon

Publié le 14 Septembre 2012

On ne sait pas si l'on doit en rire ou en pleurer. On ne sait pas si ce professeur est un simple d'esprit ou un bienheureux. On ne connait pas son engagement politique mais on peut facilement s'en douter sans trop de risque. Tout ce ce que l'on sait finalement, c'est que le message qu'il envoie n'est ni plus, ni moins qu'une autorisation à taper sur un prof. Alors oui, ce qu'il affirme aujourd'hui est tout simplement scandaleux...

Gérard Brazon

Même la gueule dans le mur, la tronche éclatée et la vaseline à portée de main de l'agresseur, tous ces bien-pensants n'auront de cesse de prôner la culture de l'excuse et PAS D'AMALGAME! PAS D'AMALGAME! Encore un article à archiver dans le dossier "novlangue" et "déni".

Danielle Moulins

**** 

Christophe, 36 ans, qui n'a pas souhaité donner son nom, a expliqué être "totalement indemne" physiquement mais "très amer" moralement, 48 heures après son agression, due selon lui essentiellement à un "raidissement" momentané de son élève, en proie à des difficultés familiales et personnelles. 

"Il ne m'a pas cassé la gueule, mais il m'a brisé le coeur", a déclaré l'enseignant, qui dit éprouver un "sentiment de trahison" de la part d'un élève qu'il apprécie particulièrement, et qui en plusieurs occasions par le passé l'avait même aidé à "tenir la classe". (Plus bien pensant tu meurs, plus bobo que ce prof relève de la maladie. Pitoyable. ndlr Gérard Brazon)

L'enseignant d'histoire-géographie et lettres, au lycée professionnel Trégey de Bordeaux, a reçu plusieurs claques et coups de poing, ainsi qu'un coup de tête, de la part d'un élève de 18 ans, après une altercation lors d'un cours.

L'élève a été interpellé et doit faire l'objet d'une comparution dans les prochains mois devant le tribunal correctionnel pour "violences sur personne chargée d'une mission de service public et dégradations".

 

Le désaccord entre l'élève et l'enseignant est intervenu au détour d'une réference au système politique du Maroc, dont la famille de l'élève est originaire, lors d'un cours sur le "fait religieux en France depuis 1880".

Mais, assure Christophe X., "cela a éclaté sur cela, cela aurait pu éclater sur n'importe quoi d'autre", tant il avait senti son élève "plus tendu, plus susceptible, plus agressif" ce jour-là. Le détonateur, selon l'enseignant, est lorsqu'il a indiqué à l'élève qu'il saisirait ses parents.

Le professeur a dit avoir revu son élève à l'issue de la garde-à-vue de ce dernier, et lorsque celui-ci lui a présenté ses excuses, il a eu "l'impression de voir Dr Jekyll et M. Hyde" par rapport à l'agresseur.

Pour autant, l'enseignant a indiqué ne vouloir "ni minimiser, ni exagérer" l'importance du sujet du cours, c'est-à-dire le fait religieux.

Cela renvoie selon lui à des "problématiques complexes": "la croyance et le savoir", "l'autorité", la "laïcité" à l'école, qu'il souhaiterait aborder avec le ministre, et provoquer si possible un débat, a-t-il ajouté.

"Je ne suis pas de nature à me laisser abattre", a-t-il dit, affirmant aussi vouloir "éviter à tout prix une récupération politique" de son incident.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

j.csd 15/09/2012 11:33


 Le commentaire de Marie-Claude est tronqué


ici en totalité


L’été a focalisé notre attention sur la politique économique et sociale du gouvernement et les désastres industriels qui menacent la France. De ce fait, l’occasion ne nous a pas été donnée
d’étudier en profondeur ces sujets fondamentaux que sont l’immigration et l’insécurité et les réponses qu’entendent y donner les socialistes.

Valls et Taubira, l’Intérieur et la Justice. Deux ministères régaliens et dont l’efficacité est donc primordiale.

Valls, c’est celui qui ne peut pas nier l’ampleur de l’immigration, puisqu’alors maire d’Evry, il voulait plus de « blancs, de white, de blancos » pour ses plans com’. Le constat, il l’a fait, il
sait. Maintenant qu’il est ministre de l’Intérieur, il applique les dogmes socialistes à la lettre et la réalité vécue par l’ancien élu local est oubliée. Si d’aucun le comparaît à Sarkozy dans
son style, c’est bien dans les actes que nous leur trouvons une ressemblance : ça parade devant les caméras, mais ça décampe face aux faits.

Les quelques démantèlements de camps Roms ne sont que de la poudre aux yeux. On déplace juste les problèmes pour persuader d’une volonté réelle d’agir, mais au final rien n’est résolu. Au
contraire, pendant ce temps Valls continue d’amplifier les appels d’air à une immigration massive, en maintenant et en facilitant l’accès à l’Aide Médicale d’Etat pour les clandestins, en
persistant à vouloir lever les mesures de restrictions à l’accès au travail pour ces populations, quand nous nous acharnons à exiger la priorité nationale, dans ce pays où vivent plus de 5
millions de chômeurs.

Taubira, lors de l’annonce de la composition du gouvernement Ayrault, c’était l’une des plus mauvaises surprises. Marine Le Pen l’avait aussitôt désignée comme « le modèle même de la défense du
communautarisme, le symbole du sectarisme, et l'égérie de l'indépendantisme ».

Pour l’instant elle ne nous a pas déçus, elle est l’incarnation du gaucho-laxisme. Non, Christiane Taubira ne chassera pas les délinquants et les criminels, elle ira à leur chevet, s’assurera de
leur confort, de leur réinsertion. Leurs victimes ? Pas à l’ordre du jour ! La circulaire diffusée aux magistrats est éloquente. N’incarcérez plus, ne condamnez plus, ne punissez plus :
comprenez, libérez ! Voilà les directives de la Garde des Sceaux. Affligeant et inquiétant. La dernière trouvaille, c’est le début ce jour même, après les Jeux Olympiques et les Jeux
Paralympiques…des Jeux Pénitentiaires. Décidément, la prison ça n’est plus ce que c’était.

Un événement a été particulièrement symbolique de la déconnexion commune des deux ministres. Deux jours après une fusillade dans une discothèque de Lille par le multirécidiviste Fayçal Mokhtari,
Manuel Valls promettait de lutter contre la prolifération d’armes de guerre sur le territoire français, sans jamais évoquer la maîtrise de nos frontières. Taubira, elle, n’était pas aux côtés des
familles des victimes, mais assistait à un concert avec les prisonniers du centre pénitentiaire de Sequedin, à quelques kilomètres.

Les cinq années à venir vont connaître l’aggravation d’une situation qui avait déjà été rendue critique par les années Sarkozy. La liberté des criminels plutôt que votre liberté, leur sécurité
avant la vôtre, leur confort avant votre sérénité : c’est ce qu’ils vont vous faire subir, c’est ce contre quoi nous vous promettons de lutter.

christophe 14/09/2012 22:55



Suis d'accort avec vous LMarie-claire, Peillon lui demandera d'oublier cet "incident" pour garantir  la paix sociale
et pour ne pas stigmatiser cette chance pour la France. Il faut espérer que d'autres vont subir le même sort. C'est tout ce qu'ils méritent puisqu'ils continuent à les défendre...

LMarie-claire Muller 14/09/2012 19:26






Valls, Taubira... Comment ils vont organiser votre
insécurité



 




 






L’été a focalisé notre attention sur la politique économique et sociale du gouvernement et les désastres industriels qui menacent la
France. De ce fait, l’occasion ne nous a pas été donnée d’étudier en profondeur ces sujets fondamentaux que sont l’immigration et l’insécurité et les réponses qu’entendent y donner les
socialistes.


Valls et Taubira, l’Intérieur et la Justice. Deux ministères régaliens et dont l’efficacité est donc primordiale.


Valls, c’est celui qui ne peut pas nier l’ampleur de l’immigration, puisqu’alors maire d’Evry, il voulait plus de « blancs, de
white, de blancos » pour ses plans com’. Le constat, il l’a fait, il sait. Maintenant qu’il est ministre de l’Intérieur, il applique les dogmes socialistes à la lettre et la réalité
vécue par l’ancien élu local est oubliée. Si d’aucun le comparaît à Sarkozy dans son style, c’est bien dans les actes que nous leur trouvons une ressemblance : ça parade devant les
caméras, mais ça décampe face aux faits.


Les quelques démantèlements de camps Roms ne sont que de la poudre aux yeux. On déplace juste les problèmes pour persuader d’une volonté
réelle d’agir, mais au final rien n’est résolu. Au contraire, pendant ce temps Valls continue d’amplifier les appels d’air à une immigration massive, en maintenant et en facilitant
l’accès à l’Aide Médicale d’Etat pour les clandestins, en persistant à vouloir lever les mesures de restrictions à l’accès au travail pour ces populations, quand nous nous acharnons à
exiger la priorité nationale, dans ce pays où vivent plus de 5 millions de chômeurs.


Taubira, lors de l’annonce de la composition du gouvernement Ayrault, c’était l’une des plus mauvaises surprises. Marine Le Pen l’avait
aussitôt désignée comme « le modèle même de la défense du communautarisme, le symbole du sectarisme, et l'égérie de l'indépendantisme ».


Pour l’instant elle ne nous a pas déçus, elle est l’incarnation du gaucho-laxisme. Non, Christiane Taubira ne chassera pas les
délinquants et les criminels, elle ira à leur chevet, s’assurera de leur confort, de leur réinsertion. Leurs victimes ? Pas à l’ordre du jour ! La circulaire diffusée aux magistrats est
éloquente. N’incarcérez plus, ne condamnez plus, ne punissez plus : comprenez, libérez ! Voilà les directives de la Garde des Sceaux. Affligeant et inquiétant. La dernière trouvaille,
c’est le début ce jour même, après les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques…des Jeux Pénitentiaires. Décidément, la prison ça n’est plus ce que c’était.


Un événement a été particulièrement symbolique de la déconnexion commune des deux ministres. Deux jours après une fusillade dans une
discothèque de Lille par le multirécidiviste Fayçal Mokhtari, Manuel Valls promettait de lutter contre la prolifération d’armes de guerre sur le territoire français, sans jamais évoquer
la maîtrise de nos frontières. Taubira, elle, n’était pas aux côtés des familles des victimes, mais assistait à un concert avec les prisonniers du centre pénitentiaire de Sequedin, à
quelques kilomètres.


Les cinq années à venir vont connaître l’aggravation d’une situation qui avait déjà été rendue critique par les années Sarkozy. La
liberté des criminels plutôt que votre liberté, leur sécurité avant la vôtre, leur confort avant votre sérénité : c’est ce qu’ils vont vous faire subir, c’est ce contre quoi nous vous
promettons de lutter.



 



S. Dekerle 14/09/2012 18:55


Mais quand vont-ils comprendre? QUAND?

LMarie-claire Muller 14/09/2012 18:50


Des excuses pour ce taré? et sans doute Peillon lui demandera d'oublier cet"incident" pour garantir  la paix sociale,pour ne pas stigmatiser cette chance pour la France, qui était sans doute
de mauvais poil et bla bla bla!NON FAUT ARRETER LA CONNERIE ENVERS LES CORANERIES!!Encore un qui s'aplatit devant les colonisateurs,si c'était un jeune fds il n'aurait pas pris autant de
précautions BIEN FAIT POUR LUI IL EST TROP CON!!!!!!!!!!!!!!!!

marco 14/09/2012 18:49


Peut-être que ce prof aime les coups ?