Boston : L' Humour Noir et la Fausse Naïveté de Barack Obama..sont inquiétants.

Publié le 21 Avril 2013

Boston, humour noir…

Terroristes Boston

Obama et tous ceux qui jouent les faux naïfs nous resservent, en 2013, le chant de ces sirènes « pacifistes » qui livreront l’Europe et ses populations à la botte hitlérienne. 

On connaissait l’humour juif, l’humour de l’autodérision.

Désormais, à la suite de l’action djihadiste meurtrière de Boston, qui a vu deux frères ayant passé la majorité de leur vie aux USA décider froidement d’assassiner et/ou mutiler un maximum de leurs « compatriotes », -au moyen de bombes de la variété hezbollah, avec de l’explosif, des boulons, des clous, des lames de rasoirs- nous avons été spectateurs terrifiés de sa déclinaison obamiste : de « l’humour noir », devant  un massacre d’innocents.

On en connaissait une autre variante, d’humour noir. Mais ici, il s’agit d’une forme de déni gouvernemental d’une vérité factuelle gênante, à savoir : que l’islam est redevenu partout djihadiste ; que l’islam est redevenu partout conquérant.

Partout, de ses sectataires s’en prennent à la vie quotidienne. Partout, ils reprennent la voie du combat, pour son expansion et pour la domination de la charia.

Dans les différents pays, des jeunes gens, pas spécialement malheureux, plutôt cultivés mêmes et intelligents, ayant souvent acquis la nationalité du pays -qu’ils définissent comme un champ de bataille « Dar el harb » (pays de la guerre) pour vaincre les impies, Juifs, Francs-maçon, communistes, socialistes, libéraux, chrétiens, athées, « idolâtres » (bouddhistes, animistes…), musulmans trop tièdes- décident de passer des armes de la critique à la critique des armes.

En douze ans, on aura assisté à ces combats djihadistes sur un champ de bataille s’élargissant chaque jour. Rappelons ici quelques unes de ces offensives : New York (les tours jumelles), Londres et à Madrid (le métro), Monbassa (l’ambassade es USA) ; sans parler du harcèlement meurtrier, quasi-quotidien, des Papous du Timor occidental, des Coptes égyptiens et des chrétiens du Nigeria ; sans parler du djihad à faux-nez séparatiste : en Thaïlande, en Birmanie, en Chine (région turcophone des Ouigours) ; sans parler du Darfour et des marges du Sud-Soudan…Sans parler de ce qui se camoufle sous la fausse barbe de la délinquance banlieusarde (La Villeneuve de Grenoble, Amiens, Grigny…).

Revenons à notre affaire d’humour noir

Les assassins de Boston sont deux frères, deux Tchetchènes. L’un d’eux était devenu citoyen américain. Tous deux, comme notre « toulousain » tueur d’enfants juifs et des soldats français originaires d’Afrique du nord, ont suivi un entraînement militaire djihadiste.

L’un d’eux avait été repéré et interrogé (ici par le FBI). Comme le « toulousain », le nouvel américain est sorti innocent, comme l’agneau venant de naître, de son interrogatoire, sans suite et sans ennui. Il n’était qu’un brave bougre de musulman originaire de Tchétchènie, rien de plus.

Comme le toulousain, l’américain s’était aussi singularisé par un comportement violent ; chez l’américain, rien de grave, que du banal pensera-t-on et que du non-inquiétant : il s’agissait de violences domestiques, des brutalités, des coups sur la personne de la femme qui lui servait d’objet et d’exutoire sexuel…

Comme pour le toulousain, l’américain et son frère toujours tchetchène, bénéficieront de la complaisance des médias traquant « l’extrême droite »

Notre brave bougre d’Obama, encore Président de son état, s’est interrogé : comment des jeunes hommes ayant vécu parmi nous peuvent-ils nous faire cela ? C’est in-con-pré-hen-sible…Incompréhensible, dîtes-vous Monsieur le Président ? Vous avez encore quelque chose là où se trouve le cerveau ?

Obama est, -face au danger qui est devenu actes assassins, crime de masse- comme le Maréchal Bazaine qui, en 1870, avait perdu son armée et perdra la France…

La presse, celle qui n’est pas hypnotisée par l’idéologie suicidaire, dite « antiraciste », dite « ouverture sur le monde et sur sa diversité », idéologie dite « ouverture sur la diversité telle qu’elle est, et telle que nous devons l’accepter sous peine de restaurer l’Europe xénophobe de 1930, même si ses manifestations quotidiennes nous dérangent et remettent en cause notre mode de vie», la presse – celle qui n’est pas fascinée par idéologie suicidaire- pointe l’irresponsabilité et l’aveuglement volontaire manifeste de l’équipe Obama.

Elle résume bien : il s’agit d’un aveuglement et d’une impotence organisés, ligotant le pays devant la menace qui vient de repasser à l’attaque. Elle prête à Obama ce trait d’humour noir involontaire : Les assassins de Boston ne sont pas des musulmans terroristes, ce sont des terroristes musulmans ».

La semaine passée, tandis que l’enquête américaine continuait, alors qu’elle refusait de conclure sur la nature du crime et son origine, pendant que les médias pointaient le « lobby des armes à feu », un prédicateur salafiste égyptien n’y allait pas par quatre chemins lui.

Foin de précautions sémantiques

Interrogé par une télévision, l’homme de « religion » expliquera crûment, que ce qui s’était passé à Boston était très bien, que c’était une juste et belle bataille (avec un enfant tué et des centaines de personnes amputées, dont un autre enfant) « ayant mis des moudjahiddins aux prises avec les Juifs et les impies, avec les communistes, les athées, les chrétiens et tous les autres…».

Bref, l’homme de « religion » prédisait d’autres justes et nobles batailles du type Boston, dont l’islam devrait tirer fierté.

Il précisait son propos. Il annonçait que la France -ayant engagé le combat contre l’islam, en se positionnant au Mali comme ennemi de la «noble religion »- les nobles moudjahiddins allaient lui faire connaître le sort des bostoniens.

Al Qaida au Magrheb islamique vient d’ailleurs de publier un communiqué, déclinant ces menaces de l’homme de « religion » égyptien.

Obama joue-t-il les naïfs, ou est-il impotent politiquement et intellectuellement ?

Comment est-ce possible ? continue-t-il de faire semblant de se demander.

Comment est-ce possible ?

Il n’est qu’à ouvrir et lire jusqu’au bout le manifeste des « moudjahiddins », leur « mein kampf »/ « mon combat », la charte incréée de l’idéologie de la charia, on verra tout de suite, comment il est possible que Boston se soit produit, après Monbassa, après Londres, après Madrid, après…

Obama et tous ceux qui jouent les faux naïfs nous resservent, en 2013, le chant de ces sirènes « pacifistes » qui livreront l’Europe et ses populations à la botte hitlérienne.

Jusques à quand ? Telle est la question.

Alon Gilad – rédaction israel-flash

Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2013/04/boston-humour-noir/#ixzz2R2FEQpEF

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Claude Germain V 21/04/2013 20:11


En tant que musulman AVANT TOUT , mais non pratiquant ........, il ne peut de face attaquer et critiquer sa religion ...Il a fait autrefois une pseudo conversion vers une "eglise" chretienne ,
conversion de complaisance ....Normalement IL EST APOSTAT ??? .......mais la communauté musulmane ne peut le critiquer etant donné qu'il oeuvre et travaille ....pour elle ...


Donc nous assistons a un compromis de complaisance entre 2 pseudos religions ....ce qui permet a l'homme de travailler tranquillement a la transformation de la société occidentale ,exactement
comme le ferait une cinquieme colonne ...


Dans l'affaire des attentats de Boston le systeme journalistique a eu le temps tres rapidement de devoiler l'origine des assassins, maintenant LE POURQUOI DE LA CHOSE SERA PLUS OU MOIN GOMME
VOIRE EFFACE PAR LES SERVICES OFFICIELS , ET CELA SE FERA SOUS LE PRETEXTE DE NE PAS EXITER LA POPULATION ENVERS LA COMMUNAUTE MUSLIMS , Qui elle, pourra pour certains continuer a oeuvrer pour le
bienfait de l'humanité mecreane .......