Bruxelles propose douze mesures pour mieux faire aimer l'Europe. Désolant....

Publié le 9 Mai 2013

Rien d'extraordinaire! La seule mesure qui pourrait rendre populaire cette Europe serait son autodilution. 

****** 

"Nous prenons aujourd'hui des mesures pour renforcer les droits qu'ils exercent dans des situations quotidiennes telles que la recherche d'un emploi, les achats en ligne ou la participation au processus décisionnel européen", a expliqué la vice-présidente chargée de la justice Viviane Reding, à la veille de la Journée de l'Europe.

 

LA PROMESSE DE "MESURES CONCRÈTES"

 

Dans son communiqué, la Commission promet une "offensive politique", avec la mise en place de "mesures concrètes", comme la création d'une "carte européenne d'invalidité". Celle-ci permettrait aux 80 millions de personnes handicapées de profiter de leurs avantages nationaux, comme l'accès aux transports ou à la culture, dans toute l'Union européenne.

 

Mme Reding souhaite également améliorer les modalités de règlement des litiges transfrontaliers portant sur des sommes modestes lors d'achats faits en ligne ou dans un autre pays de l'Union, afin d'aider les consommateurs à récupérer rapidement leur argent.

 

Elle veut également permettre aux citoyens de l'Union de conserver leur droit de vote aux élections nationales dans leur pays d'origine.
 

 

"La pratique observée dans certains Etats membres, consistant à priver leurs ressortissants de leur droit de vote après qu'ils se sont installés dans un autre pays de l'Union, revient dans la pratique à sanctionner ces citoyens pour avoir exercé leur droit à la libre circulation", a-t-elle déploré.

 

*********

 

Désenchantement, désillusion, défiance... La note qu'accordent les Français à l'Union européenne s'est sévèrement dégradée. Ainsi que le notait le supplément "Europa" publié par six grands quotidiens européens, dont Le Monde, mesurant l'évolution du degré de méfiance envers l'Union dans les six grands pays européens, la crise a attisé les doutes des citoyens européens (Le Monde du 25 avril).

 

La France n'y échappe pas. La récente étude réalisée par BVA pour Le Parisien et l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) donne la mesure du fossé qui s'est creusé entre les Français et l'Europe au cours de la dernière décennie (enquête réalisée les 14 et 15 février auprès d'un échantillon de 1 069 personnes). Jamais, depuis dix ans que l'institut mesure la question de la confiance en l'Europe, celle-ci n'a été à un aussi bas niveau : 38 % – contre 37 % qui y voient une source de crainte –, alors qu'elle était de 61 % en octobre 2003 et de 50 % en décembre 2011.

 

"EUROPHILIE DÉÇUE"

Sanctionnées, l'inefficacité de l'Union, l'absence de solutions proposées par les institutions européennes face aux effets de la mondialisation et en réponse à la crise : 75 % des personnes interrogées jugent l'UE inefficace, contre à peine 25 % qui la trouvent assez efficace.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Marie-claire Muller 10/05/2013 19:05


Désistement de Valls et Vallaud-Belkacem : une "décision regrettable" pour les organisateurs du congrès
Le Monde.fr | 06.05.2013 à 20h27 • Mis à jour le 07.05.2013 à 14h14



Abonnez-vous
à partir de 1 €  
Réagir Classer Imprimer Envoyer

Partager facebook twitter google + linkedin








Selon les informations du Monde, Manuel
Valls, ministre de l'intérieur, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre du droit
des femmes et porte-parole du gouvernement, ont annulé à la dernière minute leur participation à un forum européen, organisé à Florence (Italie), en raison de la présence – dont ils n'auraient pas été informés – de Tariq Ramadan, universitaire suisse, contesté pour ses positions jugées complaisante vis-à-vis de l'islamisme.


Ce forum, baptisé "The State of the Union" ("L'Etat de l'union", en référence au discours annuel prononcé par le président américain), est organisé par l'European University Institute en partenariat avec Le Monde et le Financial Times. Il réunit des personnalités politiques
et intellectuelles européennes pour discuter de l'Europe et de son avenir.


De nombreuses personnalités politiques de premier plan sont présentes à ce forum, de l'italien Mario Monti au président de la commission européenne, José Manuel Barroso,
en passant par l'ex-ministre britannique David Miliband. Egalement invité, Bruno Le Maire
(UMP) explique au Monde.fr qu'il maintient sa participation, et précise : "Je n'ai pas l'habitude de céder la place à des gens
dont je ne partage pas les idées : je les combats."


"UNE DÉCISION REGRETTABLE"


Informé directement du désistement des deux ministres lundi 7 mai en fin de journée, l'European University Institute a déploré "une décision regrettable", d'autant plus que la
participation de Tariq Ramadan était connue de longue date. Responsable de la
communication de l'Institut, Stephan Albrechtskirchinger rappelle que Tariq
Ramadan est un professeur à l'Université d'Oxford à "l'autorité académique indiscutable".


Lors de cette 3e édition du State of Union, l'European University Institute doit se pencher sur les conséquences de la crise financière, en particulier sur la gouvernance de
l'Europe. A ce titre, Najat Vallaud-Belkacem était appelée à intervenir sur la question des droits de la femme, tandis que Manuel Valls devait
prendre part à une table ronde sur l'avenir de la citoyenneté européenne. De son côté, Tariq Ramadan participera à un débat sur le thème
"Migration, identité et intégration", où la question de l'intégration de l'Islam sera notamment abordée.


Pour M. Albrechtskirchinger, c'est le rôle d'une université européenne que "cette réflexion [sur l'avenir de l'UE] puisse progresser", mais au-delà de "garantir l'indépendance de la recherche
et la liberté d'expression". Ce que défendait également mardi matin un professeur de l'Institut, en citant la phrase attribuée à Voltaire par Evelyn Beatrice Hall : "Je ne suis pas
d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous
puissiez le dire."

FRANHENJAC 10/05/2013 02:28


J´ai mis trois affaires devant la CEDH. Une affaire fut refusée à ma grande déception, car j´avais mis tous mes espoirs dans cette cour, je croyais encore en elle.


Je n´ai pas encore de réponse pour les 2 autres affaires, et n´attends plus rien de positif.


Je constate simplement,  que cette cour est toute aussi pourrie et corrompue que les autres.  Si j´avais engagé mon fric investi dans ces procès,  à l´intention de la maffia russe,
j´aurais obtenu  un travail des plus propres, et je n´aurais pas engraissé des avocats,  des juges,  etc...


Ces procès se passaient sur le sol allemand,  preuve que les pourris et la corruption se trouvent partout...


Je peux m´imaginer que le murs des cons, n´ est pas seulement une invention francaise, et que j´ y figure ici quelque part en Allemagne !!    et,  également dans les sous sols
de la CEDH.


Au fait,  je crois que je vais leur demander, par écrit bien sûr...pourquoi pas ? ils vous font poirotter jusqu´au maximum  ...pour  vous dire NON...c´est marrant un truc comme
ca....un jeux sympa...seulement pour I.N.T.E.L.L.E.C.T.U.E.L.S...bien SÛR !


 

yves IMBERT 09/05/2013 10:18


Face à l'incompatibilité entre le marxisme et l'entreprise j'ai été pro europe pour débloquer le systéme mais j'ai constaté que les cerveaux décébré de nos "zélites" se trouvé à l'identique chez
nos voisins, j'en conclus donc que l'europe ne sert qu'a ajouter des contraintes et ne facilite rien


Dans le domaine du droit il suffit de comparer le déni de justice de la CEDH envers les entreprises  et celui de la Cassation pour constater l'identité et donc l'inutilité de la CEDH

island girl 09/05/2013 10:11


L'europe s'est faite contre la volonté du peuple et périra par le peuple .


 

marco 09/05/2013 10:01


Quittons l'Europe,c'est tout ce qu'il y a a faire.Et vive la Liberté !

Claude Germain V 09/05/2013 09:06


Chere commission de Bruxelles , je t'emmerde poliment ainsi que tes conseils genereux , je dirais plutot aux français ceci :" Français !! gardez vous a gauche , Français gardez vous a
droite !!! " ..........................................................................................prononcé par Philippe le Hardy a son pére Jean II lors de la Bataille de Poitier
( tiens ?? encore Poitier pour la deuxieme fois et comme le dit l'Histoire : JAMAIS DEUX SANS TROIS )