Burqa et niqab la loi est votée! Sur le principe, honte aux socialistes

Publié le 16 Juillet 2010

   

Je me fais volontiers le relais du site Drzz-Info en citant l'article de Jean Patrick Grumberg qui nous explique par la presse musulmane que des pays islamiques n'ont pas les états d'âmes de nos démocraties. C’est à savourer.

Il est curieux qu'au nom de la démocratie, nos bien pensants s'auto-flagellent d’ailleurs. Si ce sont des hommes, c'est qu'ils s'en moquent finalement de cette prison de tissus. Ils ne la porteront pas. Si ce sont des femmes, cela relève sans doute de la psychiatrie. 

        Cette auto flagellation, ce viol de la femme libre, cet attentat contre les libertés féminines sont une honte.

Une honte que nos associations droit-de-l'hommistes de type MRAP, SOS-racisme, LICRA, désormais ne semblent pas ressentir. J'aurai toujours en mémoire cette phrase du Président de la "Ligue des Droits de l’Homme qui estimait que le port du niqab et de la burqa relevait de la "liberté de la femme".

         Alors quoi, la femme pour être libre doit porter cette marque d'infamie qu'est le voile soulignant son infériorité face à l’homme, son père, son frère, son mari ?

- Doit-on considérer normal, sain, cette ombre noire vu sur les trottoirs des villes de France.

- Doit-on considérer normal, sain et judicieux que dans un pays laïque ou les femmes sont monter aux front des différentes guerres, monter sur les barricades et sur des échafauds, qu'elles montent aussi, sur l'autel du sacrifice au nom d'un Dieu "miséricordieux et bienveillant" mais surtout sexiste?

 

En conséquence, puisque nous somme libre, nous avons donc encore le choix de nous emprisonner. Cqfd.

Etre libre ne consiste pas à choisir sa prison que je sache mais de garder sa liberté par tous les moyens. Législatif d’abord et avant tout. Par le combat dans la rue s'il le faut.

 

Ces gosses de riches n'ont aucune idée de notre chance de vivre libre. C'est donc ces gens là, qui nous disent qu'il faudrait laisser les femmes porter la burqa ou le niqab au nom de la liberté des femmes. Une liberté qu'ils n'ont pas eu le mal de conquérir comme jadis, nos grand-mères et nos anciens. Pourquoi donc, ces précieuses ridicules, ces médecins imaginaires traitent-ils la femme et sa liberté de cette manière? Parce que nous serions dans un pays libre.

 

Gérard Brazon

 

 

De Jean Patrick Grumberg de Drzz-info.

 

 

Le site d’information Al Arabyia remarque que la quasi-totalité des musulmans qui vivent en France sont originaires des anciennes colonies françaises d’Afrique du nord et de l’ouest, là ou le port de la Burqa est très rare, et non pas d’Arabie Saoudite ou du Pakistan ou les Niqabs et les Burqas sont une tradition culturelle.

 

En Syrie, mille deux cent institutrices viennent de perdre leur travail parce qu’elles portaient la Burqa, révèle une ONG humanitaire sur le site alarbiya.net1. Le mois dernier, le ministre de l’éducation nationale Ali Saad a fait interdire le port de la Burqa dans les écoles, après avoir reçu des plaintes de parents d’élèves. « Pourtant, dit le représentant de l’organisation des droits de l’homme, aucun règlement interdit aux femmes le port de la Burqa ou du Niqab, et son port est garanti par les traités internationaux des droits de l’homme et par la constitution Syrienne »

 

niqab.jpg


L’université islamique Al-Azhar d’Egypte est, du monde musulman, l’université la plus stricte par rapport aux lois de l’islam. Le Sheikh Al-Azhar, chef spirituel de l’université et de la mosquée qui portent son nom vient d’interdire le port du Niqab et de la Burqa dans l’enceinte de l’université. La raison, d’ordre purement théologique, est que le voile (Hijab) n’a jamais été utilisé comme règle vestimentaire dans le Coran, mais comme symbole (Coran  7:46; 17:45; 19:17; 33:53; 38:32; 41:5; 42:51). De plus, affirme t-il, la Hadith du prophète Mohammed qui décrit comment la femme musulmane doit s’habiller après le mariage est une Hadith dite faible, car sa narrative ne suit pas une chaîne ininterrompue depuis les temps du prophète. Cette Hadith est donc classée comme « Hadith Mursal », par opposition aux « Hadith Sahih » (exactes)

 

Le voile (Hijab) et à fortiori la Burqa et le Niqab sont interdits en Tunisie depuis 1981, en Turquie depuis 1997, et très règlementés au Maroc.


 

Interdite en Syrie et en Egypte, la Burqa ne plaît pas non plus aux musulmans canadiens, qui, en octobre 2009, ont demandé au gouvernement fédéral d’interdire la Burqa et le Niqab. Farzana Hassan, le porte parole du Congrès Musulman Canadien, explique que si le gouvernement veut faire respecter l’égalité entre les hommes et les femmes, il doit se démarquer de toute pratique qui marginalise les femmes.

 

Des débats sur la Burqa, deux aspects semblent avoir été oubliés. Le premier, c’est le sentiment d’appartenance. Voilée, la femme musulmane appartient à son mari, et non plus au pays dans lequel elle vit. Et le second, c’est que le port du voile tel qu’il est toléré en France a pour seul et unique objet, selon la loi de l’islam, de distinguer une femme libre d’une esclave.

 

 

Selon le Dr. Tawfik Hamid, réformateur musulman et auteur de Inside Jihad: Understanding and Confronting Radical Islam (Le Jihad vu de l’intérieur : comprendre et affronter l’islam radical), l’interdiction de la Burqa en France ressemble aux tours de magie : le magicien vous occupe avec sa main droite pour que vous ignoriez sa main gauche qui elle, est en train de faire le vrai travail. L’expérience montre que dans la plupart des pays musulmans, c’est le port du Hijab qui a été le pivot du développement de l’islam radical et du désir d’imposer la loi de l’islam, la Sharia. La Burqa est portée par trop peu de femmes pour qu’elle ait le moindre impact. Il est donc regrettable, selon lui, que la France ait légiféré sur un problème mineur, en laissant se développer le vrai danger, et cette interdiction de la Burqa, qui pour autant représente un bon début, est totalement inefficace pour protéger la société libre contre son islamisation.

 

Le 28 janvier 2010 il prévenait les démocraties que plusieurs organisations islamiques risquent de s’organiser pour collecter des fonds dans le monde musulman, afin de payer les amendes des « Munaquabat », des femmes qui portent le Niqab, si une loi contre la Burqa est votée.

 

 Jean Patrick Grumberg

 

 

1 http://www.alarabiya.net/articles/2010/07/13/113797.html

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

ambre 12/04/2011 21:51



Cet article est un peu vieux mais m'a tout de meme choqué alors je vais y repondre!


Nous sommes tous d'accord sur une chose, l'horreur de l'asservissement de la femme et cela par tout moyen! Nous sommes tous conscient que des derives peuvent exister avec la burka, ca arrive ON
LE SAIT!


Ce qui est choquant c'est qu'un gouvernement tel que celui qui est actuellement au pouvoir prennent se genre de loi et dans le contexte actuel en plus.


Un contexte de crise economique ou chacun cherche un bouc émissaire. Nos grands parents ont connu le racisme anti italien, anti polonais "la polak" aujourd'hui nous avons ce racisme ordinaire
anti "arabe", il en est tellemnt ordinaire qu'il ne choc plus personne.


 


Et moi face a cela, face a cette haine qu'on voit partout, contre le pauvre, l'arabe ou le Roms je suis terrorisé, que des gens puisse ressentir ca, que des gens puisse etre convaincu que tout
est de la faute de ces gens.


Alors NON ce n'etais pas le moment de prendre ce genre de loi, on touche unepopulation deja fragilisée, sans repere, rejetté et qui va rejetté a son tour! Reaction humaine!


 


N'oublions pas que ces arabes dont j'entend parler partout sont aussi francais que vous et moi!


Alors oyui actuellement et realisé comme ca cette loi est honteuse et meme si on le comprend pas des jeunes filles rejetée par ce racisme ordinaire, se refugie dans ce genre d'habillement. Ni
francais en france, ni maroiciane au maroc je l'ai deja entendui ca comment se construire sans identité, quand on esr rejetté partout comme ca en se creant soi meme son identité par des cultes,
et des pratiques telle que la Burka!


 






Sarah 26/07/2010 15:46



Je ne suis pas de celles qui portent ce vêtement, mais j'y songe quand je lis des articles tels que le votre. Je ne comprend pas bien pourquoi vous tenez absolument à "libérer" les femmes, et si
justement les hommes et les femmes étaient libres de se vêtir comme ils/elles le souhaitent ?


 



Gérard Brazon 26/07/2010 17:41



Tout simplement parce que ce vêtement est le signe de l'asservissement. De la soumission à l'homme. Le fait d'accepter de porter cette honte, signifie qu'en tant que femme vous acceptez l'idée
que votre corps est indigne, vos formes dangereuses, votre sexe un danger pour l'homme. Ce vêtement est la preuve que l'homme est faible et que vous contribuez à cette faiblesse. Ce n'est donc
pas l'homme qui devrait travailler sur lui, se civiliser, se contrôler, c'est la femme qui doit-être punie pour ce qu'elle est. Ce vêtement nie la femme en tant qu'être humain. Si Dieu ne
souhaitait pas la nudité, la relation sexuelle, le désir l'un pour l'autre, l'envie de l'autre il nous aurait fait à la manière des fleurs. Hors ce n'est pas le cas. En conséquence, la sexualité
est naturelle, les sexes sont égaux face à la procréation, les désirs sont normaux. ceux qui nient cette évidence ne peuvent qu'être quelque peu dérangés. Certes, il ne s'agit pas de copuler dans
le métro, de se renifler. Mais pour le reste, du moment que chacun respecte l'autre, il n' y a pas à obliger une femme et la mettre en cage ou dans une prison de tissus. C'est faire oeuvre de
salubrité publique que t'interdire la burqa, le niqab et tout ce qui interdit à la femme d'être un être libre.


  



El borak 16/07/2010 19:34



Comme quoi nos couillons de socialos prouvent encore leurs stupidité, puisqu'il faut que cela soit des musulmans qui appliquent cette interdiction en expliquant pourquoi, alors que eux ces
bienpensants en France aveuglés par cette fausse liberté à tous prix, sont près à défendre tout et n'importe quoi, sans se renseigner, dans les pays arabes il ne faut pas voir que le coté
folklorique, eux meme critique l'exès d'intégrisme.


A croire que les socialos ne savent pas lire, je vais dire une connerie, mais un jour à vouloir défendre toute liberté d'expression à tout prix il vont finir par rendre le viol légal, ben ouais
le gars lui, il voulait.


De toute façons il prouvent leur mauvaise foi flagrante sur d'autres sujet actuellement, la burcqua n'est qu'une bourde de plus.


Après ces nouvelles savoureuses je vous souhaite un bon week end, Gérard.



Johanny 16/07/2010 16:34



Mon côté vieux gamin :


 


J'adorerais en voir une ou deux dans leur niqab en train de déguster une assiette de spaghetti à la bolognaise !....   Peut être un fantasme de "gars des
beaux-arts"...    :-)