Burqa et Niqab: une loi contre le voile intégral est une urgence! Mais, il y en a d'autres...

Publié le 22 Avril 2010

L’assemblée nationale se plonge dans une loi préconisant l’interdiction totale du voile intégrale dans l’espace public. Et de nouveau nous pouvons entendre le chœur des défaitistes et des pacifistes qui surent si bien nous tromper avant 1914 et avant 1939. Cette nation souffre du même syndrome de la crainte de son ombre. Certes il est normal de s’interroger sur la nécessité d’une loi. Est-il pour autant normal de s’interroger sur une loi qui a comme but ultime de protéger les femmes.

Car enfin, de quoi s’agit-il, nous disent les belles âmes ? De quelques 2500 femmes qui porteraient le voile intégrale ! Et alors, la belle affaire ! C’est un problème d’ordre religieux, d’ordre privé, que sais-je encore ?

1/ Probablement que parmi ces femmes, certaines sont consentantes voire s’amusent à observer dans le regard de la rue le bel effet qu’elles font.

/ Certaines sont peut-être désarmées intellectuellement et bien seule dans la vie sociale, elles trouvent là, le moyen d’exister ! Par le néant, par l’abstraction d’elles-mêmes, par une sorte de suicide sociale.

Au fond, si elles étaient logiques avec elles-mêmes, elles devraient immigrer vers les pays du bonheur absolu garants de leur sauvetage pour une vie éternelle auprès du "créateur". Ainsi et de ce ce fait, cela leur permettraient, à leur morts, d’atteindre le paradis où, recyclées par Allah, elles pourraient de nouveau, servir ce Dieu et faire partie de ces 75 vierges offertes à tous les "combattants" islamiques et autres bombes humaines ».

Mais n’ayant pas ou peu de culture religieuse, n’ayant pas ou peu de repères, n’ayant en fait que la provocation ou la haine de la société française, elles ne songent même pas à ce voyage. A moins, qu’elles ne songent secrètement à convertir d’autres innocentes écervelées à la justesse de leur sectarisme ?

Bref, pourquoi se lamenter nous disent les biens-pensants pour 2500 femmes qui ne voient dans leur féminité que laideur, un ventre à engrosser, un sexe à prendre et le service à l’homme supérieur qui, comme le dit le Coran prit à la lettre, dans la sourate 2 verset 223 : Vos femmes sont un champ pour vous. Allez-y comme vous l'entendez. Alors ces femmes, dans leurs prisons de tissus, telles des champs de maïs, de blés ou de patates se conforment ? Difficile à croire dans notre pays, cet abandon de la dignité humaine, de son propre soi ! Cette décision (volontaire ?) de n’être qu’esclave et soumise à un ordre, même religieux.

Elles seraient chrétiennes, elles pourraient demander à rejoindre les sœurs carmélites dans des monastères et s’assuraient, là aussi, la certitude du paradis. Mais le pourraient-elles? J'en doute vraiment. Il leur faudrait certainement un autre courage que celui qu’elles affirment. Être une sœur carmélite n’est pas de tout repos et de plus, elles doivent renoncer aux biens de ce monde y compris les magasins, les soldes, la télé, l’amour conjugal et les relations sexuelles. De plus, ces sœurs carmélites ne sont pas provocantes pour la société laïque et républicaine puisqu’elles sont dans un cloître pour les plus ferventes. Alors, est-ce de la provocation ? Est-ce là la clef de tout ce débat ?

Ces femmes sont-elles sincères dans leur démarche?

Acceptent-elles le concept religieux qui affirme que la femme est inférieure à l’homme en dignité : sourate 2, verset 228 et sourate 4, verset 34. Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles (...)

Imaginent-elles vraiment que l’homme est supérieur à la femme ?

Sont-elles persuadées qu’elles sont d’essence inférieure et qu’à ce titre, elles doivent se comporter comme légèrement au dessus d’un animal domestique ou plutôt, comme la moitié d’un homme puisque la loi coranique dit qu’elles héritent d’une demie part, sourate 4, versets 11 et 176 et qu’en justice, le témoignage d'une femme ne vaut qu’un demi-témoignage. Faites-en témoigner par deux témoins d'entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d'entre ceux que vous agréez comme témoins  (sourate 2, verset 282.

Certes, ce  statut de la femme du temps de Mahomet, était un avantage nouveau lorsque l’on songe qu’avant lui dans l'arabie de l’époque, les femmes n’avaient rien ou valaient si peu. Mais aujourd’hui, ne serait-il pas temps de revoir la question.

Comme le dit la Présidente de Ni pute ni Soumise, Madame Sihem Habchi, la prochaine étape sera l’enfermement. L’interdiction de sortir de la maison sans un motif approuvé par le mari : sourate 33, verset 33 Restez dans vos foyers; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l'Islam (Jahiliyah)

Et bien sûr, comme le disent si bien nos bien pensants, ce sera au nom de la liberté de la femme!

 

Ces 2500 femmes qui, au tout début n’étaient rappelons-le que 387 d’après la police, n’ont aucune importance ! Non pas pour ne rien faire comme le susurrent les défaitistes et autres pacifistes qui sévissent à toutes les époques un peu fortes de notre histoire. Ils préfèrent se soumettre plutôt que de combattre les dictatures, toutes les dictatures. Celle du communisme, du fascisme et aujourd’hui du nazislamisme.

Ces mêmes personnes ne voient pas que ces 2500 femmes ne sont qu’un signe supplémentaire d’un pourrissement progressif de notre pays dans le communautarisme. Je songe, à cet instant, au général Charles de Gaulle qui, s’il vivait encore, maudirait ces politiciens qui ont laissé faire.

La loi sur la burqa et le niqab est nécessaire ! Notre terre, notre peuple n’a pas vocation a laissé vivre des idéologies contraires aux droits de l’homme, à l’égalité des sexes, à la femme en tant que personne humaine à part entière.

La question est : comment appliquer cette loi ?

Que fera le premier policier qui devra intervenir pour contraindre une femme à se conformer à cette loi ?  Sera-t’il soutenu pleinement ?

Que feront les associations multiples et variées qui ne brillent pas pour leur audace libérale et qui parfois, ont défendu les extrémistes religieux d’une façon étonnante comme ce président de la ligue des droits de l’homme que j’écris volontairement en minuscule qui a pu dire, sans rougir que la burqa relevait de la liberté de la femme !

 

Je voudrais saluer le travail de terrain et les discours de Madame Sihem Habchi Présidente de Ni Pute ni Soumise (avec des majuscules) qui ne se trompe pas de combat en remettant la burqa à sa place et le jeu politique à la sienne.

Cette femme est de gauche et le revendique. Je ne partage pas ses opinions politiques mais j’approuve et soutiens son combat pour la liberté des femmes, leur droit à l’égalité. Elle regrette également que le combat de SOS Racisme (RMC d’aujourd’hui) ne soit plus ce combat universel des droits humains.  Là aussi je partage mais, ce qu’elle oublie de dire sur cette association, c’est que SOS Racisme est depuis l’origine une arme politique qui sert surtout à faire émerger des futurs cadres du PS. Les anciens Présidents n'ont pas de difficultés pour leur fins de mois. Ceci expliquant cela.

Gérard Brazon

Je vais conclure par l’excellent article lu sur le site de Ni Pute ni Soumise. C’est un extrait.

Au XXIe siècle, en France, la burqa, symbole ultime de l’oppression des femmes fait débat à l’assemblée nationale.

35 ans après la loi Veil sur le droit à l’IVG, la liberté à disposer de son corps n’a plus le même sens.

La dégradation de la condition des femmes risque d’atteindre un point de non retour.

Nous, les femmes, en payons le prix fort, soumises au contrôle obsessionnel de l’espace public, au contrôle de nos corps, aux vexations et violences quotidiennes, à la roulette russe des viols collectifs. Le silence fait de nous des proies ; une femme meurt sous les coups tous les 2 jours, des milliers comme Coralie, Fatima ou Nadia disparaissent chaque jour sans laisser de trace. Parler ou se taire, Najlae a fait le choix de dénoncer les violences intrafamiliales, elle a été expulsée. L’émancipation un droit ? Veut-on faire du droit des femmes un préalable au progrès social ou une variable ajustable en fonction des revendications des uns ou des autres ?

Au nom du « droit à la différence », on ampute chaque jour davantage notre Liberté. Au cri de « c’est mon choix », les violences faites aux femmes, telles que la polygamie, l’excision, les mariages forcés, le voile, la burqa… se trouvent légitimées aux dépens de la dignité humaine, du principe d’égalité et de laïcité, gardiens de nos libertés.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

sacco 24/04/2010 19:58



Bravo Jacques, enfin un homme qui a des couilles !


Vous avez mille fois raison, en tout point de votre analyse !


Honte aux collabos de cette nouvelle occupations, totalitariste et religieuse.



Gérard Brazon 23/04/2010 21:54



@ jacques. Je vous demanderai de bien vouloir modérer le propos. Aucune insulte, aucun racisme, aucune ségrégation par respect pour cet espace de liberté de
parole et pour ce blog qui ne censure pas à priori. D'avance, merci Jaques


Gérard Brazon



El borak 23/04/2010 18:56



Bonsoir,


Ceux qui défendent le port de la burcqa,précisent que ce n'est pas par rapport à la religion de l'islam,mais par rapport à une coutume des pays situés vers l'Iran,mais alors pourquoi est-ce des
Maghrebins en France qui la portent,ils ne sont pas originaire de l'Iran que je sache ?!.


Le seul point commun entre eux est qu'ils sont musulmans,donc c'est bien un signe exterieur de l'Islam,d'ailleurs les maris de ces femmes sont habillés en fondamentaliste,la djélaba et la longue
barbe de la largeur d'une main(avec des nike aux pieds!!?).


C'est vraiment de la mauvaise foie de vouloir faire croire qu'il en est autrement.


Je pense que c'est juste de la provocation pour faire réagir certaines personnes et ensuite les montrer du doigt en les traitant de sale faschos.


Nous ne sommes pas sortis de l'auberge.


A vous relire,


 



Jacques COUTELA 23/04/2010 10:10



Ceretains médias essayent de nouys faire croire que toutes ces femmes sont volontaires et mettent la burqa ou le niqab de leur plein gré. Je pense éffectivement qu'il doit y avoir quelques
salopes masochistes pour qui ce rabaissement leur apporte une conotation sexuel. Si c'est ça qui leur plait, je n'ai rien contre mais qu'elles ayent dans les edens du magreb et autres pour se
déguiser. Pour les autres, aidons-les et agissons comme ces policiers qui ont mis un PV à une mouquère qui conduisait avec cette panoplie. Personnellement, lorsque j'en croise une avec son mari
je la traite de "salope" en passant près d'elle. Il n'y a eu jusqu'à ce jour aucune réaction, ni de la femme, ni du mari (ne dit-on pas courageux comme un arabe?).


Ces pauvres types qui se baladent avec leures femmes ainsi acoutrées, me donnent une sérieuse envie de dégueuler. voir même de cogner sur ces coqs de pacotille, vaniteus qui sont
 jaloux de manière chronique. Ha! si ce n'était pas une race protégée par nos incapables de nos gouvernants....