Canada: un projet de loi contre les «pratiques culturelles barbares» des musulmans.

Publié le 6 Novembre 2014

Le site internet du journal La Presse vient de révéler que le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration du Canada, Chris Alexander, a déposé hier aux Communes un projet de loi destiné à lutter contre certaines «pratiques culturelles barbares» des musulmans à savoir la polygamie, les mariages avec mineures, et les mariages forcés.

Le projet propose la modification de cinq lois existantes. Objectif : interdire les pratiques contraires aux valeurs canadiennes. Le titre de la loi «Loi sur la tolérance zéro face aux pratiques culturelles barbares» ne fait pas dans le politiquement correct, loin de là.

Ce qu’elle contient :

Interdiction des mariages forcés

• Les commissaires à l’immigration pourront interdire de territoire au Canada pour motif de polygamie, même s’il n’a pas été condamné pour cela.

• Les tribunaux pourront confisquer les passeports des personnes suspectées de préparer un départ à l’étranger pour contraindre une mineure au mariage et revenir au Canada avec le fait accompli.

Cinq ans de prison

• Le Code criminel va être modifié pour y inclure le fait d’envoyer un enfant à l’étranger pour organiser un mariage forcé.

• Toute personne, y compris les parents, qui participe à une cérémonie de mariage forcé ou au mariage d’une personne de moins de 16 ans sera passible de cinq ans de prison.

• La loi sur le mariage civil fixera formellement à 16 ans l’âge minimum pour le mariage au Canada et va clarifier la notion de « consentement libre et éclairé ».

Interdiction de la polygamie

• Il sera exigé formellement qu’une personne mette fin à un premier mariage avant d’en contracter un autre (cette disposition existe déjà au Québec).

• Seront interdits de territoire les résidents temporaires et permanents qui pratiquent la polygamie au Canada.

 

Expulsion du territoire

 

• Une personne jugée et interdite de territoire pourra faire l’objet d’une mesure d’expulsion.

Durcissement pour les « crimes d’amour »

• Le projet de loi prévoit également de limiter l’usage de l’argument du crime d’honneur conformément à la Sharia dans les cas d’homicides conjugaux. Le Canada observe en effet que des accusés reconnaissent avoir tué une femme, mais tentent de se réfugier derrière la Sharia et affirment avoir été « provoqués » au meurtre par la victime.

 

Il est important de noter que les organismes qui viennent en aide aux femmes ont applaudi le projet de loi.

«C’est certainement un signal très clair qui est envoyé, que le Canada ne tolérera pas le mariage forcé», a déclaré, réjouie, la présidente du Conseil du statut de la femme, Julie Miville-Dechêne, qui ajoute que «les intervenants scolaires, en santé, les policiers doivent avoir des formations pour pouvoir déceler ces situations chez les jeunes filles [car] changer le code criminel ne sera pas suffisant.»

Voilà un message très fort envoyé aux musulmans, et un exemple à suivre.

Le rôle d’un gouvernement est de faire respecter les lois, mais aussi les traditions et la culture du pays et de la majorité. Cela passe par l’intégration, de gré ou de force, ou le retour dans un pays plus conciliant.

Plus de 35.000 mariages de mineurs ont été recensés en 2013 au Maroc. Des familles franco-marocaines partent au Maroc marier des mineures, reviennent en France, et les organismes sociaux et mouvements féministes ferment les yeux car ils préfèrent accepter le malheur de ces fillettes plutôt que paraître « islamophobes ».

 

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article