Ce sont les musulmans qui tuent, mais sus au FN - Par Caroline Alamachère

Publié le 12 Janvier 2015

Caroline Pour Riposte-Laïque

Musulmans-aux-roses

Sourates-tuez-les-mecreants

Gaspard-Proust-chretiens-integristes

« L’important c’est qu’il n’y ait pas d’amalgame » (Une femme parmi les manifestants)

 °°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est Dalil Boubakeur, en fauteuil roulant, qui ouvrait le bal, lui qui comme des millions d’autres musulmans doit quotidiennement prononcer la formule « Allah Akhbar ». Le symbole est énorme, tout comme l’a été Ahmed, ce policier tué et constituant à lui seul, pour la plus grande joie des journaleux, la preuve que l’islam n’avait rien à voir avec les tueurs.

Il faut tout de même se rappeler que l’ineffable Boubakeur avait en 2006 porté plainte contre Charlie Hebdo après la publication par le journal des caricatures. Il était donc particulièrement cocasse de le voir donner le coup d’envoi d’une marche défendant la liberté d’expression et rendant hommage aux victimes de sa rédaction. Si ses jambes ne le portent plus, son hypocrisie et sa pratique de la takkyia restent, elles, bien vivaces.

 

Intouchables

Cette manifestation, sorte de grand barnum surréaliste pour laquelle la SNCF avait exceptionnellement cassé ses prix, associant dans une même communion l’UOIF, le CRIF, Angela Merkel, Netanyahou, Abbas, Erdogan, BHL, des LGBT, le premier ministre turc qui n’hésite pas à faire enfermer des journalistes, Haïm Korsia mais aussi Dieudonné, nous a donné à voir un beau spectacle.

Sur France 2, l’emphase du moment était telle qu’il a été annoncé 66 millions de manifestants. Rien de moins !

Il y a bien eu un petit incident diplomatique lorsque M. 
Netanyahou a réclamé que les juifs quittent la France et que leur foyer était en Israël, à quoi Manuel Valls a répliqué que la France sans les juifs cesserait d’être la France ! On appréciera à sa juste valeur la réponse du premier ministre…

Les manifestants, brandissant avec force conviction des crayons pour impressionner les djihadistes qui entendraient s’attaquer encore à la liberté d’expression, ne semblaient nullement choqués que le FN n’ait, lui, pas voix au chapitre. Ceci étant dit, s’associer à une telle farce médiatique qu’Orwell n’aurait pas reniée, aurait été se rabaisser.

Lever des crayons et des pancartes « je suis Charlie » était évidemment bien moins risqué et beaucoup plus politiquement correct que de brandir les fameuses caricatures de Mahomet qui ont valu à Charlie Hebdo deux attentats. Défiler pour la liberté d’expression en brandissant ces dessins aurait eu du vrai panache, l’avertissement aurait été crédible : non, la liberté d’expression n’est pas négociable ! Au lieu de cela nous avons assisté à un défilé de Bisounours décérébrés incapables de penser par eux-mêmes et de réaliser que l’exécutif et les médias se fichent d’eux, parce qu’ayant subi une propagande telle que leurs cerveaux se sont dramatiquement atrophiés.

Pour l’occasion le PSG affichait son soutien à Charlie Hebdo aujourd’hui, sauf dans les pays musulmans. Mais bon, pas d’amalgame, puisque tel était le mot d’ordre, même si l’on n’a pas vu beaucoup de voilées défiler pour dire leur amour de la liberté d’expression et leur soutien aux victimes.

Toute la journée les contradictions auront été de mise avec des rappels perpétuels à la religion des uns et des autres, avec cette apothéose à la synagogue. Les journalistes n’ont eu de cesse de renvoyer à leurs origines des manifestants pourtant français « comme vous et moi », comme si cette particularité faisait d’eux, quoiqu’il arrive, des Français différents, à part, comme si au fond pour ces journalistes ils n’étaient pas tout à fait aussi français que cela.

Comme au soir du 6 mai 2012, les drapeaux étrangers ont fleuri sur les écrans sous prétexte de défendre l’unité nationale et la République, cette République des élites qui nous pousse à notre propre détestation, qui n’hésite pas à mépriser, à diviser le peuple français et à le mettre en danger pour mieux régner sur lui en l’empêchant de retrouver sa véritable unité.

Si tous les manifestants étaient Charlie, l’esprit de Charlie Hebdo lui n’y était certainement pas. Le dessinateur Luz a fustigé l’aberration du message de la manifestation, si éloignée de l’esprit du journal : « Au final, la charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé : détruire les symboles, faire tomber les tabous, mettre à plat les fantasmes ». L’esprit du journal antireligieux n’y était d’ailleurs pas non plus quand des imams, à la demande de Marek Halter, sont allés faire leurs prières sur les lieux au lendemain de l’attaque.

Les politiques européistes et mondialistes de tous bords, ceux-là même qui importent l’islam et ses djihadistes sur notre sol, se donnaient la main avec, comble de cynisme, la complicité du peuple français endoctriné et bêtement moutonnier. On était dans l’émotion, dans le dégoulinant, dans l’immédiat bêlant, dans l’indignation télécommandée. De raison et de réflexion, point.

« Les Français sont des veaux », disait le Général, ce 11 janvier ils étaient des moutons heureux d’être menés à l’abattoir.

Les revendications les plus délirantes fleurissaient, ainsi cet extrait de pancarte dont on ne voyait qu’un morceau « je ne suis pas contre la sodomie », ou encore « je suis musulmane, je suis juive, je suis Charlie », « je suis l’amour ! ». Sur BFM TV, un manifestant s’exprimait : « Ils ont assassiné des enfants, ils ont assassiné des gentils (…). Il faut une plus grande tolérance, il faut l’ouverture à l’Autre ». Lui a t-on expliqué que ce n’était pas une manif de SOS Racisme ? Lui a t-on expliqué que, pratiquement chaque jour en France depuis quelque temps, on égorge de la façon préconisée et effectuée par Mahomet lui-même ?

Elsa Wolinski, très souriante, témoignait sur un plateau que ses propres enfants étaient dans un établissement où des élèves faisaient mine de tirer avec des kalachnikov, s’amusant de ce geste sans importance venant de jeunes qui n’ont pas conscience de ce qu’ils font, disait-elle, mais s’empressant de certifier que le vrai danger viendrait du FN. Son père est mort, tiré comme un lapin aux cris de« Allah Akhbar ! » mais le danger ce serait Marine Le Pen… Quelqu’un commente : « Il faudra un jour expliquer à la fille Wolinski que son père n’a pas été tué pour faire barrage au FN, mais parce qu’il n’est pas musulman ».

Frédéric Mitterrand, un drapeau algérien s’agitant dans son dos, a expliqué que les intégristes avaient plus peur des caricatures de Mahomet que du Front National, sous entendant qu’ils seraient dans l’erreur.

Le-Pen-touche-pas

Le prétexte à cette marche était de montrer que la liberté d’expression n’était pas négociable mais les propos des uns et des autres ont démontré que son véritable but était de contrer les idées nauséabondes des Français patriotes dénonçant l’engrais terroriste contenu dans le coran même, ce livre que le commun des mortels qualifie aveuglément de pacifique tout en refusant de le lire de crainte de découvrir qu’il ne l’est pas.

Zemmour, Houellebecq, Riposte Laïque et d’autres sont mis au ban et accusés des pires horreurs pour leur condamnation d’un livre qui impose la mort à qui n’est pas musulman, qui fait miroiter à ses fidèles un au-delà orgiaque pour les inciter à détester la vie, tout en les frustrant de leur vivant.

Nous viendrait-il à l’idée de dénoncer un facteur et de le jeter à l’opprobre public en le rendant responsable de nous avoir apporté une lettre au contenu déplaisant ?

Divers messages se superposaient sur BFM TV ce soir avec en fin de manifestation une cérémonie de recueillement à la synagogue en direct avec Hollande et Valls portant kippa, tandis que la journaliste indiquait qu’il restait dans la rue des gens qui désiraient « prolonger la fête », et que Laurent Joffrin enfonçait le clou : « L’ennemi c’est la peste identitaire, le fait d’imposer l’identité de souche ».

(Et certains osent dire que Marine Le Pen devrait avoir honte de ne pas s'être mélangée à cette kermesse de la socia-lie sur le dos des 12 assassinés par des terroristes islamistes. Ndlr Gérard Brazon)

Caroline Alamachère

Les images du jour : 
Freres-Kouachi

 

 

Bisounours-vaincra-11-janv-2015

Nous-sommes-tous-Charlie-11-janv-2015

Manifestants-11-janv-2015

Moutons-suis-Charlie

Taubira-rigole-manif-11-janv

Il y a eu 17 morts…

 

Frederic-Boisseau

Drapeaux-etrangers-manif-11-janv-2015

Drapeaux-etrangers-2

Charlie-contre-le-FN-11-janv-2015   Kaaba-je-suis-Charlie

Caricature-Mahomet-bombe

 

 

Et-le-cul-de-Mahomet

Print Friendly

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article