Censure, la « maladie mentale » envahit la France - Par Guy Millière

Publié le 5 Janvier 2015

Guy Millière Guy Millière - Traduction de l'anglais par Bernard Dick

La France est un pays où les soi-disant organisations « antiracistes », financées généreusement par le gouvernement, luttent principalement pour un seul « racisme » : « l’islamophobie ».

C’est maintenant un pays où les seules personnes habilitées à parler librement de l’islam à de larges audiences sont ceux qui le décrivent comme une religion de paix et d’amour sans limites.

Des personnes sont poursuivies et condamnées pour avoir émis des remarques critiques sur l’islam, comme Christine Tasin, qui a dit tout haut ce que pensent des milliers [de Français] sans oser le dire.

Les sondages montrent que les citoyens français sont toujours de plus en plus nombreux à être préoccupés par le nombre croissant de musulmans non intégrés dans le pays, l’expansion sans fin de zones de non-droit, le nombre croissant de convertis à l’islam et le « remplacement » du peuple français.

Les « malades mentaux » vociférant « Allahu Akbar » donnent l’assaut à la France.

La France est maintenant un pays où les remarques critiques sur l’islam sont systématiquement bannies des principaux médias et où toute sentence négative à propos de la religion musulmane conduit à des amendes, au paiement de dédommagements et à la censure.

Des mots comme « islamisme » ou « islam radical » ont disparu du vocabulaire des journalistes et des hommes politiques et sont remplacés par des mots flous : « radicalisme » et « extrémisme ».

Prenons l’exemple de l’affaire récente de Christine Tasin, fondatrice de Riposte Laïque (1).

Le 15 octobre 2013, elle est allée à Belfort pour un reportage vidéo sur un abattoir temporaire installé pour le jour de la fête musulmane al-‘Adha, qui commémore l’obéissance d’Abraham à Dieu par le sacrifice de son fils unique. Dès son arrivée sur l’emplacement de l’abattoir, le responsable lui a demandé de quitter les lieux. Et il l’a qualifiée de « raciste islamophobe ». Elle a répondu qu’elle est actuellement islamophobe mais pas raciste ; et elle a ajouté que l’ « islam est une saloperie ». L’échange verbal a été filmé. Les associations musulmanes ont porté plainte contre elle.

Christine Tasin, engagée dans un échange verbal le 15 octobre 2013 qui l’a entraînée à être accusée ici du crime de faire « des déclarations vraisemblablement pour provoquer un rejet des musulmans.»

Le 9 août 2014, un tribunal a déclaré Tasin coupable d’avoir fait « des déclarations vraisemblablement pour provoquer un rejet des musulmans » et elle été condamnée à payer une lourde amende de 3 000 € (3 700 $).

Tasin  a répondu qu’en disant cela le tribunal a agi comme s’il était un « tribunal islamique » et démontrait « sa soumission à la charia ». Elle a fait appel du jugement. Le 18 décembre, le jugement de la Cour d’Appel a annulé le premier jugement ; toutes les charges contre Christine Tasin ont été abandonnées.

Le même jour, une procédure contre Marine Le Pen, présidente du parti populiste, le Front National et relative à des déclarations faites en 2010 à propos de l’« occupation » de la rue par des musulmans qui y priaient illégalement, a aussi été annulée.

Certains pourraient penser que ces deux décisions sont des signes encourageants montrent que la justice française n’est pas complètement muselée et que quelques juges conservent encore un esprit indépendant.

Un regard plus large, cependant, appelle à être prudent. Au cours des derniers mois, plusieurs Français qui ont critiqué publiquement l’islam et ses conséquences ont été sévèrement condamnés par le système judiciaire français.

Le 5 juin, Pierre Cassen (1) et Pascal Hilout, deux autres membres de Riposte Laïque, ont été condamnés à une amende extrêmement lourde de 21 200 € (26 000 $) pour avoir écrit que les « prières de rue, le voile et les mosquées » sont des « symboles d’occupation et de conquête. »

Le 10 avril, l’écrivain Renaud Camus a été condamné à 4 000 € (5 000 $) pour avoir dit en 2010 que la culture musulmane était en train de « remplacer » lentement la culture française.

Trois ans auparavant, en février 2011, l’écrivain et journaliste politique Éric Zemmour a été condamné à une amende de 1 000 € (1 250 $) et au paiement de 10 000 € (12 500 $) à diverses associations et ligues. Il avait dit au cours d’un  talk show  que « la majorité des trafiquants de drogues en France sont noirs ou musulmans  arabes». Les juges ont considéré que cela était « une incitation à la discrimination raciale ».

Zemmour fait face actuellement à une tempête médiatique en raison d’une interview donnée au journal italien Corriere della sera au cours de laquelle il avait dit que « les musulmans ont leur propre code civil, le Coran » et qu’ils vivent « dans des banlieues que les Français quittent progressivement ». Il avait ajouté que la France est en face d’ « un risque de chaos et de guerre civile » et que les musulmans pourraient avoir à s’en aller. En rédigeant son article, le journaliste italien a utilisé le mot « déporter ». (2) Zemmour n’avait pas utilisé ce mot ; il a été néanmoins accusé de l’avoir utilisé.

D’innombrables plaintes ont été portées contre lui. Les plus importantes organisations « antiracistes » ont demandé à tous ses employeurs de le licencier. L’un d’eux, i-Télévision (une chaine TV d’informations en continu), l’a fait immédiatement.

Le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a appelé à des manifestations de rue contre Zemmour. C’est la première fois dans l’histoire de la France moderne qu’un ministre de l’Intérieur a lancé publiquement un appel à des démonstrations de rue contre un journaliste.

Face à d’incessantes plaintes et attaques, Riposte Laïque a décidé en mars 2013 de relocaliser ses opérations et son site internet en Suisse  où les lois sont moins sévères et où les juges sont moins politisés qu’en France.

La France est tout de même le pays où les deux auteurs des pires attaques terroristes antisémites, commises au nom de l’islam radical sur le sol européen, sont nés et ont grandi : Mohammad Merah, l’assassin de trois enfants juifs et d’un rabbin dans la cour d’une école à Toulouse en mars 2012, et Mehdi Nemmouche, le meurtrier de quatre personnes au musée juif de Bruxelles en mai 2014.

La France est aussi le principal pourvoyeur de recrues jihadistes vers l’État Islamique. Plus de 1 000 citoyens français combattent en Syrie et en Irak. Deux d’entre eux ont été repérés sur une vidéo de décapitation.

Christine Tasin, Pierre Cassen, Pascal Hilout, Renaud Camus et Éric Zemmour disent tout haut ce que des milliers de gens pensent sans oser le dire.

Le harassement judiciaire exacerbe la frustration et conduit beaucoup à croire que les principaux médias et les chefs des principaux partis traditionnels mentent à propos des faits et dissimulent la vérité.

Le Front National est maintenant au top des partis politiques traditionnels en France. Marine Le Pen à présent est en 1ère positiondans les sondages pour les élections présidentielles de 2017. Sa victoire est improbable mais elle n’est plus impossible. Le « risque de chaos et de guerre civile » évoqué par Éric Zemmour est en progression constante.

Le 20 décembre, Bertrand « Bilal » Nzohabonayo est entré dans le commissariat de police à Joué-lès-Tours, dans la vallée de la Loire, et, en hurlant « Allahu Akbar » [Allah le plus Grand], a poignardé trois agents de police. Les agents ont alors tiré et il a été abattu. La police et les médias ont dit immédiatement qu’il n’était pas un islamiste mais un « malade mental », quoiqu’ils aient admis plus tard qu’il semblait être un partisan de l’État Islamique.

Le 21 décembre, un autre homme (aucun mot cependant sur son identité), hurlant aussi « Allahu Akbar » a foncé dans la foule avec sa voiture, à Dijon et a été capturé par la police. La police et les médiasont dit aussi que c’était un « malade mental » mais ont admis qu’il a des liens familiaux en Afrique du Nord.

Le 22 décembre, un troisième homme, hurlant aussi « Allahu Akbar », a labouré, avec sa camionnette, un marché de Noël à Nantes. Puis il s’est poignardé et il est à l’hôpital. La police et les médias ont dit que c’était un « malade mental. » Il sera envoyé dans un asile d’aliénés.

Personne ne sait combien de « malades mentaux » en France sont prêts à agir et à hurler « Allahu Akbar ». Les syndicats de police ontdéclaré que, si trop de « malades mentaux » décidaient d’agir, la police ne serait pas capable de protéger la population. Ils ont ajouté qu’il n’y a même pas suffisamment de forces de police pour protéger les policiers susceptibles d’être attaqués.

Les malades mentaux, en hurlant « Allahu Akbar », partent à l’assaut de la France.

Le Premier ministre français Manuel Valls a dit : « Jamais nous n’avons connu un si grand danger. » Il n’a pas défini le danger. Il a décidé d’envoyer un millier de soldats patrouiller dans les rues. Il n’a pas dit s’ils sont supposés combattre les maladies mentales.

Le 23 décembre, un quatrième homme, hurlant « Allahu Akbar », a été arrêté dans la ville du Mans pour « comportement violent. » Il a été directement envoyé chez un psychiâtre, bien sûr. C’est un « malade mental ». Bizarrement, les autorités ont dit qu’il pourrait être « contagieux ».

Guy Millière pour l’Institut Gatestone

Publié à l’initiative de Legal Project of The Middle East Forum

Traduit de l’anglais par Bernard Dick

(1) Christine Tasin n’est pas fondatrice de Riposte laïque mais de Résistance Républicaine. Le fondateur de Riposte Laïque est Pierre Cassen qui l’a fondée en 2007 (NDT).

(2) Le terme employé par Zemmour est ici traduit en anglais par « to go ». Le journaliste italien l’a traduit par « deportare », ici « deport » en anglais, donc « déporter » en français, verbe qui peut faire allusion à la déportation de juifs pendant la 2e guerre mondiale.

Au 04/01/2015, nombre d’attaques terroristes mortelles (NDT)

TERRORISME 24753 ATTAQUES-04-01-2015

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

maury 07/01/2015 17:37


Désoléé voici la source:NONALI OBSERVATOIRE DE L ISLAMISATION BELGE

maury 07/01/2015 17:35


Lettre ouverte aux cons…


… aux cons qui croient encore au bienfait du multiculturalisme…
… aux cons qui croient encore à un islam modéré…
… aux cons qui continuent de voter pour des traîtres et des lâches…


L’attentat  perpétré à Paris ce jour n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend :
le chaos, la peur,  la désolation et la destruction de nos libertés individuelles…


Voilà où nous conduit le multiculturalisme : à un remplacement de nos populations par des gens d’autres cultures, dont
certains, des barbares venus nous coloniser, ont un point commun : ils sont musulmans. 


L’islam est un système politico-religieux fasciste et ceux qui y adhèrent sont des fascistes déclarés (ou pas encore).
Les attentats terroristes, l’élimination des chrétiens, des juifs et autres non-musulmans, sont prescrits par l’islam, et les musulmans doivent s’y conformer. L’islam n’est pas pressé et a
toujours eu le même objectif depuis son apparition : soumettre le monde entier à sa domination fasciste. Nous les avons bien aidés; nous leur avons ouvert largement nos portes, leur
permettant de s’installer chez nous, actionnant la gigantesque pompe aspirante que sont les avantages sociaux… 


Nos politiciens nous ont forcés à tolérer l’intolérable… D’accommodements raisonnables en abrogations légales, nous les
avons laissés introduire peu à peu la charia chez nous. Les allocations familiales et les primes de naissance aidant, ils se sont multipliés et sont en train de nous submerger, nous
conduisant au “grand remplacement” dont le concept a été développé par l’écrivain français Renaud Camus. Nous atteignons le point de non-retour… Loin de l’Etat Islamique, le djihad, la guerre
sainte, s’est déclenché dans nos pays. Les attentats de New-York, les attentats de Madrid, … Et aujourd’hui une attaque en règle menée contre un des symboles de la liberté d’expression, le
journal Charlie Hebdo.


Oui, il faut être con pour croire que ça va s’arrêter là… Pour croire que les populations
musulmanes vont s’intégrer à notre culture et que tous vont renoncer au djihad qui leur est prescrit par leur coran…


Nos politiciens véreux ont laissé, au nom de la tolérance, se multiplier les mosquées, véritables quartiers généraux de
la charria, appelant leurs adeptes à aller mener le djihad pour l’Etat Islamique. Nos politiciens ont laissé faire, aidant même au rapatriement des djihadistes blessés qui ont été soignés à nos
frais.


Oui, il faut être con pour ne pas comprendre que cette situation va dégénérer en guerre civile
lorsque la coupe va déborder…


La seule solution pour arrêter l’inéluctable est simple : chasser et punir nos politiciens véreux, détruire les mosquées
et autres centres islamiques et  interdire l’islam… Rendre la Belgique aux Belges en expulsant ceux qui refusent nos lois et notre culture et veulent propager les leurs.


C’EST L’UNIQUE SOLUTION !

maury 06/01/2015 18:16


La gauche au sommet de sa nocivité



Par

Gilles-William Goldnadel





(1)




Share on email


Share on facebook


Share on twitter


Share on
google_plusone_share


Share on linkedin


More Sharing Services




- A +




Imprimer








La vieille ficelle a beau être usée jusqu’à la trame d’un scénario insipide, le cinéma antiraciste fait encore recette. La gauche est à la rue électoralement et
idéologiquement. Il ne lui reste plus que ses bataillons médiatiques, ses syndicats de journalistes aux ordres, ses commissaires politiques pour fliquer et punir ceux qui ont contribué à la
ridiculiser.


Il faut dire qu’ils se sont donné du mal. Un président dont la dernière petite blague consiste à prétendre sans rire que l’immigration est une chance pour la France. Guy Bedos, le dernier
bourgeois de Calais, qui vient clamer sur place qu’il ne comprend pas pourquoi les habitants sont excédés par les clandestins qui leur pourrissent la vie. SOS Racisme, enfin, qui vient
offrir en sacrifice à un suzerain socialiste sous transfusion un bouc émissaire nommé Zemmour.


Pas de danger qu’ils s’en prennent à Tariq Ramadan qui considère Mohamed Merah comme une victime de la société française, à Olivier Besancenot dont le parti assistait cet été aux
manifestations interdites où l’on criait “mort aux juifs !”, ou à Mélenchon traitant une députée allemande de « caricature de boche ».


Le seul cadavre exquis à consommer appartient à celui qui refusait de se soumettre à l’islam conquérant. On peut bien insulter les chrétiens dans leurs églises, verser des immondices sur
les autels, interdire les crèches, décapiter les otages, tuer les enfants un par un, mais malheur à qui est irrévérencieux envers l’islam, ne serait-ce que par les questions qu’on lui pose.


C’est dans les dernières années de sa vie que Staline, paranoïaque, fut le plus dangereux. La gauche gauchisante à la française est décidément moribonde.



maury 05/01/2015 20:11


Pourquoi les disciples d’Allah sont le nouveau cauchemar de l’humanité


Publié le 3 janvier 2015 par Salem Benammar - Article du nº
388



L’islam a réussi à transformer la psyché, à façonner la pensée et à moduler l’humanité de ses fidèles comme s’il était devenu lui-même une nouvelle entité bio-génétique conférant aux
natifs de cette religion et à ceux qui choisissent de s’y soumettre un ADN spécifique.


Etre musulman c’est appartenir ainsi à un peuple partageant le même patrimoine génétique. Faire partie d’une race qui ne ressemble en rien aux autres humains dont elle serait  seigneur et
maîtresse à cause de la pureté de son sang d’origine supra humaine fabriqué par Allah lui-même et dont il a irrigué le corps de ses fidèles conçus de surcroît par lui. Tous les musulmans sont
par définition son bien, sa propriété de plein de droit. C’est lui qui les engendre, les vrais pères géniteurs ne sont pas des pères, ils ne font qu’accomplir sa volonté de déposer la semence
dans le champ de labour que représente le corps de la femme.


L’homme musulman est dépourvu de toute pensée critique adoptant un comportement identique à celui de ses coreligionnaires. S’habille pareil, accomplissant les mêmes faits et gestes quotidiens
que tous ses semblables, ne vivant que par et pour l’islam, n’écoutant que les paroles d’Allah et de Mahomet. Prier, apprendre et réciter le Coran du matin au soir sans rien comprendre au sens
des mots. Abêti et lobotomisé qui attend son heure, un signe d’Allah pour partir dans le sentier du djihad. Un musulman ne fait le choix de rien, c’est Allah qui l’inspire et guide ses pas et
ses mains. Né pour servir la cause Allah et jamais la cause des hommes, dépourvu de tout sentiment humain au coeur rempli de rancoeur et de haine pour tous ceux que son livre satanique désigne
comme ennemis de sa religion. Sans jamais se poser la question sur le simple fait que de ne pas partager les idées de Mahomet ne fait pas du juif, du chrétien des porcs, des singes, des êtres
maléfiques à abattre et exterminer. Un homme unidimensionnel sans humanité, ni réflexion personnelle, incapable de raisonner et de pourvoir à ses propres besoins contrairement à celui d’Herbert
Marcuse consumériste mais à même d’oeuvrer pour la satisfaction de ses besoins par la force de son travail.


L’islam est bien passé ces dernières décennies du stade d’une manufacture artisanale qui fabrique quelques spécimen coomme Ben Laden, Omar Tourabi, Rached Ghannouchi, au stade d’une industrie
lourde capable de produire des Mohamed Merah et des Nemmouche par millions.


Cette transmutation de la personnalité n’est pas sans rappeler celle opérée par le nazisme et le fascisme.
L’islamisme qui est à l’islam ce que l’hitlérisme est au nazisme qui se veut l’Islam authentique à juste raison, est une réactualisation de l’islam des origines, régissant de la manière la plus
totalitaire et la plus rigoriste tous les aspects de la vie sociale, cultuelle, politique, personnelle de ses adeptes dans le moindre détail jusque dans les alcôves et leur vie intime, est en
train aujourd’hui d’engendrer une nouvelle espèce humaine que j’ai appelée dans un de mes articles l’homo wahhabitus.


Doté de sa propre personnalité, dépourvu de tout sentiment humain, frustré, primaire, agressif, asocial, velléitaire, bourru, mystique, immature, incapable de penser et de réfléchir par
lui-même, idolâtre et iconoclaste. Il est tout et son contraire, mais à condition que les icônes passées aient un caractère musulman. C’est un vrai cas clinique qui présente un danger pour
lui-même et surtout pour la société, sa pathologie incurable est de nature contagieuse.
Seule la mise en quarantaine est la thérapie indiquée.


Atteint de délires, dédoublement de personnalité, doublés d’angoisses existentielles et de pulsions mystificatrices, il s’invente un personnage qui le substitue au sien, vivant dans la peau
d’un autre qu’il se veut lui-même, convaincu d’être investi de mission divine pour défendre, protéger la pureté originelle de la religion et établir la souveraineté d’Allah sur tous les
hommes.
Guidés par leur seule vision cosmique et impériale du monde : ré-islamiser, sous forme de wahhabisation et islamiser par la propagation de sa doctrine aux quatre coins du monde par tous les
moyens y compris la purification ethnique et religieuse comme c’est le cas en Irak, au Nigéria et un degré moindre en Egypte.


En tout état de cause, les mécanismes idéologiques de caractère prophétique et messianique, ne peuvent qu’impacter, conditionner outrageusement et influence leur état psychologique uniforme qui
les fait distinguer du commun des mortels,


Je n’ai pas la prétention d’analyser la psychologie des islamistes, mais chercher tout au moins à esquisser un portrait à partir des éléments d’observation tels que nous restituent leurs
troubles de comportement, leurs excès de prosélytisme agressif et envahissant nos cités, piétinant notre espace laïc, leurs incohérences verbales, leurs onomatopées, leurs évocations
récurrentes à Dieu, leur manichéisme outrancier, leurs convulsions pathogènes, leurs crises de démence dont certaines préfigurent du Grand Fracas Coranique, leur procession, leur aversion du
genre humain, vomissant nos lois et brûlant nos codes et nos drapeaux, leur état pathologique de confusion mentale et leur absence de discernement.


Il en résulte que les islamistes ne semblent pas avoir de caractère humain dans le sens humaniste du terme qui fait de l’homme acteur de sa vie et ce pour les raisons suivantes : ils sont
psychopathes, schizophrènes, messianiques, fascistes, racistes, antisémites, ethnocentristes, mégalomanes, phallocrates, à la misogynie érigée en dogme, pervers, adeptes de la magie noire,
gourous, affabulateurs, haineux, nocifs, pour l’écosystème humain, ultra-violents, ultra-réactionnaires, paranoïaques, illuminés sectaires, atteints du syndrome du borderline, idolâtres,
profanateurs de mosquées, hérétiques, terroristes, bellicistes, impérialistes, génocidaires, rêvant de faire de la terre le royaume d’Allah purifié du genre humain tels que les athées, les
démocrates, les laïcs, les infidèles qu’ils sont censés tuer tous un par un jusqu’au dernier, notre destin sera islamiste ou il ne le sera pas telle que le prévoit leur prophète.


Déferlant sur les cités urbaines tels des meutes de loup, battant le pas comme s’ils rejouaient une scène martiale sur le modèle des escadrons des Waffen SS dans lesquels s’étaient enrôlés
leurs aïeux. Ne laissant ainsi subsister aucun doute quant aux accointances idéologiques entre leur idéologie et le nazisme. Vouant comme eux un véritable culte a leur chef cette figure
centrale et tutélaire, une sorte de guide suprême comme un duce, un Führer, un Ayatollah ou un Habib Allah à l’exemple de ce Gourou illuminé qui en train de mettre la Tunisie sous sa coupe
réglée.


Leurs ressentiments féroces et maladifs font d’eux des êtres voraces, charognards, archaïques, névrotiques, barbares, sanguinaires, assoiffés de sang humain avides de notre chair, faisant de la
terreur leur foi et de leur loi canonique une arme de destruction massive, Hitler et Staline passeraient pour des humains à côté d&rs