Ces citoyens arabes israéliens qui aiment Israël

Publié le 1 Janvier 2013

Le fondateur d'un nouveau parti arabe : je suis fier d'être israélien

Philippe Assouline à publié (le 30/10/12) sur Times of Israel l'interview d'Aatef Karinaoui  , fondateur du premier parti arabe pro-israélien.
(Larges) extraits:

Aatef Karinaoui est un bédouin, musulman non-réligieux de 42 ans de la ville de Rahat dans le Negev. Il a fondé le premier parti pro-israélien El Amal Lat'gir - "Espoir pour le Changement» en arabe. Il se présente aux législatives du 22 janvier 2013.
Aatef Karinaoui
Photo: Philippe Assouline

Il affirme que "si quelque chose devait arriver à Israël, cette démocratie qui protège tout le monde, c'est l'ensemble du Moyen-Orient qui serait condamné."

"Toutes les mauvaises choses qu'ils disent au sujet d'Israël et des supposés mauvais traitements infligés aux Arabes est un mensonge, un mensonge éhonté»

 «Les membres arabes de la Knesset mettent de l'huile sur le feu. Ils se nourrissent de la politique de division et ne représentent pas l'opinion publique arabe. Les membres arabes de la Knesset ne font rien pour leur instruction instruire ni pour faire progresser leur situation ... Mais [pour le moment], il n'y a pas d'alternative à la direction actuelle. "



Karinaoui, qui est marié et père de cinq enfants (dont une fille actuellement engagée dans le service national), est le président de l'ONG Egalité Sociale et Service National dans le secteur arabe, qui encourage les Arabes à assumer une part du fardeau du service national. Il est également en charge des centres informatiques d'exploitation dans les villes arabes en Israël dans le cadre du Projet Lehava du Ministère des Finances, dont l'objectif est de «réduire la fracture numérique» en fournissant un accès à l'Internet dans le zones  à faible revenu du pays.

"Nous n'avons pas besoin que les membres arabes de la Knesset soient obsédés par des questions marginales et des affaires étrangères comme ils l'ont fait.

Un parlementaire arabe, Hanin Zoabi, a participé à la tentative de briser le blocus maritime de Gaza  en mai 2010 à bord du Mavi Marmara, par exemple, tandis que son collègue Ibrahim Saroor a dénoncé "l'assassinat"  d'Oussama ben Laden par les américains.

«Nous avons des préoccupations réelles et urgentes - 15 personnes qui vivent dans une maison individuelle, les questions foncières, les problèmes de l'éducation», explique Karinaoui. «Nous avons beaucoup de choses à gérer. Mais [les députés arabes] nous éloignent du concret et ne veulent pas le progrès. C'est leur leadership qui est un véritable échec. "

«Nos dirigeants nous ont berné pendant 60 ans. Donnez-nous un seul mandat à la  Knesset et nous allons faire plus pour la communauté en quatre à cinq ans qu'ils ne l'ont fait en 60 ans. "

Mais ce n'est pas seulement l'échec perçu des politiciens arabes qui l'anime; Karinaoui s'est également très identifié à l'Etat d'Israël. Il veut voir les Israéliens arabes pleinement engagée en tant que citoyens, et en prenant la responsabilité du changement qu'ils peuvent apporter.

«Nous voulons prouver que nous sommes des citoyens loyaux et fidèles», dit-il. "Et nous avons aussi besoin de plus d'attention et de soutien de l'Etat .... Je suis fier d'être arabe, fier aussi d'être israélienJe ne suis pas palestinien .... Regardez la Syrie. Regardez l'Egypte, la Libye, la Tunisie, le Bahreïn: le problème n'est pas Israël, le problème c'est les Arabes ".

«Je n'ai aucun problème avec l'étoile de David sur le drapeau ni avec l'hymne national - pas de problème du tout», dit-il. "Israël est une démocratie, et je respecte tous les pays qui sont une démocratie. Israël ne m'a pas m'expulsé. J'ai gardé ma terre. J'ai le droit en vertu du droit, de faire ce que je veux faire, même de devenir Premier ministre.


«Nous, les Arabes avons besoin de remercier Dieu parce que nous vivons dans ce pays démocratique."

Karinaoui s'est porté volontaire pour le service militaire à l'âge de 26 ans, et à chaque fois qu'il est appelé, il remplit toujours son devoir dans le service de la réserve, "parce que je suis un citoyen, que j'aime ça et que c'est ce qu'un citoyen doit faire."

Afin de donner à sa communauté une voix au gouvernement, Karinaoui a rejoint le comité central du Likoud en 1995. En un an, il est devenu un conseiller au cabinet du Premier ministre Netanyahu, plus tard conseiller de Nathan Sharansky au ministère de l'Intérieur et de Tzachi Hanegbi au ministère de la protection de l'environnement, sous le Premier ministre Ariel Sharon.

Le franc-parler de Karinaoui peut apparaître comme rafraîchissant dans un système politique que beaucoup en Israël considèrent imprégné d'excuses et des faux-fuyants. Et il voit dans la politique arabe israélienne les mêmes pathologies qui ont déclenché le printemps arabe - la corruption et la démagogie.


«Le taux de participation dans le secteur arabe en Israël est seulement de 47 pour cent ... Et la majorité de ces  47% sont des votes frauduleux!. «Je suis absolument certain que [les membres arabes de la Knesset] reçoivent de l'argent d'agents étrangers - peut-être de l'Iran, du Hamas ou par exemple de Nasrallah. L'État doit examiner ce point. Où trouvent-ils toutes ces ressources et ce financement? Ces personnes entrent en politique avec rien, tout à coup ils conduisent des voitures de luxe et possèdent des terres.

"C'est exactement ce qui se passe dans l'Autorité palestinienne" "Les gens ont faim, et ces politiciens s'enrichissent."

Notant ma surprise devant ces affirmations si dures, il ajoute: «Je le sais parce que je le vois, je le vis."

 "Ce que je veux c'est de résoudre nos problèmes en tant que membres de la société israélienne, main dans la main avec le public juif".

"Je ne suis pas palestinien, c'est un non-sens», dit-il avec dédain. «Ces politiciens israéliens arabes qui détiennent l'identité israélienne - qu'ils essayent donc de se présenter aux élections de l'Autorité palestinienne. Laissez-les voir si les Palestiniens et Abou Mazen [l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas] acceptent leur candidature comme «Palestinienne». Ils pourraient être morts dés le lendemain. "

«Israël est un endroit merveilleux pour les Arabes». «C'est la seule démocratie au Moyen-Orient. Regardez ce que les Arabes font les uns aux autres à travers le Moyen-Orient. Nous ne voulons plus nous concentrer sur tout ça. Les gens veulent progresser au sein de l'Etat d'Israël, où ils sont nés, et, oui, sous le drapeau israélien. "


«Le service national pour tous est essentiel". «Vous aidez votre peuple: les femmes, les personnes âgées et les enfants ... je l'encourage tous les jours. Mais quoi qu'il dise, l'Etat ne le veut pas, car cela nécessite la mise en place d'infrastructures coûteuses. "


La logique lui paraît myope. «Ce serait apporter de l'argent, en construisant les autorités locales, la collecte correcte des impôts.Les gens sentiront qu'il y va de leur propre intérêt et participeront ».

«Nous devons investir dans les conseils locaux et les infrastructures».

"Nous avons besoin d'un printemps arabe ici en Israël", at-il ajouté, "contre nos propres dirigeants arabes."

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Claude Germain V 01/01/2013 15:59


Nous sommes a 100% d'accord .Bonne année 2013 a vous ...

Epicure 01/01/2013 14:26


Ceci, d'autant qu'il est génétiquement et lingiuistiquement apparu, récemment (30 dernières années et 10 dernières pour la génétique des populations,) que certaine tribus Bédouines sont d'origine
juive car faites d'Israélites mocaux convertis à l'Islam dès les débuts de l'Egire et font partie de ces Israélites restés en très garnds nombre relatif sur la terre d'Israêl rebaptisée
 Palestine par Hadrien en 136 après la destruction du pays par ses Légions.


Arabes mon C...l donc


A ce propos, j'aimerais aussi qu'on cesse de nous parler de L'Art et de la Science Arabes qui ne sont rien d'autre que l'Art Persan et la Science Grecque traduite par eux....L'Arabie n'a
strictement rien donné et on n(y trouve rien d'autre qu'une civilisation de nomades sans héritage conséquent. Seul le Yemen, détient un petit quelque chose en matière d'architecture, dont se sont
emparés aussi les Arabes....

Claude Germain V 01/01/2013 14:15


Monsieur Karinaoui se dit arabe , mais il oubli et a son avantage de repeter qu'il est descendant de bedoin ; les bedoins vivent sur ce sol depuis autant de temps que les juifs
sinon plus et sont loin d'etre forcement arabe ...


Allez dire a un Kabile ou un amazigh qu'il est arabe ..... vous allez vous faire huer avec juste raison ..... Ce bon Monsieur Karinaoui ( pas tres arabe comme nom )  devrait vraiment
rechercher ses racines arabes et si il pouvait remonter a environ 50 generation en arriere  , il serait surement deçu , mais si il est heureux comme cela ,pourquoi pas ....par contre
pourquoi il crée un parti arabe alors qu'il dit aimer israel ??? il a du temps a perdre.......

Epicure 01/01/2013 13:59


C'est exactement pour cela que les israéliens peuvent tranquillement compisser l'ONU et l'Unesco (qui organise, (bien forcée par les FAITS...!!) en France, une Expo sur les "3000 ans juifs de
Jerusalem" (!) (après avoir pris les Palos à l'Unesco...) et le reste de la terre entière qui vomit sa bile sur Israel.