Ces femmes qui veillent sur le ciel d’Israël.

Publié le 21 Novembre 2011

13% des combattantes de la Division Anti-Aérienne sont des femmes. Leur mission est de défendre le territoire et les citoyens israéliens contre les missiles balistiques de longue portée en faisant fonctionner à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit les systèmes de protection comme « Dôme de fer ».

Soldate combattante dans l'armée de l'air

Les unités combattantes de l’armée de l’air font partie des premières unités à avoir accueilli des femmes dans leurs rangs

Aujourd’hui, des dizaines de combattantes servent aux quatre coins du pays, chargées de faire fonctionner les systèmes de protection « Dôme de fer« , « Arrow », « Patriot », et « Hawk » à n’importe quel moment.

13% des combattantes de la division anti-missile sol-air sont des femmes. Plus surprenant encore, 1/3 des officiers de cette division sont des femmes.

« Au cours des dix dernières années, les femmes ont suivi une formation similaire à celle suivie par les garçons : elles effectuent un service de trois ans (alors que les soldates servent généralement deux ans), et l’entraînement est exactement le même que celui des garçons. Elles ne sont préservées d’aucune difficulté sur le plan émotionnel ou physique », explique le Lieutenant-Colonel Shalom Arava, Commandant des soldats de la Division Anti-Aérienne.

Ces combattantes jouent désormais un rôle clé dans la défense de l’espace aérien israélien

Quatre batteries du système de protection anti-missiles sont commandées par des femmes. Leur mission est de défendre le territoire et les citoyens israéliens contre les missiles balistiques de longue portée.

L’ensemble de la Division Anti-Aérienne est ouverte aux hommes et aux femmes, à l’exception du Bataillon « Stinger », dans lequel les soldats doivent manier un missile particulièrement lourd. Le Stinger, officiellement connu sous le nom de FIM-92A, est un lance-missile sol-air (ou anti-aérien) portable et de courte portée (moins de 5 km) qui permet d’abattre des planeurs, avions et hélicoptères de combat volant à basse altitude grâce à un système de guidage infrarouge. Il est du type « Fire and forget » (litt. « Tire et oublie »), c’est-à-dire qu’une fois le missile lancé, aucune opération au sol n’est nécessaire pour le guider.

« Les femmes qui dès le départ se portent volontaires pour servir trois ans au lieu de deux dans l’armée n’ont pas peur d’effectuer un long service. Elles présentent une motivation exceptionnelle, et c’est la qualité principale pour devenir officier » , a conclu le Lieutenant-colonel Shalom Arav

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

marco 08/12/2011 14:37


Indépendemment des idées que l'on peut avoir sur israel,je reste étonné voire émerveillé devant ce peuple qui après la shoa,a décider ne ne plus jamais courber l'échine..et il nous prouve
 qu'ils  ne sont pas des charlots!!!!

jpb 23/11/2011 09:32


commencer par les virer de l'armée,car on paye des inutiles ,si ils ne veulent pas combattre avec nous qu'ils dégagent dans leur pays,ils ont rien à faire chez nous ,sinon que se faire
engraisser,et comme vous dite si dessus c'est un risque potentielle .

francis Claude 23/11/2011 03:57


hélas en France, les forces Françaises deviennent de plus en plus islamisées...et ces militaires Français musulmans refusent d'aller combatre dans les pays musulmans...ils ce réservent pour nous
combatre si un jour nous relevons la téte!!!

jpb 22/11/2011 09:37


j'ai comme l'impression, quand France il va falloir que les Françaises font de même,car les( hommes )congé parental en longueur pour materner,biberon, couche,etc...et les femmes aux boulots ??le
monde à l'envers ,