Ces Frères musulmans que la France cajole Par Ivan Rioufol - Préface Gérard Brazon

Publié le 5 Décembre 2012

Je me félicite qu'Ivan Rioufol fasse cet article, cette déclaration si j'ose dire, sur l'islamisme en général et les frères musulmans en particulier.

Pour regretter tout de suite qu'aucune femme, qu'aucun homme politique, le plus souvent pour des raisons électorales, ne relaie dans les discours la néfaste politique française au Moyen Orient. L'Islam est clairement positionné antidémocratique! Ces textes religieux lui interdisent la laïcité, la séparation du temporel et du spirituel. L'islam est un tout, un ensemble, une dictature prête à l'emploi.

Les musulmans qui subissent sa dictature votent avec leurs pieds et les visas! Mais tous ne peuvent pas fuir dans les pays de liberté, beaucoup vont souffrir. Je pense à ces femmes qui se battent en Egypte, en Afghanistan et partout où elles sont considérées comme du bétail, des ventres, des vagins à vendre. Et à qui l'ont met une bâche par dessus et que l'on enferme dans leur habitats au nom d'Allah. J'exagère à peine! 

Il est regrettable que les musulmans vivant en France ne réalisent pas encore, qu'ils vivent sans doute les dernières années de liberté religieuse, d'égalité des sexes, de tolérance. Car quand "leurs frères en religion" auront la force d'imposer politiquement leur domination en France et en Europe, ils pourront toujours s'en plaindre, il sera trop tard et avec la complicité des politiques et des médias!

Le nazislamisme est en marche depuis longtemps, ils serait temps de s'en apercevoir.

Gérard Brazon

****

Par Ivan Rioufol

Les Frères musulmans sont un obstacle à la démocratie dans les pays musulmans. C’est ce que rappellent ces jours-ci les Egyptiens eux-mêmes. Mardi soir, au Caire, les protestataires ont contraint le nouveau chef de l’Etat, Mohamed Morsi, issu du mouvement islamiste, à quitter son palais encerclé par la foule. Il a repris possession des lieux ce mercredi matin.

Une partie de la société est en train de se mobiliser contre la confiscation de sa révolution laïque et libérale. Il est peu probable néanmoins que le nouveau pouvoir, plus dictatorial encore que le précédent, vacille facilement. Néanmoins, cette tentative de renaissance du printemps arabe, qui s'observe aussi en Tunisie, est une accusation indirectement lancée à l’Occident et à la France singulièrement.

Le pays des droits de l’homme et des libertés devrait être auprès des défenseurs de la démocratie, qui cherchent à se libérer de l’emprise du religieux. Or, ces sont les Frères musulmans qui sont les interlocuteurs cajolés par un pouvoir politique qui, d’Alain Juppé (UMP) à Laurent Fabius (PS) pour ne parler que des derniers ministres des Affaires étrangères,  est prêt, par soumission à la loi du plus fort, à faire le lit de l’islam politique.


Je conseille la lecture, ce mercredi, de l’entretien accordé à Libération par le père Henri Boulat,  81 ans, chrétien d’Egypte, ancien supérieur des jésuites d’Alexandrie.

Il note "la désintégration d’un sentiment pro-Frères dans la population", tout en reconnaissant la puissance de leur organisation, qui a pris la main sur tous les appareils du pouvoir.  Il met en garde contre la mise en place d’un "obscurantisme", déjà soutenu par les milices des Frères musulmans. Surtout, il explique : "C’est une  farce de croire que les Frères musulmans sont acquis à la démocratie. L’illusion a remarquablement fonctionné car il ne fait aucun doute  qu’avec leur double jeu, Morsi et les Frères ont séduit l’opinion. Cela dit, il serait bon de ne pas chasser des mémoires leur idéologie et principes. Ils souhaitent instaurer une dictature islamo-fasciste en s’appuyant sur ce slogan qu’on entend dans les manifestations : "Le peuple veut la loi de Dieu"". 

 C’est ce totalitarisme qu’encouragent les Etats-Unis de Barack Obama et la France capitularde, qui feignent de croire en un "islamisme modéré", conciliable avec la démocratie. Ultime remarque du père Boulat : "Quant à la Russie, c’est la seule qui s’intéresse au sort des chrétiens et revient dans le jeu diplomatique".

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

sultana cora 06/12/2012 02:42


pas seulement la France ! mais ce n'est pas une excuse-
Mais on a eu une explication avec le scandale révélé aux USA de l'infiltration de l'administration Obama par les frères musulmans. Donc, si cette infiltration a été prouvée aux USA


, imaginez ce qui se passe en France , où droite ou gauche confondues, les dirigeants et "faiseurs d'opinion" sont prêts à toutes les compromissions et dégueulasseries,
y compris nous vendre , pour mendier l'argent de l’Émir du Qatar,
et ce n'est pas innocent car ce personnage est le principal soutient non seulement des frères musulmans, mais aussi de leur bras armé les salafistes