Ces musulmans qui aiment Israël et qui le disent...!!!

Publié le 29 Août 2012

« Liberté et Amitié pour Israël ! »

 Sans doute pensez-vous, comme nous l’aurions nous-mêmes songé à la Rédaction CoolIsrael.fr, que ces propos auraient été prononcés par un Israélien lui-même?

Or, il n’en est rien: ces mots sont ceux de Ferhat Mehenni, poète et co-Fondateur de la Ligue algérienne des Droits de l’homme. Une voix qui compte en Algérie, l’artiste symbole de toute une génération. Ferhat s’est récemment fait porte-drapeau d’une contre-culture résolument émergente: « Le peuple kabyle est derrière nous, main dans la main avec nos amis israéliens », affirme-t-il à l’issue d’une visite de 4 jours à Jérusalem.

=> Cette nouvelle vague de pensée tend à être recensée auprès d’un nombre – désormais croissant – de citoyens Musulmans : du Pakistan au Maroc, en passant par les reliefs de la Kabylie.

Ce mouvement d’amitié spontanée, ses acteurs l’entrevoient plutôt comme un véritable impératif. La volonté de rompre avec une pensée unique pousse ces voix, de plus en plus nombreuses dans les pays arabes, à s’élever pour affirmer leur amitié à l’égard d’Israël. Le poète jure ainsi qu’« Aimer un pays, c’est aimer le monde ».

Ce nouveau rapport à Israël qu’entretiennent de nombreux intellectuels du Proche-Orient, désormais regroupés autour d’un même blog « ARABS FOR ISRAEL », se fait aussi l’expression d’une ébullition culturelle. La presse apparaît, d’ailleurs, comme un des organes concernés.

• Dans l’absolu, la notion de liberté journalistique est évidemment bien relative selon la région du monde considérée. Il est certain que, bien souvent, les journalistes font figure de véritables baromètres de la liberté d’expression : Nabil Sharaf elDine, éditorialiste égyptien, confirme ainsi cet attrait pour la Nation israélienne toute entière.
Pour ce professionnel, « Israël apparaît aujourd’hui comme un havre de sécurité » un état où nous sommes assurés de travailler et d’informer dans la dignité, le tout avec la certitude « de revenir vivant ».

Son témoignage, recueilli par le Jerusalem Post, sonne comme un appel à l’union, un manifeste pour la confraternité « en bonne intelligence », conclut-il.

Faire face à l’hostilité, c’est tout d’abord la réalité de ces musulmans qui soutiennent Israël. Il ne s’agit ni de religion, ni d’une simple civilité, mais d’un lien amical qui se dessine.

=> Dans la vie civile, bon nombre d’autres engagements, de citoyens dits “lambda”, sont à dénombrer.


Des voix s’élèvent hardiment pour défendre cette amitié à l’endroit d’Israël.

• Le professeur à la Faculté de Droit de Koweit City, Ahmed Al-Baghdadi, croit aussi à l’avènement de cette nouvelle ère.

Cet universitaire compare ainsi Israël à « un phare de démocratie (…) dans tout le Moyen Orient ».
Cet esprit, engagé en faveur des Arts et des Belles Lettres, avait tantôt défrayé la chronique en déclarant ouvertement « préférer voir étudiants et élèves apprendre le solfège plutôt qu’ils ne se penchent sur les saintes écritures ».

Le message de cordialité est donc bel et bien lancé.

• « La question qui se pose est souvent la même : Pourquoi suis-je l’ami des Israéliens ? »C’est ainsi que, Kassim Hafeez, musulman de 28 ans issu d’une famille pakistanaise, s’engage sur son propre blog en évoquant l’éclosion d’un phénomène de société.

Le jeune homme évoque, en premier lieu, son attirance pour l’énergie, la culture de la liberté qui règne en Israël mais aussi pour « cet état qui fait des pas de géant dans les domaines de la science et de la médecine ».
« Je suis musulman et j’aime Israel, mais ça n’a pas toujours été le cas. En fait, pendant de longues années j’ai été tout le contraire de ça ».

L’élément déclencheur ? «La lecture, bien évidemment! », mais pas seulement.

« J’ai décidé de voir moi-même Israel, de me rendre dans ce si petit pays, me forger une opinion toute personnelle. Je suis arrivé à une situation où je savais que je ne découvrirais un pays, et peu importe le pays d’ailleurs, que de cette manière-ci.», affirme le jeune blogueur.
Ce voyage, Kassim l’entrevoit comme une preuve de liberté. Ce genre de voyage qui fait et qui vous défait, avec un enthousiasme non dissimulé.

Sa conclusion est sans appel : « Loin des clichés, je dirais que cette visite a changé ma vie. Je me suis retrouve face à une jeunesse vivante, un patrimoine culturel fascinant : des synagogues, des mosquées et des églises ».

Et qu’en est-il du facteur humain ? « J’ai rencontré un grand nombre d’Israéliens, de religion juive ou musulmane, qui vivent ensemble et pas seulement dans les grandes villes. D’autres minorités ont un rôle important dans tous les domaines de la vie en Israël, de l’armée jusqu’à l’appareil judiciaire. Ce fut une expérience extraordinaire qui m’a ouvert les yeux ».

Tous ces témoignages ont pour principal intérêt celui de soulever l’existence d’une “contre-culture” qui émerge à l’endroit d’Israël.

Cette nouvelle génération d’intellectuels, de journalistes, d’étudiants, de globe-trotters, et plus largement d’individus engagés, de confession musulmane, avance avoir rencontré pas mal d’obstacles sur la voie choisie.

Chacun nourrit cependant l’espoir que cet élan d’amitié pour Israël ne relève plus de l’ordre de la confidence.

 

Cool Israël

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Claude Germain V 29/08/2012 11:46


En aparté , si nos amis Kabyles pouvaient retourner 1100/1300 ans en arriére et etudier leur passé ............. un retour aux sources serait un veritable miracle divin
.....................Tiens ???? Saint Augustin est passé par là..........  l'age d' or serait de retour ..... pour eux.....
et bien plus ....