Cette gauche "bien pensante" à côté de la plaque.

Publié le 7 Septembre 2010

L’allégeance de la gauche à l’islam fait d’elle un danger pour la France

par Maurice Vidal

pour Riposte Laïque

 

            La France vit dans l’insécurité : il suffit de lire les journaux, d’écouter les informations ou de s’entretenir avec monsieur Tout-le-Monde pour le constater. Il importe donc de réagir, car l’insécurité fabrique les extrémismes. Tel est le sens des mesures sécuritaires du gouvernement actuel.

Nonobstant, près de 49 organisations associatives, syndicales et politiques entendent protester contre cette sécurisation en appelant à un « rassemblement citoyen » le samedi 4 septembre, à Paris et dans toute la France, et cela au nom même de la sécurité !

Autant dire que le terme de « sécurité » divise plus qu’il ne rassemble, chacun le lisant à l’aune de ses présupposés politiques. Plus encore, le voilà devenu « nauséabond », comme le ferait remarquer, non sans humour, notre ami Yves Pialot !

La preuve en est que les signataires de l’appel susnommé invitent « l’ensemble des citoyens de ce pays à manifester publiquement leur opposition aux stratégies de stigmatisation et de discrimination et aux logiques de « guerre » qui menacent le vivre-ensemble ». Leur but est donc de vivifier l’attachement à la liberté, à l’égalité et à la fraternité qui sont le bien commun, en « refusant toute politique de la peur ou de la haine ».

            C’est là un beau discours... qu’une réflexion en prise sur le réel pulvérise néanmoins sans difficulté ! En effet, qui « stigmatise », « discrimine » et obéit à une logique de « guerre » : les forces de l’ordre – qui ont pour consigne de ne pas faire usage de leurs armes –, ou ceux qui, sans le moindre scrupule, ouvrent le feu sur les forces de l’ordre ? Qui menace le « vivre-ensemble » : ceux qui défendent pacifiquement les lois de la République ou ceux qui entendent imposer par la violence leurs propres lois ? La liberté consiste-t-elle à brûler des voitures, à briser des vitrines, à insulter la police, à brutaliser les populations locales ? L’égalité permet-elle de déroger au droit ? La fraternité est-elle d’essence communautariste ? Qui déclenche la « peur » en déchaînant la « haine » ?

Qui donc inverse l’ordre des choses, sinon les bienpensants – aux yeux desquels le moindre CRS est la marque d’une France vichyste ? La sécurité relève-t-elle d’une politique pétainiste, ou d’une politique responsable ? Vivons-nous l’escalade sécuritaire ou l’escalade de l’insécurité ? Est-ce l’escalade sécuritaire qui déclenche l’escalade de l’insécurité, ou est-ce l’inverse ? Des coups de feu contre le domicile d’un policier, dans le nord de l’Isère : normal ? Un véhicule de police pris pour cible à Auxerre : normal ? L’emprisonnement d’un septuagénaire héraultais qui n’avait fait que se défendre contre ses agresseurs : normal ?

            Il est grand temps que les leaders de la gauche saisissent dans quel piège ils s’enfoncent à « front-nationaliser » toute idée ou mesure répressives relevant du plus élémentaire bon sens. Que le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme soient à combattre, évidemment ! Mais la défense laïque et républicaine de la France n’est pas d’extrême droite : elle est laïque et républicaine, comme l’était l’apéro « saucisson-pinard » – qu’une pensée mécanique et apeurée s’est acharnée à interdire, montrant en l’occurrence ses terribles contradictions, car si le quartier de la Goutte d’Or est vraiment l’archétype « du métissage et de la diversité », pourquoi en avoir exclu la dimension festive proposée par des Français de toute origine ?

           Ce sont d’ailleurs ces mêmes Français qui ont choisi de se retrouver, le 4 septembre, à Paris, Aix-en-Provence, Bordeaux, Lyon, Strasbourg et Toulouse, pour soutenir la loi républicaine – sans laquelle la France ne serait plus la France.

           Eh oui, n’en déplaise à la gauche, la loi républicaine est désormais battue en brèche par la loi coranique, qui s’oppose intégralement aux valeurs universelles issues des Lumières et de la Révolution – dont la gauche ne cesse pourtant de s’inspirer !

          Avouez tout de même qu’il y a là quelque chose d’incompréhensible : qu’il s’agisse de Martine Aubry, de Ségolène Royal, de François Hollande, d’Arnaud Montebourg, de Vincent Peillon, de Bertrand Delanoë, de Pierre Moscovici, de Jean-Luc Mélenchon, de Marie-George Buffet, de Nathalie Arthaud, d’Olivier Besancenot et de bien d’autres, pas un ne souligne l’évidente antinomie qui sépare leurs idéaux des idéaux de l’islam !

Etre de gauche, en effet, c’est accorder la priorité au progrès humain, donc à la liberté, à l’égalité et à la solidarité que confèrent l’intelligence et la connaissance, sans omettre la qualité de vie qui en résulte. Un tel progrès vaut pour tous les hommes. La religion et la morale lui sont, de ce fait, subordonnées. L’homme peut se penser en tant qu’être autonome, c’est-à-dire en dehors du Transcendant. C’est l’homme, et lui seul, qui décide de l’homme et des valeurs.

Ainsi, pour la gauche, les hommes sont mis en face d’eux-mêmes, puisqu’ils sont sur un plan où il n’y a jamais que des hommes.

              Pour l’islam, c’est le contraire ! Certes, comme la gauche, l’islam parle de progrès humain, de liberté, d’égalité, de solidarité, d’intelligence, de connaissance et de qualité de vie, mais ces notions revêtent une tout autre signification, car elles présupposent l’existence d’Allah comme évidence première : Allah, qui est parfait, a fait descendre sur les hommes une religion parfaite !

Ainsi, pour l’islam, les hommes sont mis en face d’Allah, puisqu’ils sont sur un plan où il n’y a jamais qu’Allah.

             Dans cette optique, le progrès humain consiste à progresser dans la voie d’Allah, c’est-à-dire dans la Charia, et non dans telle ou telle voie tracée par les hommes. En conséquence, la liberté est codifiée par Allah, et par Lui seul, d’où la fameuse formule : « Point de contrainte en religion » ; l’égalité ne peut être fondée que par la Parole, qui valorise l’homme au détriment de la femme, et le musulman au détriment du non-musulman ; la solidarité demeure communautariste, l’oumma étant la communauté humaine par excellence. Quant à l’intelligence et à la connaissance, elles sont l’expression du divin – comme l’atteste le Coran qui, depuis 1 400 ans, nous éclaire sur le big-bang (Sourate 21, verset 30), l’expansion de l’univers (Sourate 51, verset 47), le Big Crunch (Sourate 21, verset 103), les orbites de la lune et du soleil (Sourate 21, verset 33), la tectonique des plaques (Sourate 27, verset 88), les origines aquatiques de la vie (Sourate 21, verset 31), l’embryologie (Sourate 23, versets 13 et 14), etc…

Bref, pour l’islam, la qualité de vie ne saurait jaillir de l’homme s’inventant lui-même en tant qu’homme, mais de la mise en pratique rigoureuse des messages émancipateurs et lumineux d’Allah !

          Et voilà pourquoi nombre de musulmans vivant en France veulent changer la France !

Or, cette volonté n’est pas de passade mais de passion. La relance économique ne la diminuerait point : elle l’exacerberait, car nous sommes confrontés à des hommes et des femmes déterminés par l’Absolu, autrement dit capables, pour parvenir à leurs fins, d’utiliser le bien-être comme le mal-être, ou encore la douceur comme la terreur… la charia elle-même prenant ses distances avec les biens de ce monde, et alternant entre « clémence » et « peine de mort » !

          « Peine de mort » ? Comment ça « peine de mort » ? Et Robert Badinter ne dit rien ? Et les penseurs de gauche non plus ? Pourquoi donc ce silence quand l’islam lance ses fatwas sur tel ou tel citoyen français, quand il affirme que la démocratie est à bannir, que la liberté occidentale vaut corruption, que la permission de ne pas croire est une abomination, que l’apostasie justifie l’exécution de l’apostat, que la laïcité est « l’esprit de Satan », qu’il faut détruire ces « idoles » que sont « les Droits de l’Homme » et la « modernité », que « l’injustice ne pourra jamais disparaître de la surface de la terre tant que la Charia ne sera pas appliquée dans le monde entier », qu’on doit « tuer » les mécréants qui n’entendent pas se soumettre à l’islam – car « islam » veut dire « soumission » ?

            La gauche sait-elle au moins qu’un tel silence menace les valeurs de la République tout autant que la menace islamiste ? N’a-t-elle de courage que pour s’élever contre les actions salutaires des laïques et des républicains véritables ?

             Etrange gauche, en effet, qui semble imperméable aux leçons du présent comme du passé : hier encore, elle préférait la désinformation et le déni de réalité plutôt que de froisser Moscou ; aujourd’hui, elle préfère l’islam à la France !

Maurice Vidal

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis NERI 09/09/2010 15:27



J'aime la précision de la pensée "système" celle qui ne simplifie pas ! Et oui, TOUT est dans TOUT
!


Etre de gauche, de droite , chrétien  ou juif, voire
musulman laïque en effet, c’est accorder la priorité au progrès humain, donc à la liberté, à l’égalité et à la solidarité que confèrent l’intelligence et la
connaissance, sans omettre la qualité de vie qui en résulte. Un tel progrès vaut pour tous les hommes. La religion et la
morale lui sont, de ce fait, subordonnées. L’homme peut se penser en tant qu’être autonome, c’est-à-dire en dehors du
Transcendant. C’est l’homme, et lui seul, qui décide de l’homme et des valeurs.


Ainsi, pour la gauche, la droite et les religions qui affirment le
libre arbitre de l'homme, les hommes sont mis en face d’eux-mêmes, puisqu’ils sont sur un plan terrestre où il n’y a jamais que des hommes.



ronaldegaule 07/09/2010 11:53



  Bonjour Gérard,


Ne serait-il pas temps d'appeler le "grand public" à une meilleure connaissance des hommes et des femmes qui ont trahi ou qui trahissent encore leurs compatriotes,
donc le pays où ils vivent par des prises de position contraire au"DROIT DES FRANÇAIS "???


QUE REPRÉSENTENT-ILS EN RÉALITÉ  ? ENVIRON  200 000 ADHÉRENTS AU PS, 300 000 À L'UMP ET QUELQUES DIZAINES DE MILLIERS CONFONDUS EN PC, VERTS OU AUTRES
OBÉDIENCES DÉRIVANTES !! Cette population extrêment minoritaire phagoscyte des médias, rarement objectifs, tronquant l'information en accord avec leur tendance pour convaincre le plus grand
nombre (que l'on ignore ) de leur vérité.


Que reprèsente cette fameuse manifestation, pour le moins anti-sécuritaire ?


Si on analyse sa composition, nous trouvons en majorité la reprèsentation de cette


immigration sous le feu de l'actualité . Cela est fort compréhensible, dans un pays libre


comme le nôtre, seuls les "apéritifs franchouillards"sont interdits, les étrangers en situation


irrégulière ou non, peuvent par contre défiler avec l'appui de quelques français" honteux de


l'être" (ah! si on pouvait faire du troc !!) et de quelques nantis du "showbiz", sans parler


des perpétuels reprèsentants gauchistes .


Conclusion, nous sommes 63 millions de français(es), pourquoi devons-nous considérer


que ce défilé reprèsente autre chose qu'une ingérence insupportable, dans les affaires


intérieures de la France ? Soeur THÉRÉSA OEUVRAIT DANS LE PAYS D'ORIGINE POUR


AIDER LES MISÉREUX ! L'Europe est ouverte aux" bien pensants" dans les deux sens !!