« Charia Hebdo » ou les limites de la liberté d’expression! Par Jean-Benoit Casterman

Publié le 3 Novembre 2011

Par Jean-Benoit Casterman

Avec l’annonce de « Charia Hebdo », j’ai été stupéfait de la folle témérité de l’hebdomadaire, et des réactions enthousiastes des commentaires saluant le « courage » du journal. J’ai immédiatement réagi à ma façon. Mais trop tard : les suites sont arrivées plus vite que prévu par l’incendie des locaux du journal.

"Qui sème le vent récolte la tempête." Ce n’est pas en jetant de l’huile sur le feu qu’on éteindra l’incendie de l’islam totalitaire.

Bien sûr qu’il faut combattre le totalitarisme religieux (quel qu’il soit). Mais l’humour provoquant n’est pas le meilleur moyen face aux fanatiques. S’ils sont fanatiques, c’est qu’ils n’ont pas d’humour ! (CQFD)

Mais le plus stupéfiant dans cette histoire, c’est l’autisme de nos médias et de nos politiques. L’ignorance crasse de l’islam véritable. Avec zéro pointé en psychologie islamique.

« On rigole de tout » dans Charlie Hebdo. « Je ne pensais pas que l’islam et l’islamisme étaient un sujet tabou », nous déclare Charb, son directeur. Maintenant, j’espère qu’il a compris ! Qu’il a compris que l’islam n’est pas une religion comme les autres. Et qu’avec l’islam, on ne rigole pas.

Mais le pire, c’est que l’ensemble des réactions politiques et médiatiques, à ma connaissance, se contente d’être scandalisé, et de chercher les coupables. Cherchez plutôt l’erreur ! Combien faudra-t-il encore de feux et de violence pour cela ? Et on n’en est qu’au début…

Finalement, si Charlie Hebdo veut exercer son humour, pourquoi ne pas rigoler de la police de la pensée, du « stalinisme médiatique », de l’omerta jetée sur toute forme d’islamophobie !? Comment Charlie Hebdo ne reconnaît-il pas que la plupart des médias (et de gauche !) passent leur temps à défendre l’islam, et bientôt la charia !

Vivement que les médias soient plus CRITIQUES SUR EUX-MÊMES. Là, l’humour sera le bienvenu.

Autre sujet de consternation : Partout, les politiques invoquent en choeur la sacro-sainte « liberté d’expression ».

Si la liberté d'expression consiste à « pouvoir rigoler de tout, et à se moquer de tout », qu'est-ce qui m'empêche de te traiter de « sale .... », et de « fils de ... » ?

Eh oui. La « liberté d’expression » a donc ses limites ! Celle de l’INSULTE. Et qu’insulter une religion dans son prophète (Jésus ou Mahomet, peu importe ici), cela revient bien à t’insulter dans ton identité profonde (ta mère si tu veux).

Dans ce sens, la manière de traiter Mahomet dans Charia Hebdo flirte avec l’insulte, donc le blasphème selon l’islam. J’y peux rien, c’est ainsi !

Il est consternant que dans notre République des Lumières, on ne fasse plus la distinction entre liberté de pensée, provocation, insulte. Et qu'on manque à ce point de psychologie.

Au nom de la sacro-sainte liberté d'expression, le respect de l'autre a disparu aujourd'hui. Serait-ce ça, les "Lumières" de notre "civilisation" !? Comment voulez-vous que l’islam respecte cela !?

Au nom de la sacro-sainte liberté d'expression, on laisse certains groupes de rap haineux éructer sur la France et appeler au meurtre. Et cela au nom de la « culture » et de la "liberté d’expression"! Finalement, l’islam nous rend la monnaie de notre pièce.

http://www.islamisation.fr/archive/2009/11/10/rap-musulman-haineux-le-bloc-identitaire-passe-a-l-action.html

Ceci dit, OUI à la liberté d’expression ! Mais laquelle ? — Celle du droit de CRITIQUER une personne ou une idée (idéologie, religion) à condition que cela soit fait dans un minimum de RESPECT.

Donc selon le « vivre ensemble » (Tiens, revoilà l’expression !).

Et dans le respect des lois.

Et aussi sans MANIPULATION ou AMALGAME outrancier. (La police de la pensée y veille pour l’islam et le judaïsme ; par contre, tous les coups sont permis contre le christianisme ; notamment pour comparer les manifestants catholiques avec les pires des fondamentalistes fanatiques — sauf qu’ils ne tuent personne !)

Donc, OUI à l’islamophobie comme droit et devoir de se protéger des personnes ou d’un islam dangereux. Ceci n’est pas du racisme ou de la « musulmanophobie » ; nos faiseurs d’opinion et les musulmans sont-ils capables de faire la différence ?

Là-dessus, les sites de résistance républicaine et laïque — donc Puteaux-libre — et tous les sites affiliés sont clean. Ça mérite d’être reconnu !

Terminons sur la vraie liberté d’expression, à savoir le droit à la critique respectueuse.

Notre meilleure “arme” contre le fanatisme islamique est la VÉRITÉ qui doit questionner l’islam et les musulmans : Les interroger sur les incohérences et les contradictions de leur système intolérant et totalitaire. Et ne pas les lâcher tant qu’ils n’ont répondu !

Mais nous devons toujours le faire dans le RESPECT !

Et en reconnaissant que nos “valeurs” sont trop souvent rongées aujourd’hui par le doute, le relativisme, le matérialisme ; et pas mal de débauche.

QUESTION : Pouvons-vous résister à l’islam avec une telle faiblesse d’identité et de valeurs ? — Non, selon le sociologue américain Christopher Caldwell : « Quand une culture peu sûre d’elle, malléable et relativiste, rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes, c’est généralement la première qui change pour s’adapter à la seconde.” (Une révolution sous nos yeux : comment l’islam va transformer la France et l’Europe)

Comment donc peut-on espérer que les musulmans évoluent ? — Qu’ils renoncent à croire en Dieu et deviennent athées ? Pensez-vous qu’ils pourront sortir du totalitarisme islamique sans leur révéler le Dieu-Amour tel qu’il se révèle dans les évangiles et le Nouveau Testament de la Bible !?

De plus en plus aujourd’hui sont convaincus de l’importance du facteur religieux et chrétien, dont la somalienne Ayaan Hirsi Ali, alors qu’elle est athée elle-même. Et l’historien Jean Sévillia : "Seule une religion peut répondre à une religion. Mais si l’Etat (et autres cercles) n’y était pas hostile, ce serait mieux. Nous sommes à la croisées des chemins : pour poursuivre sa route, la France devra choisir. » (Historiquement incorrect, Fayard)

Oui, nous avons à choisir entre le relativisme à tout va, avec la christianophobie  —  et l’islam avec la charia (et beaucoup d’incendies).

http://islamclairetnet.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

ppkc 03/11/2011 21:43



Dieu existe,.. j'ai marché dedans !


Les religions (une vingtaine) ont été inventées par les hommes pour asservir les hommes (Ceux, incapables de raisonner par eux-mêmes, qui n'ont pas de morale et, rien dans le
pantalon).


Faites comme bon vous semble mais moi, à 73 ans, par instinct de survie, je chie dessus.





 


 


 



Marie-Claire Muller 03/11/2011 20:34



Face à l’islamisation, le temps n’est plus aux
concessions, par Yann Vallerie [tribune libre]



Réactions (14)






 


02/11/2011 – 20h00
PARIS (NOVOpress) – Les locaux de Charlie Hebdo, hebdomadaire satirique de gauche, viennent d’être incendiés cette nuit. Hasard ou pas, ce matin paraît un numéro
intitulé « Charia hebdo » , qui se veut un retour sur les élections en Tunisie (qui ont vu les islamistes réaliser un score de 40% alors que sous Ben Ali, quoi qu’on en dise par
ailleurs, ils faisaient profil bas) et sur la tendance générale qui est au retour à l’islamisme dans le monde arabe depuis le fameux « printemps arabe », orchestré et téléguidé par les Etats-Unis
et leurs euro-valets. Bien évidemment, qui dit Charlie Hebdo, dit humour et refus du politiquement correct.


On se souvient tous de « l’affaire des caricatures » (du prophète Mahomet) en 2005, et de
ces dessins humoristiques et satiriques publiés par un quotidien danois, puis relayés par Charlie Hebdo, qui avaient provoqué un déferlement de haine et de violence dans de nombreux pays
musulmans, mais également en Europe (menaces de morts, manifestations haineuses). On se souvient alors de la faiblesse et de la lâcheté des politiciens et des gouvernants (danois et français
notamment) qui, plutôt que de monter au créneau pour défendre la liberté d’expression en Europe et le droit au blasphème, avaient, pour le Danemark, demandé aux auteurs de ces caricatures et
au journal les ayant publiées de faire profil bas avant de s’excuser platement auprès du monde musulman. On se souvient également qu’en France, l’hebdomadaire Charlie Hebdo et son
rédacteur en chef de l’époque, Philippe Val, avaient été poursuivis en justice, sans succès.


Il va sans dire qu’on attend, suite à cet incendie, les réactions des Delanoë (si prompt à dénoncer l’obscurantisme religieux quand il s’agit de manifestations pacifiques de catholiques dénonçant
la christianophobie ), des BHL (dont le nouveau surnom devrait être « Lord of war ») , des Hollande et des Copé , toujours en première ligne quand il s’agit de dénigrer et d’attaquer les classes
populaires « souchiennes » européennes, mais silencieux dès que cela serait susceptible de concerner d’autres communautés. Cette subordination volontaire à « l’autre », cet ethnomasochisme
ambiant, ces discours soporifiques mais dangereux sur la nécessité du « vivre ensemble » et de la tolérance  conduisent à des actes comme celui de ce matin.


En effet, aujourd’hui, au vu des concessions qui sont faites jour après jour à l’Islam et aux musulmans en terre d’Europe (généralisation de l’industrie halal, édification massive de mosquées,
introduction de la finance islamique…) Il apparaît normal venant de la communauté musulmane de revendiquer toujours plus (suivre le Coran à la lettre, c’est aussi vouloir que le pays dans lequel
on vit soit régi par la loi coranique) sur le sol européen  et  il est bien compréhensible que, se sentant en position de force,   les plus radicaux d’entre eux tolèrent de
moins en moins ce qu’ils jugent être des attaques contre leur religion. (Il manque sans doute une partie « humour » dans leur grand livre sacré).


Cette lâcheté, cette peur de nos gouvernements et de notre classe dirigeante européenne vis-à-vis de tout ce qui touche à la religion musulmane et au monde musulman ne doit pas contaminer les
peuples d’Europe. Nous ne devons pas devenir des esclaves !


Nous devons faire comprendre aux musulmans d’Europe la chose suivante : la terre d’Europe n’est pas une terre de soumission à leur loi islamique. Nous ne sommes pas des dhimmis. Si
l’envie nous prend de dessiner Allah, en string ou en Bigouden, libre à nous. La condamnation juridique du blasphème n’existe plus en Europe, fort heureusement d’ailleurs. En Europe, nous
n’accepterons jamais que les femmes puissent se faire lapider, qu’elles portent le voile, qu’elles soient rabaissées à un rang inférieur à l’homme. En Europe, nous n’acceptons pas non plus que
notre manière de vivre et d’agir soit dictée par un livre écrit par un homme totalement étranger aux us et coutumes de notre continent. En Europe, nous refusons que la viande que nous mangeons
soit égorgée sans étourdissement préalable. Nous refusons également d’être obligé de payer une quelconque taxe à un organisme religieux sous prétexte de manger de la nourriture. Nous le refusons,
car notre civilisation réside sur une histoire commune, des traditions communes et un pacte social dont tout cela ne fait pas partie.


Que nous nous entendions bien : refuser la soumission de l’Europe au Coran, ça n’est pas dénigrer l’islam. Ainsi, d’Iran en Palestine, d’Afghanistan en Turquie, les musulmans qui composent en
majorité ces pays sont libres d’appliquer (ou pas) la loi de leur prophète et il apparaît d’ailleurs scandaleux que des forces dites européennes ou américaines interviennent pour imposer une
vision du monde unilatérale et totalitaire. Les musulmans d’Europe qui ne supporteraient pas l’humour, la critique et encore moins le débat, ont donc tout le loisir d’émigrer vers des terres
d’Islam qui sauront sans aucun doute les accueillir et leur permettre de s’épanouir religieusement. À moins d’admettre enfin clairement et publiquement leur volonté de rester en Europe pour en
faire un nouveau califat ?


Nous devons être intransigeants. Ne pas céder, sur rien. De notre gastronomie aux livres que nos enfants étudient à l’école. De notre liberté de ton et d’esprit à notre vision de l’histoire. De
notre rapport à la femme à notre rapport à la nature et aux êtres qui la composent. Il en va de notre salut !


Aujourd’hui, malgré tout ce qui peut nous opposer, j’irai acheter Charlie Hebdo. Parce qu’Allah, cet inconnu dont tout le monde parle mais que personne n’a jamais vu, commence à me taper
sur le système. Et parce que les esprits libres et insoumis, d’où qu’ils viennent, méritent d’être soutenus.



Photo Une : extrait dela couverture du numéro de “Charlie Hebdo” consacré aux caricatures de Mahomet/DR.



[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de
mention de l



Epicure 03/11/2011 18:38



Excellent rappel aux journalistes et humoristes d'être plus intelligents et critiques sur eux-mêmes...! et ne pas faire un humour de caniveau...


Pour le reste, la guuerre civile y pourvoira...


Attendez donc la vraie crise économique, et les "bêlants" vont changer de direction...