Charles de Gaulle : hommage au plus grand des Français - Par Karim Ouchikh

Publié le 9 Novembre 2014

Gérard Brazon interview3 Préface par Gérard Brazon

Il ne fut pas le seul grand homme de France. Nous pourrions trouver dans nos Rois de France, des grands hommes comme chez les capétiens mais pas seulement, car les Valois comme les Mérovingiens ont donné aussi des grands hommes.

Chacun connait Napoléon 1er et mon faible pour Napoléon III.

Le général De Gaulle était royaliste disaient certains, Bonapartistes disaient d'autres, il fut incontestablement le dernier grand homme en compagnie de Clémenceau durant le dernier siècle.

Grand homme de la Libération, grand par l'image qu'il donna de la France dans le monde, le poil à gratter des États-Unis, grand par cette certaine idée de la France qui n'habite plus nos fonctionnaires politiques car ils n'ont plus aucune idée hormis celle de se remplir les poches.

Alors oui, l'idée du gaullisme se retrouve et curieusement disent beaucoup, dans une certaine idée qu'a le Front National de la France. En fait la France trouve et trouvera toujours les moyens de s'exprimer y compris par la voix de ceux qui lui furent opposés en fonction des contextes.

Les contextes ayant changés, il est naturel que l'idée Gaullienne de la France resurgisse et devient une idée moderne car la souveraineté et l'indépendance, tout comme la Nation, est une idée moderne quoiqu'en disent les dirigeants et autres incapables ou incompétents.

 

 

Gérard Brazon

*******

Par Kraim Ouchikh Président de SIEL
Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie
Conseiller municipal de Gonesse


general-de-gaulleVoici 44 ans, le 9 novembre 1970, le général de Gaulle était rappelé à Dieu. Avec la disparition du fondateur de la Cinquième République, la France perdait l’une des figures les plus illustres de son histoire. 

Son empreinte laissée dans notre mémoire collective reste discutée par certains de nos compatriotes, singulièrement aux yeux de ceux qui ne lui pardonnèrent pas la politique qu’il mena lors des événements douloureux de la guerre d’Algérie. Sur cet épisode tragique de notre histoire, le temps ne semble pas avoir totalement apaisé les passions. 

Sans nier ces controverses historiques, je veux rendre hommage à celui qui restera, pour le plus grand nombre des Français, un homme d’exception, un homme qui affronta les défis de son temps avec courage et lucidité. 

L’homme d’exception qui se leva en 1940 avec audace pour dire non à l’Occupation allemande et qui, de Londres, organisa avec détermination la Résistance, aux côtés des forces alliées, jusqu’à la libération du sol de la patrie. 

L’homme d’exception qui restaura avec abnégation la grandeur de notre pays, en opposant aux hégémonies de l’époque, américaine ou soviétique, la puissance d’une diplomatie tempérée, renouant de la sorte avec la tradition capétienne de la France. 

L’homme d’exception pénétré du rôle régalien d’un Etat stratège dont la vocation particulière fut avant tout de montrer le cap, en dotant le pays d’institutions stables, de programmes économiques d’avenir et d’infrastructures équilibrées. 

L’homme d’exception, pétri de culture classique, imprégné des hauts faits de notre histoire et des splendeurs de notre civilisation chrétienne, qui épousa fidèlement les intérêts vitaux de la France, sans jamais se laisser séduire par les aventures européiste ou atlantiste. 

Sens de l’honneur, autorité, probité, autant de valeurs insignes qui s’attachent à un homme dont la figure éminente se confond indissolublement avec le sens de l’Etat, le rayonnement de la France et l’amour charnel de la patrie. 

Cet homme d’exception nous manque aujourd’hui infiniment. 

Ce 9 novembre 2014, au pied de la tombe de Charles de Gaulle, je mesure combien est immense la dette spirituelle que nous lui devons collectivement. 

Ce 9 novembre 2014, à Colombey-les-Deux-Eglises, nous sommes nombreux à considérer que l’itinéraire exemplaire de Charles de Gaulle est source d’enseignements politiques féconds qu’il nous appartient, devant la gravité des défis de ce temps, de ne jamais négliger. 

Ce 9 novembre 2014, partout en France, nos compatriotes se recueillent avec émotion et font mémoire de la vie et de l’œuvre du plus grand des Français.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Aaron 21/11/2014 16:47


.... guidé par la raison d'Etat.

Aaron 21/11/2014 16:47


Certs, son bilaon fut assezpositif, d'autant plus qu'il fût certainement suidépar "laraison d'Etet"...;Par contre quel manque depoigne face à la chienlit gauchiste  en mai 1968.....

DUBAYLE 12/11/2014 18:26


Bonjour. Je ne peux être d'accord avec ce flot d'admiration. A Alger, j'étais (avec la foule) sous le balcon où apparu cet objet d'amour. Nous étions, tous, aussi en admiration. La suite, vous
connaissez. Ce grand (par la taille) homme d'exception  pénétré du rôle régélien, nous l'admirions aussi. Mais ça n'est pas avec un rôle régalien qu'il nous a pénétré. Et la pénétration a
été douloureuse. Je suis loin d'être un intellectuel et il m'est difficile de vous dire élégamment ce que je ressent et pense de ce "grand" général sans respect de la parole donnée, menteur par
fatuité et totalement indifférent des suites immédiates des tueries qui on suivi. Je vous laisse ce soin. 


Désolé pour mes propos, Monsieur. vous, je vous respecte et continuerai de vous suivre.
D'accord sur d'autres sujets. Cordialement. 


 


 

marie-plume 11/11/2014 17:04


Ne dramatisons pas " Aupied ", les événements dans le monde entier sont dramatiques, et il faut accepter de vivre au quotidien en nous préservant du sort cruel réservé aux chrétiens d'Orient
livrés aux barbares islamistes ... Le temps travaille sans doute pour des jours meilleurs, mais il est évident que l'ensemble des Français doit être à l'unisson pour élire aux prochaines
élections une personne qui sera digne et résolue à redonner à la France sa souveraineté et le respect intransigeant de toutes ses institutions dictées et voulues par le général de Gaulle . Depuis
plus de trente ans les gouvernants successifs se sont fait élire sur de fausses promesses en privilégiant leurs seuls et bas petits instincts, nous voyons les dramatiques résultats dans une
France moribonde aux mains des fossoyeurs cupides et rapaces venus des émirats entre autres... La reconquête de notre pays sera âpre, il nous faudrait des hommes comme Churchill, De Gaulle,
patriotes s'il en fût...Prions!  


 

aupied 11/11/2014 15:14


Marie-Plume bonjour , ce que vous dites est bien la vérité , le chaos nous y sommes en pleins dedans , malheureusement aucuns personnes maintenant n'est capables de redresser notre pays , mais
surtout hollande doit quitter la présidence ?


sur ce je vous souhaite une bonne journée 

marie-plume 10/11/2014 21:42


C'était aussi, et surtout un visionnaire! Témoin, cette phrase fulgurante:"Après moi ce sera le chaos"Nous y sommes pardi! 

aupied 10/11/2014 17:23


Bonjour , oui Monsieur Le Général De gaulle était un grand homme , il a su conduire la France , que se soit militairement ou civilement , certains l'on critiquez parce qu'il a donner
l'indépendence a l'algérie , il ne penser surement  pas que, un jour nous serions embêter par ces gens là, mais ne pensez-vous  pas que les dirigeants de notre pays pourraient eux aussi
 être critiquer , qu'ont-ils fait depuis Giscard a hollande ?? pouvez-vous le dire ? eux se fichent de la FRANCE tout ce qu'ils voient c'est être a la présidence , vadrouiller,  et
surtout se remplir les poches . 

marco 10/11/2014 09:00


Pas d'accord,le générat De Gaulle était un grand soldat c'est lui qui pronait avant la seconde guerre mondiale l'arme blindée,ce en quoi il avait raison puisque les allemands ont démontrés de
façon magistrale l'exactitude de ses vues-Quiand a la guerre d'Algérie,là il a fait une grave erreur en abandonnant ce département et pire encore  en ignorant le sort réservé aux harkis-Il a
gravement blesser l'armée Françaisedans sa majorité(en enlevant aux troupes de marine le port du bérêt rouge pourtant décernés par la reine d'angleterre en 1946)réautoriser ensuite par Giscard.

ESSYLU 09/11/2014 22:22


Que de Gaulle est une haute idée de la France autant que de lui-même est un fait mais pa ailleurs son incompétence en qualité de militaire et sa traîtrise dans l'introduction du communisme aprés
guerre outre dans le traité d'Evian le disqualifie pour le titre de grand homme, si le sieur OUCHICK ne comprend pas ça il est fort décevant