Chercher son petit ami au Maroc peut coûter cher...

Publié le 4 Juin 2014

Le politiquement correct à l'oeuvre dans le journal La Provence.com. Le titre parfaitement faux cul : "Une Vauclusienne enterrée vivante au Maroc".

  De Vauclusienne, cette jeune fille devient une marocaine cherchant un amoureux au Maroc. Ce qui prouve sa détermination à s'intégrer si ce n'est s'assimiler en France.

Une Vauclusienne disent-ils qui a trouvé au Maroc les racines qui lui manquaient probablement en découvrant un petit ami marocain sur un réseau social et qui l'a enterré vivante. Sans doute qu'il ne l'a pas fait exprès... Qu'il a confondu l'expression "partir à la découverte de ses racines"... Allez savoir...

Mais plus loin, nous apprenons qu'elle était diabétique, qu'elle ne travaillait plus !  C'est à la suite d'une regretable erreur de jugement de son petit ami, qu'elle s'est retrouvée quelques centimètres sous terre. Pas de chance vraiment.

Pourquoi cette idée me traverse-t-elle l'esprit ? Si elle avait essayé l'assimilation, elle aurait été fâché avec sa famille certes, mais au moins elle serait encore vivante ! Allez savoir ...

 

La voix tremblante, Jamila, sa grande soeur, a encore du mal à réaliser.

Enceinte de huit mois, c'est la seule de la famille El Houari qui n'a pas fait le déplacement au Maroc pour savoir réellement ce qui est arrivé à Mina, 25 ans, retrouvée morte dans un jardin.

Originaire de Cadenet, Mina El Houari avait quitté sa famille le 19 mai pour un voyage au Royaume chérifien. Au départ, c'est avec une amie qu'elle devait se rendre du côté de Fès. Au final, c'est seule qu'elle a fait le voyage pour aller rencontrer un jeune homme avec qui elle entretenait une relation depuis des mois via le réseau social Facebook. "Le tort qu'elle a eu, c'est de partir seule. Si ça peut aider d'autres personnes...", murmure sa grande soeur.

Diabétique, Mina ne travaillait pas. "Elle était même fatiguée ces derniers temps". Alors, ce périple à Fès pour rencontrer celui qu'elle croyait être l'homme de sa vie, était aussi l'occasion de se reposer. La jeune femme s'était d'ailleurs offert une chambre d'hôtel dans un 5 étoiles... Il ne lui restait plus qu'à rencontrer son amoureux de la toile.

Mina, qui devait donner des nouvelles à ses proches, ne l'a pas fait. Inquiets, ses parents, mais aussi le personnel de l'hôtel où elle séjournait, se sont mobilisés. Des recherches policières ont été engagées et, très vite, les enquêteurs marocains sont parvenus à une terrible conclusion.

Au soir d'un rendez-vous, Mina aurait fait un malaise et aurait perdu conscience. Paniqué, son ami, qui la croyait morte, aurait voulu se débarrasser au plus vite de son corps. L'idée de l'enterrer dans son jardin lui est apparue comme la meilleure...

Une pelle et un pantalon retrouvés chez le suspect

Sauf que la jeune femme, retrouvée sous plusieurs dizaines de centimètres de terre, était encore vivante lorsqu'elle a été ensevelie.

Le suspect, un Fassi, chez qui une pelle et un pantalon recouvert de boue ont été mis au jour, n'a pas nié longtemps, mercredi dernier, d'après nos confrères d'Al Akhbar et de l'agence de presse espagnole EFE. Le Procureur général de la cour d'appel de Fès l'a placé en détention dans l'attente de son jugement.

La famille de Mina El Houari, qui a grandi à Cadenet, est sur place. Ses parents, qui travaillent tous deux pour le propriétaire d'un grand groupe hôtelier, sont connus et unanimement appréciés dans la commune du Luberon.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article