Chine/Pakistan : Pékin a vendu en secret un 3ème réacteur nucléaire à Islamabad

Publié le 22 Avril 2013

Chine- Pakistan

Pakistan, bombe à retardement ! 

La Chine et le Pakistan sont parvenus à un accord formel et secret le mois dernier pour construire un troisième réacteur nucléaire à Chashma. L’administration Obama a réagi en disant que la Chine viole ses propres promesses en vertu d’un accord international sur les armes nucléaires.

Selon le renseignement américain et des représentants diplomatiques, l’accord secret pour le réacteur 3 Chashma a été signé à Beijing lors de la visite d’une délégation de la Commission de l’énergie atomique du Pakistan du 15 au 18 février.

L’accord prévoit que China National Nuclear Corporation (CNNC)  construira une usine de 1.000 mégawatts de puissance à Chashma, située dans la province septentrionale du Pendjab, où deux réacteurs chinois ont déjà été construits.  Le gouvernement chinois le mois dernier a émis un avis interne aux fonctionnaires au sein de son équipe nucléaire et aux responsables politiques régionaux leur exhortant d’éviter toute fuite d’information à propos de la vente de ce réacteur car  Pékin s’attendait à ce que cet accord soit controversé, ont indiqué des responsables s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

L’accord sur ce réacteur a commencé à être élaboré depuis plusieurs années et a incité le gouvernement américain a multiplié les efforts visant à bloquer cette vente en raison de préoccupation sécuritaires et que cela stimulera le programme d’armement nucléaire pakistanais.

La CNNC est le principal producteur d’armes nucléaires  notamment au Pakistan et CNNC a vendu des milliers d’aimants annulaires au Pakistan dans les années 1990 qui ont été utilisés dans des centrifugeuses qui ont produit de l’uranium hautement enrichi pour des armes nucléaires.

En outre, les récents rapports du renseignement américain indiquent que la Chine , qui a fourni au Pakistan  des armes de données de conception et de technologie nucléaires, se trouve dans un processus de modernisation de l’arsenal nucléaire d’Islamabad, qui est estimé à  110 ogives.

La coopération inclue le développement d’une nouvelle tête pour le Pakistan et l’amélioration de son arsenal de missiles ainsi que de l’assistance dans le retraitement du combustible nucléaire usé.

Un rapport du  Congressional Research Service  publié le 13 février a déclaré: « L’ arsenal nucléaire du Pakistan se compose probablement d’environ 90-110 ogives nucléaires, mais il pourrait être plus important. »

Islamabad produit des matières fissiles, qui s’ajoutent aux installations de production connexes,  ces mesures pourraient permettre au Pakistan de procéder à des améliorations quantitatives et qualitatives de son arsenal nucléaire. « 

Le rapport avertit que le combustible usé Pakistanais des centrales nucléaires est vulnérable et peu sécurisé et peut-être volé, et négocié ensuite, en d’autres termes tomber dans de mauvaises mains. Le Pakistan est responsable d’un des cas les plus dangereux de prolifération nucléaire celui du  début des années 2000 lorsque la technologie des armes nucléaires a été fournie à la Libye , l’Iran et la Corée du Nord par le groupe dirigé par le scientifique nucléaire pakistanais AQ Khan .

L’administration Obama n’a pas contesté publiquement la coopération nucléaire entre les deux pays par le passé pour éviter de contrarier les efforts secrets américains contre le terrorisme islamiste dans la région.

La réaction contre la coopération nucléaire Pékin-Islamabad a également été minimisée en raison des efforts américains pour gagner le soutien chinois sur le dossier des sanctions contre l’Iran et son programme nucléaire illicite.

La Chine en 2004, a rejoint le groupe contre la prolifération nucléaire et l’AIEA et a décidé de ne pas vendre de réacteur supplémentaire au  Pakistan en sus des deux réacteurs vendus plus tôt. La Chine n’est donc pas autorisée à vendre des biens nucléaires à un pays qui ne fait pas partie de l’ Agence internationale de l’énergie atomique .

Deux responsables américains ont confirmé que l’accord du réacteur Chashma a finalement été conclu.

Les Porte-parole des ambassades chinoises et pakistanaises n’ont pas pu être joints pour commenter ce dossier.

Un fonctionnaire du Département d’Etat a refusé de fournir des détails sur la vente mais a déclaré que cette vente est illicite.

L’ administration a prévu de protester contre cet accord lors du prochain sommet du  NSG  qui se réuni  en Juin.

Il y a 46 membres au NSG  créé en 1974 et sa mission déclarée est de «contribuer à la non-prolifération des armes nucléaires par la mise en œuvre de lignes directrices sur les exportations nucléaires et les exportations liées au nucléaire. »

La Chine a accepté, dans le cadre de son  adhésion qu’elle se limiterait aux ventes pour le Pakistan des réacteurs Chashma 1 et Chashma 2.

La Chine a convaincu les responsables pakistanais de ne rendre cet accord. Pékin a cherché à éviter une mauvaise publicité qui aurait pu bouleverser la transition de leadership qui a eu lieu la semaine dernière à l’Assemblée populaire nationale, et qui a officiellement nommé les hauts dirigeants communistes à des postes gouvernementaux ;

La Chine a également cherché à maintenir l’accord du réacteur secret sachant que les États-Unis, cette année prennent à leur tour la présidence tournante du NSG .

La Chine a également exhorté la délégation pakistanaise de la Commission de l’énergie atomique à dédramatiser le récent transfert du contrôle à une entreprise chinoise du port de Gwadar. Les responsables américains soupçonnent que ce port servent dans l’avenir à la Chine pour faciliter les escales des navires de guerre chinois.

Le port se trouve à proximité du golfe Persique, où quelque 20 pour cent du pétrole mondial sont produit.

http://www.washingtontimes.com/news/2013/mar/21/china-pakistan-reach-secret-reactor-deal-pakistan/

Note : Le Pakistan est un des pays les plus instables de la planète. Les islamistes ont juré et c’est leur objectif de prendre le pouvoir au Pakistan. Les élections législatives pakistanaises de 2013 sont prévues pour le 11 mai 2013 afin de renouveler les élus de l’Assemblée nationale et des quatre assemblées provinciales du Pakistan après la fin de leur mandat de cinq ans reçus lors des élections législatives de 2008.

L’ancien Président Musharaff est lui interdit de se présenter à ces élections et se trouve en résidence surveillée.

Des élections au Pakistan en Mai, en Iran en Juin.  A surveiller de très près donc !

Résumé et adapté par Aschkel israel-flash



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2013/04/chinepakistan-pekin-a-vendu-en-secret-un-3eme-reacteur-nucleaire-a-islamabad/#ixzz2R7atTRqw

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article