Chistianophobie: reportage dans une église de Bagdad - par Gunnar Wiebalck

Publié le 2 Juin 2011

par CSI : pour Journal Chétien.net

L’actualité chrétienne est dominée ces dernières semaines par les persécutions dont sont victimes nos frères et soeurs dans les pays arabes.Notre collaborateur Gunnar Wiebalck nous envoie des salutations bouleversantes de Bagdad. Accompagné de John Eibner, il revient de l’église où plus de 50 chrétiens ont été assassinés par des islamistes le 31 octobre 2010.


Gunnar Wiebalck nous présente les survivants de l’attentat :

Le 11 mai 2011, nous nous sommes rendus dans l’église catholique syriaque « Sayidat al-Nejat » (Notre-Dame du Salut), dans le quartier de Karrada à Bagdad. On admire une croix inscrite dans un arc monumental dominant ce bâtiment dans lequel a eu lieu l’attentat le plus sanglant jamais perpétré contre la minorité chrétienne d’Irak. Il visait les fidèles présents lors de la messe le 31 octobre de l’an dernier.

 Recouvert de giclées de sang

Maintenant encore, sept mois après l’attentat, on voit partout dans l’église les traces du carnage qui a duré plusieurs heures. Le sol de marbre est creusé de grands trous près de l’autel, là où les kamikazes ont fait sauter leurs gilets explosifs. Au-dessus, on voit des morceaux de peau et des touffes de cheveux accrochés au crépi du plafond. Les terroristes avaient lancé des grenades à main dans la sacristie, dans laquelle les chrétiens terrorisés s’étaient serrés les uns contre les autres. La pièce, qui a pour toute fenêtre un abat-jour grillagé, est aspergée de sang de haut en bas. On voit d’innombrables points dans les parois, témoignant des salves de mitrailleuses. Une porte de métal est criblée de projectiles, des parements de marbre et du crépi sont détruits et gisent au sol. Les soutanes ensanglantées de deux prêtres assassinés, Saad Abdallah Tha’ir et Waseem Tabeeh, sont pendues à une colonne. Ils sont enterrés dans le caveau sous l’église. On peut lire « Dieu est amour » sur un drapeau irakien à côté d’un vase avec des fleurs en plastique et leurs photos encadrées. En décembre 2009, Saad et Waseem avaient participé avec des responsables d’Église et des victimes du terrorisme à une conférence organisée par CSI à Bagdad.

 « Ceux qui bougeaient, ont été abattus »

John Eibner, collaborateur de CSI, et moi-même avons mené des entretiens avec des survivants du massacre. « J’étais couchée par terre, au milieu des personnes mortes et vivantes, avec le visage baignant dans une mare de sang et de vomi qui s’étendait de plus en plus », nous raconte la médecin T. « Je faisais le mort, un homme m’a tiré les cheveux pour voir si je vivais encore… ceux qui bougeaient ont été abattus. »

H. nous relate la mort de son père dans une fusillade, alors que son frère et sa sœur enceinte sont restés allongés, grièvement blessés. Actuellement, ils suivent un traitement médical en Europe. H. ajoute qu’elle-même avait été blessée en 2004, lors d’un attentat contre la même église.

 Deux balles dans la jambe d’un bébé

Une élève âgée de 16 ans, M., nous a montré des photos de son frère abattu. « Ils ont aussi tué son fils de 3 ans. Après l’assassinat de son père, le garçon leur avait crié que s’était assez, assez ! » Depuis l’attentat, M. et sa mère cachent leurs cheveux sous un fichu noir sans plis. Dans le quartier de Karrada, les femmes non voilées risquent leur vie. M. nous présente aussi une photo de sa petite nièce, un bébé avec un grand pansement au pied. « Elle a été touchée par deux balles dans la jambe. »

La veuve de O. a été transportée avec sa fille grièvement blessée dans un hôpital en Europe. Les parents de l’homme abattu racontent que deux de leurs fils ont déjà obtenu l’asile dans ce pays. En juin 2011, ils y reverront leurs enfants. Ils nous montrent les billets d’avion pour eux et leurs deux filles, quatre vols aller. Des chrétiens irakiens tournent encore le dos à leur patrie – probablement pour toujours.

Salutations d’une ville traumatisée.

Gunnar Wiebalck

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Johanny 02/06/2011 16:02



Et c'est Mladik qui va être juugé par le T.P.I. !


 


http://www.bivouac-id.com/billets/ukraine-un-bambin-de-cinq-ans-egorge-comme-un-agneau-aux-cris-de-allah-akbar/ 


 



Nancy VERDIER 02/06/2011 15:38



Une tuerie digne des Nazis. Des Chrétiens assassinés uniquement parce qu'ils sont chrétiens, parce que l'Islam est INTOLERANT. Aujourd'hui les Chrétiens sont minoritaires en Irak, et ils ne
peuvent prendre les armes. Et d'ailleurs contre qui ??? Qui sont les tueurs ?? Les a-t-on retrouvés ?? Pour un Musulman, tuer un non-musulman c'est faire un acte de foi, compatible avec le CORAN.
Alors les Chrétiens qui étaient en Irak depuis deux mille ans, quittent leur pays pour venir en France. Mais en France, ils arrivent dans le pays le plus islamisé d'Europe...