Chrétiens en péril sous la botte de l'Autorité Palestinienne

Publié le 23 Décembre 2012

Vidéo/Bethléhem : Les derniers chrétiens- Dossier : le massacre des Chrétiens par les Palestiniens

2012-12-23_120013

Dans la longue liste des mensonges de la propagande arabe de l’Autorité palestinienne, celle qui consiste à expliquer qu’Israël est responsable de la baisse dramatique du nombre de Chrétiens dans la ville de Bethéhem (sous autorité palestinienne) et ce notamment du fait de la barrière anti-terroriste de sécurité. 

Encore largement ignoré par les médias occidentaux, une campagne systématique de persécution des Musulmans contre les Chrétiens se déroule dans les zones palestiniennes. Il s’agit d’une campagne de nettoyage ethnique et religieuse passée sous silence par le Vatican et autres  églises.

Les chrétiens ont longtemps été aux avant-postes du nationalisme arabe. L’intellectuel palestinien le plus populaire était un chrétien, Edward Saïd. Le terme de propagande «Nakba» a été écrit par un chrétien orthodoxe Constantin Zureiq (né à Damas). Le terroriste Georges Habache était chrétien, comme l’était l’épouse de Yasser Arafat. Azmi Bishara, député arabe qui a divulgué des secrets au Hezbollah, vient d’une famille de la classe moyenne chrétienne de Nazareth.

Depuis la première Intifada, les chrétiens palestiniens ont tenté de créér une unité entre musulmans et chrétiens por dépeindre Israël comme l’agresseur, le colonisateur et l’envahisseur.

Ils pensaient que le front islamo-chrétien contre le sionisme aiderait à assurer leur position dans le monde arabe.

En effet, les chrétiens arabes, et en particulier leur clergé judéophobe, ont été à la pointe de la lutte pour la destruction d’Israël.

Il s’agissait d’une opération politique qui a servi à couvrir les crimes commis contre les chrétiens par l’OLP et les groupes islamiques: le mariage forcé, les conversions forcées à l’Islam, l’humiliation et la violence, le vol des terres, les bombes incendiaires, le  boycott commercial, la torture, les enlèvements, le harcèlement sexuel et l’extorsion.

La dernière victime chrétienne de l’Autorité palestinienne a été l’église baptiste de Bethléem,  qui vient d’être déclarée illégitime, parce ce que le message de l’Eglise de la réconciliation va à l’encontre de la propagande haineuse qui imprègne la société palestinienne.

Les arabes chrétiens étaient sont obligés de faire des compromis continuels. Ils ont peur de parler de leur propre souffrance et ce de peur d’irriter les autorités musulmanes. C’est  devenu un sujet tabou, même en Occident.

Les chrétiens de Bethléhem sont passés de 15% de la population en 1950 à 2% aujourd’hui. L’AP refuse de révéler des statistiques précises de l’ampleur réelle de l’émigration des chrétiens.

Des magasins chrétiens incendiés

Les Palestiniens chrétiens aujourd’hui dénoncent « l’occupation israélienne », parce que s’ils ne le font pas, leur silence sera perçu comme pro-israélien par les musulmans.

Les leaders chrétiens ne mentionnent pas le fait que ce sont eux qui  ont le plus souffert de la règle mafieuse de la kleptocratie de Yasser Arafat.

Des slogans tels que «l’islam va gagner» et «D’abord, les personnes du samedi, puis les gens du dimanche» ont été peints sur leurs églises , et que des drapeaux de l’OLP ont drapé les croix des églises.

Après la guerre de 1948, les communautés chrétiennes ont terriblement souffert en « Cisjordanie », non pas sous « l’occupation israélienne », mais parce que les réfugiés musulmans ont été cyniquement installés dans leurs villes et villages par les dirigeants arabes. Ramallah était à 90% Chrétienne avant la guerre, alors que Bethléem l’était à 80%.

En 1967, plus de la moitié des habitants de Bethléem étaient Chrétiens, Ramallah est une grande ville musulmane d’aujourd’hui.

Dans un processus de «libanisation», Arafat a changé la démographie de Bethléem en apportant des milliers de musulmans dans les camps de réfugiés.

Arafat a ensuite transformé la ville en un refuge pour les islamikazes et a transformé le monastère grec orthodoxe, situé à côté de l’église de la Nativité, les cimetières chrétiens et les couvents furent profanés et les chrétiens sont devenus des boucliers humains de l’OLP.

Dans la première année de la deuxième Intifada, lorsque des terroristes d’Arafat ont ravagé les villes chrétiennes par des coups de feu et des mortiers, 1.640 Chrétiens ont quitté Bethléem et 880 autres ont quitté Ramallah.

En 2007, un an après la victoire du Hamas de Gaza, le propriétaire de la seule librairie chrétienne de la bande de la librairie a été sauvagement assassiné. Des commerces et des écoles chrétiennes ont été incendiés.

Ahmad El-Achwal état juste l’un des nombreux Palestiniens  convertit au christianisme tué par des militants islamistes.

Etonnant silence

Le silence du Vatican et le Conseil œcuménique des Eglises a été assourdissant. Seuls quelques dirigeants chrétiens ont eu le courage de dénoncer ce qui se passe réellement sur le terrain. Avec des mots durs et inattendus, en 2005, le Custode (gardien)de Terre Sainte, Pierbattista Pizzaballa, a déclaré à un journal italien: «Presque tous les jours – je le répète, presque tous les jours –  nos communautés sont harcelées par les extrémistes islamiques. »

Quand les chrétiens palestiniens ont approché leurs organisations et se sont plaints que les terroristes ont utilisé leurs maisons pour tirer sur Gilo (localité israélienne), La solidarité internationale chrétienne n’a pas de relever le défi.

Il y a quelques mois, le chef de l’Eglise catholique romaine en Angleterre, Mgr Vincent Nichols, a exhorté William Hague, secrétaire aux Affaires étrangères du Royaume-Uni, de répondre à la «situation tragique»  dont sont victimes les Palestiniens – non pas par les menaces islamistes, mais parce que les Arabes auraient été «déplacés « par la barrière israélienne à Beit Jala, en dépit du fait que dans la construction de la barrière de sécurité, aucune terre n’a été annexée par Israël, aucune maison n’a été démolies, et personne n’a été obligé de quitter sa maison.

En fait, la plus grande vérité ignorée par la presse occidentale et les Eglises, c’est que la barrière israélienne a aidé à rétablir le calme et la sécurité non seulement en Israël, mais aussi à Bethléem.

L’église de la Nativité, que terroristes palestiniens avaient investi en 2002 pour échapper à l’armée israélienne, est maintenant remplie à nouveau de touristes en provenancede partout dans le monde.

Les Églises catholiques et orthodoxes ont aussi fréquemment demandé aux autorités israéliennes de modifier le tracé de la barrière.

Ils n’ont tout simplement pas envie de vivre sous l’autocratie palestinienne.

Ainsi, par exemple, l’École Rosary Sisters dans le nord du quartier Dachyat El Barid de Jérusalem a été intégrée au côté israélien de la barrière, à la suite des demandes de la Mère Supérieure de l’ordre.

Aujourd’hui, les chrétiens palestiniens risquent le même sort que leurs frères au Liban. Tout le monde se souvient des atrocités phalangistes de Sabra et Chatila. Mais très peu de gens savent que la première communauté ethniquement nettoyée par les arabes  pendant la guerre civile était une ville chrétienne.

En Novembre 1976, les forces palestiniennes sont entrées à Damour des maisons ont été dynamitées ainsi que des  églises, des familles entières ont été massacrées.

Les morts du cimetière chrétien ont été exhumés et les squelettes dispersés à travers les décombres.

Plus de 500 chrétiens sont morts ce jour-là.

Bethléem sera –elle un second Damour?

Par Aschkel pour israel-flash source ynetnews

Voici un dossier sur le massacre des Chrétiens par les palestiniens de Yasser Arafat (Prix nobel de la paix !!! et Honoré en Grandes pompes par la France de Chirac)

Le massacre des Chrétiens par les Palestiniens


La vérité sur Bethléhem par Israelflash

Ce film a quelques années déjà mais l’actualité m’incite à le remettre en ligne à l’heure ou les chrétiens d’Orient se font massacrer.

On comprendra aussi pourquoi les autorités religieuses Mgr Sabbah et son secrétaire focalisent sur Israël tant la peur des represailles des musulmans les tenaille.

Ce même discours s’est retrouvé dans la bouche de certains prêlâts au dernier synode, on ne sera d’ailleurs pas surpris que leur patron n’ait pipé mot, et du manque de réaction des hyérarchies ecclésiatiques sur ce qui est en train de se produire en Orient, l’éradication de la Chrétienté comme l’a été auparavant celle du Judaisme.

Le 9 janvier 1976 au Liban , les Palestiniens assiègent la ville. Le 20, des milices palestiniennes massacrent les habitants dans le village de Damour


Damour Massacre Janvier 1976 by mnmlynda2000



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2012/12/videobethlehem-les-derniers-chretiens-dossier-le-massacre-des-chretiens-par-les-palestiniens/#ixzz2FsTyh7pT

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article