Chrétiens persécutés par des musulmans : Novembre 2011 "Tout le monde naît musulman" par Raymond Ibrahim

Publié le 31 Décembre 2011

Par Raymond Ibrahim         

Traduit de l’anglais par Nancy VERDIER

 

photo 5281BLe soit- disant “printemps arabe” poursuit sa transition vers “l’hiver chrétien” dans les nations qui subissent des changements démocratiques, comme l’Egypte, où les Frères Musulmans et les Salafistes ont dominé les élections. Rien de surprenant à cela, quand on sait que l’Administration  Obama, a dans les faits,  renforcé les Islamistes en vue de ces élections.  

 

Les régimes arabes qui n’ont pas été renversés par le “Printemps arabe” sont soumis à une pression internationale croissante. C’est le cas du régime séculier d’Assad en Syrie, où les chrétiens qui forment 10% de la population regardent l’avenir avec crainte, maintenant qu’ils ont vu les effets de la démocratie sur les nations voisines comme l’Irak, où depuis la chute de Saddam les chrétiens sont décimés.

 

Entre temps, il nous a été révélé  que “les chrétiens se voient refuser le statut de réfugiés aux Etats-Unis, alors qu’ils subissent des persécutions dans leurs pays d’origine et tombent sous le coup de la Charia, la loi islamique, au nom de laquelle ils sont très souvent mis à mort pour leurs croyances religieuses. Dans le même temps, des communautés musulmanes entières pénètrent en territoire américain par dizaines de milliers chaque mois bien qu’elles n’aient à souffrir d’aucune persécution religieuse ».

Avec un classement par thèmes et sans être exhaustive,  la série de novembre des persécutions musulmanes envers les chrétiens dans le monde entier répertorie les évènements par pays et par ordre alphabétique mais pas nécessairement par ordre de gravité.

 

  

Eglises

Ethiopie : Plus de 500 étudiants musulmans assistés de policiers musulmans ont incendié une église aux cris de “Allahu Akbar” (“Allah est le plus grand”). L’église était construite sur un terrain détenu par les chrétiens depuis plus de 60 ans. Mais le tribunal avait statué qu’elle avait été construite “sans permis”.

 

Indonésie : Des centaines de musulmans “extrémistes” se sont rassemblés pour dénigrer “l’arrogance” d’une église assiégée qui bien que fermée et obturée par les autorités, a reçu l’ordre de la Cour Suprême d’ouvrir à nouveau.  La communauté chrétienne a été contrainte de célébrer des services religieux sur le trottoir tout en subissant la pression des autorités religieuses musulmanes indonésiennes avertissant les chrétiens qu’il serait “sage et sensé” pour l’église de céder « aux sentiments des croyants locaux, essentiellement musulmans».  

 

Iran: Le ministre des renseignements a déclaré que les maisons pastorales dans son pays constituent une menace pour la jeunesse iranienne et a fait connaître une série de mesures pour freiner la croissance de ce mouvement favorable à des services religieux privés en Iran.

 

Nigeria : Des militants islamiques aux cris de  “Allahu Akbar” ont mené des attaques coordonnées contre des églises et des postes de police et ont ouvert le feu sur la congrégation composée essentiellement “de femmes et d’enfants”, tuant une douzaine de personnes. L’attaque est survenue dans une région où des centaines de personnes avaient été précédemment tuées au cours d’une violente émeute déclenchée après la victoire du Président chrétien Jonathan, sur son rival musulman, aux élections d’avril.

 

Turquie : L’ancienne église Ste Sophie a été reconvertie à nouveau en mosquée. Jouant un rôle important dans l’histoire oecuménique, l’église fut une première fois  transformée en mosquée en 1331 par l’empire Ottoman conquérant et oeuvrant pour le Jihad. Cependant, en 1920, en témoignage de la sécularisation du pays, elle fut transformée en musée. Sa récente reconversion en mosquée reflète la réislamisation de la Turquie.

 

 

Apostasie et Prosélytisme

 

Des Afghans sont  actuellement menacés dans le monde entier du fait qu’ils ont quitté l’islam pour se convertir au christianisme. Un exilé qui avait changé de nom après avoir fui l’Afghanistan en 2007 et s’était converti au christianisme a été poursuivi par un tribunal islamique qui avait lancé un mandat d’arrêt contre lui. Il continue toujours de recevoir des menaces : « Les autorités afghanes étaient très en colère et ont dit qu’elles me frapperaient à coups de couteau et me tueraient ».
La traque peut même se poursuivre jusque dans la lointaine Norvège : en septembre dernier, un Afghan converti au christianisme fut ébouillanté et défiguré à l’acide dans un centre de réfugiés. Ses agresseurs lui ont dit : « Si tu ne retournes pas à l’Islam, nous te tuerons ».

 

Algérie: Cinq chrétiens ont été jetés en prison pour avoir “prié en un lieu non inscrit sur des registres ». ICC (International Christian Concern)  un groupe international de défense des chrétiens, a mené une enquête au sujet de cette affaire et a établi que les chrétiens étaient accusés de « prosélytisme », « de prières illégales » et « d’insultes à l’Islam ». 

 

Iran: Le pasteur Yousef Nadarkhani qui avait capté l’attention du monde après avoir été emprisonné dans l’attente de son exécution pour abandon de l’Islam, reste derrière les barreaux, tandis que les autorités continuent de  chercher par tous les moyens  à le forcer à renoncer au christianisme ; la dernière trouvaille est que « tout le monde naît musulman ».
Un couple de chrétiens “enlevés et détenus illégalement” par les autorités durant huit mois sans charges formelles contre eux, ont été finalement relâchés, battus à nouveau et ont depuis fui le pays. Durant leur séjour en prison, ils ont été “ridiculisés et avilis” à cause de leur foi chrétienne. 

 

Cachemire: La police musulmane a arrêté et frappé sept convertis apostats de l’Islam dans l’espoir d’obtenir des aveux contre le prêtre qui les avait baptisés. Après que le grand mufti eût allégué que les jeunes avaient été alternativement  « leurrés » ou « contraints »  de se convertir par un prêtre anglican « en échange d’argent » , le prêtre fut arrêté de façon « humiliante ». Récemment libéré, sa vie est maintenant « sérieusement en danger ».

 

Kenya: Un gang de musulmans a poignardé et frappé à coups de barre de fer un réfugié somalien de 25 ans, et lui a cassé les dents; ce réfugié a ensuite été dévêtu, son corps dénudé fut recouvert de boue et abandonné inconscient près de l’église. Bien qu’élevé comme chrétien depuis l’âge de 7 ans, il a été attaqué « sur la présomption que comme Somalien il était né en Islam et était donc un apostat qui méritait la mort. »

 

Nigeria: Le groupe islamiste militant, Boko Haram, a exécuté les deux enfants d’un ancien terroriste et “assassin” parce qu’il s’était converti au christianisme. Alors qu’il était encore un terroriste en exercice, et qu’ “ il s’apprêtait à trancher la gorge d’une victime chrétienne”, il fut soudain saisi par la révélation  « du poids du mal qu’il allait commettre”. Après mûres réflexions il se convertit au christianisme. « Les membres de Boko Haram pénétrèrent de force dans sa maison, kidnappèrent ses deux enfants et l’informèrent qu’ils allaient les exécuter comme tribut en compensation de  sa trahison envers l’Islam. Cramponné à son téléphone, l’homme entendit les coups de feu qui assassinaient ses enfants. »   

 

Meurtres

Egypte: Après qu’un chrétien eût tué par accident un musulman, lors d’une querelle provoquée par ce dernier, des milliers de musulmans se soulevèrent et se lancèrent dans une “punition collective” contre le village des Coptes. Deux chrétiens qui n’étaient pas partie prenante de l’altercation furent tués ; d’autres furent poignardés et sérieusement blessés. Comme d’habitude « après un massacre des Coptes, il y eut un déchaînement de violence de la part des musulmans, qui se mirent à piller et à mettre le feu aux maisons de chrétiens et à leurs commerces. ».  Malgré cela,  « les musulmans affirment qu’ils n’ont pas encore pris leur revanche » pour la mort de leur coreligionnaire et on redoute qu’ils ne fomentent «  un massacre de Coptes à grande échelle ». Beaucoup de   chrétiens ont fui leurs maisons et se cachent.  

Kenya: Des islamistes suspectés d’être des extrémistes, apparemment furieux de la consommation de vin lors d’une communion – l’Islam interdit l’alcool – ont lancé une grenade près d’une église tuant deux personnes dont une petite fille de huit ans   et ont blessé sévèrement trois autres personnes. Le pasteur d’une autre congrégation a reçu un message de menace le sommant de quitter la région « dans les 48 heures sinon une bombe explosera et on vous tuera, nous savons où est votre maison, les chrétiens vont voir la guerre. On veut votre tête.”

Nigeria: Lors des derniers épisodes de violence, peu après la fin des prières à la mosquée, des centaines de musulmans armés ont envahi les villages chrétiens, comme “une nuée d’abeilles”, tuant, pillant, et détruisant pratiquement tout ce qui se présentait. Après quatre heures de ce déchaînement de violence, cent cinquante personnes avaient été tuées – dont cent trente au moins étaient des chrétiens. Quarante cinq autres chrétiens furent également tués par un autre groupe de musulmans qui hurlaient « Allahu Akbar », tout en mettant le feu, pillant et massacrant. Des centaines de personnes sont toujours portées disparues. Au cours de ces attaques, il y eut des explosions de bombes dans au moins dix églises. Presque tous les chrétiens ont fui cette région.  

 

Pakistan: Un chrétien âgé de 52 ans a été tué par un tir de balles provenant
 « d’un groupe non identifié de tireurs dans lequel sa famille suppose l’existence d’islamistes radicaux visant les chrétiens ». Selon le fils  « nous croyons fermement que mon père a été tué parce qu’il prêchait l’enseignement de la Bible, il n’y a aucune autre raison possible. » Il a commencé à recevoir des menaces  « après avoir émis le désir de mettre en œuvre une organisation d’assistance sociale en faveur de chrétiens pauvres » dans la région.   

"Dhimmitude"

(Insultes, avilissement, et suppression de la qualité de “citoyen non-musulman de seconde zone »)

Les exemples les plus frappants de dhimmitude pour le mois de novembre, proviennent de deux pays musulmans qui violent de façon notoire les droits des chrétiens, à savoir l’Egypte et le Pakistan. Aucun de ces pays n’est cité comme tel dans le rapport du département d’Etat américain sur la Liberté Religieuse Internationale   

Egypte: A la suite du massacre de Maspero en octobre, lorsque les militaires tuèrent une douzaine de chrétiens, dont certains furent écrasés de manière intentionnelle par les blindés, le procureur militaire d’Egypte garda en détention 34 chrétiens dont des adolescents de moins de 16 ans, accusés “d’incitation à la violence, de port d’armes et d’insultes aux forces armées”. Beaucoup des ces détenus n’étaient même pas sur le lieux des émeutes mais furent simplement  capturés dans la rue du fait qu’ils “étaient chrétiens”. Trois d’entre eux avaient moins de 16 ans, et l’un d’eux après avoir subi une opération d’extraction de balle de sa mâchoire, fut gardé enchaîné à son lit d’hôpital. Des centaines de chrétiens subirent également des attaques de la part de musulmans, avec des jets de pierres et de bouteilles, parce qu’ils protestaient contre les violences de Maspero : “Des partisans d’un candidat islamiste aux élections du prochain parlement vinrent se joindre aux attaques contre les Coptes. ». Dans le même temps, un dirigeant influent du parti  Salafiste, arrivé en deuxième position derrière les Frères Musulmans aux récentes élections, se mit à culpabiliser les chrétiens, en les rendant responsables de leur propre massacre, en s’écriant “qu’Allah les maudisse”. Les dirigeants des Frères Musulmans ont affirmé que seuls “ les alcooliques, les drogués et les personnes coupables d’adultères” sont contre l’application de la Charia – une référence très claire aux chrétiens d’Egypte. 

 

Pakistan: Un nouveau rapport de la  commission gouvernementale américaine indique que les livres de classe au Pakistan favorisent l’intolérance envers les chrétiens, les Hindous et tous les non musulmans, tandis que la plupart des enseignants considèrent les minorités religieuses comme « ennemies de l’Islam ». « Les minorités religieuses sont souvent représentées comme inférieures ou comme des citoyens de seconde zone qui se sont vus accorder des droits et des privilèges limités grâce à la générosité des musulmans pakistanais, dont ils devraient se sentir redevables »  note le rapport.
Dans cet ordre d’idées, lors de la tentative de saisie d’une parcelle de terre, appartenant à des chrétiens, la police musulmane et les cohortes d’un ancien chef militaire retraité, ont tabassé à coups de bâtons et de poings deux femmes chrétiennes, infligeant de sérieuses blessures à l’œil pour  l’une des femmes qui s’élevait contre cette tentative et voulait protéger sa terre, et ont tiré sur les chrétiens venus au secours de la femme. « Au cours des dernières années, les musulmans ont fait plusieurs tentatives pour s’emparer des terres des chrétiens, en réussissant la plupart du temps, car les chrétiens sont une minorité marginalisée ».  
De la même manière, sous une “fausse accusation de vol”, un couple chrétien fut arrêté et sauvagement tabassé par la police ; la femme enceinte « reçut des coups de pieds et de poings » et même lors de son interrogatoire, on la menaça de « tuer son fœtus ». Un policier proposa au mari de surseoir aux accusations de vol s’il acceptait de « renoncer à sa foi chrétienne et de se convertir à l’Islam ».

 

A propos de cette série

Parce que les persécutions des chrétiens dans le monde musulman se répandent comme une épidémie et atteignent  un stade  inquiétant, le domaine de recherche “Les persécutions des chrétiens par les musulmans” a été développé pour collecter certains – sinon tous – les exemples de persécutions subies par les chrétiens dans le monde.

Il répond à deux objectifs :

  1. Donner l’information que les médias ne donnent pas sur ces atteintes et persécutions chroniques et habituelles subies par les chrétiens sous le joug musulman.
  2. Montrer que ces persécutions ne sont pas des faits “isolés” mais qu’ils sont systématiques et reliés entre eux – avec une racine commune dans une vision du monde inspirée par la Charia.

 En conséquence, toutes ces narrations de persécution peuvent être ramenées à une seule et même rubrique : celle de la haine de l’église et des symboles chrétiens. Cette haine se décline sous formes d’abus sexuels de femmes chrétiennes, des conversions forcées à l’Islam, les lois contre l’apostasie et le blasphème  qui criminalisent et punissent de mort ceux qui quittent ou “offensent” l’Islam; le vol et le pillage au lieu de la Jizya (tribut attendu d’un citoyen de deuxième classe ou dhimmi) ; l’usage de la violence simple ou des homicides ou les deux réunis dans les meurtres violents. Et globalement, l’expectative entretenue chez les musulmans que tôt ou  tard, tous les chrétiens finiront par se comporter comme un troupeau de dhimmis.   

Le compte-rendu de ces persécutions recouvre différentes ethnies et cultures, différents langages dans des localités diverses – depuis l’ouest marocain jusqu’à l’est de l’Inde en traversant toutes les régions occidentales où il y a des musulmans. Il est clair qu’une seule chose relie toutes ces évènements les uns aux autres : c’est l’Islam – dans la stricte application de la Charia ou dans la culture suprématiste qui en est issue.

 

Raymond Ibrahim, an Islam and Middle East specialist, is a Shillman Fellow at the David Horowitz Freedom Center and an Associate Fellow at the Middle East Forum.

 

Previous Reports:

October, 2011 (traduction de Nancy Verdier sur Blog Puteaux-libre)

September, 2011

August, 2011

July, 2011

Related Items

Why 'Christian' Persecution?

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article