Christian Vanneste voit la même unité de vue entre les chrétiens réunis à Paray-le-Monial et les Identitaires.

Publié le 6 Novembre 2012

-

PARIS (NOVOpress) Revenant via un billet sur son blog sur sa participation à la Convention identitaire, Christian Vanneste a affirmé : “J’ai mis à profit ce long Week-end de la Toussaint pour participer à deux rencontres très différentes en apparence, et cependant très complémentaires : la première, à Paray-le-Monial était un colloque des Chrétiens engagés en politique. J’y étais en tant que Président de Famille et Liberté. La seconde était une intervention du Président du Rassemblement Pour La France devant le Bloc Identitaire à Orange. Deux atmosphères opposées : d’une part, des échanges très riches intellectuellement entre des responsables chrétiens de sensibilités diverses, des  ‘poissons roses’ socialistes à Civitas, avec la modération dans les propos et la recherche du consensus propres aux croyants ; d’autre part, une salle emplie de militants prompts à réagir par des applaudissements ou des huées aux propos des orateurs.”

 

Ajoutant : “Et pourtant, le problème principal était le même. L’Europe a renoncé à inscrire les valeurs chrétiennes dans le socle de sa Constitution. En niant de façon aussi aveugle son identité, elle a perdu son âme et s’est réduite à n’être que la machine à produire des directives conformes à la pensée unique de la technocratie.”

C’est pourquoi, selon le député honoraire et président du RPF, “de Paray-le-Monial à Orange, avec une halte devant les restes de l’église abbatiale de Cluny, chemin faisant, l’image de la France comme un grand fleuve qui a accueilli de nombreux affluents tout en demeurant lui-même, m’est apparue évidente. Ce fleuve au parcours tumultueux, s’il  veut continuer sa route, doit avoir confiance en lui et savoir, non sans fierté, qui il est : un pays chrétien, de culture greco-latine, dont l’histoire militaire a été riche, mais qui a beaucoup apporté au monde sur le plan scientifique, médical, culturel. C’est donc bien la même volonté d’affirmer une identité qui animait à la fois les Chrétiens de Paray et les militants réunis à Orange. Ils ne le disent pas de la même manière, mais, ils disent la même chose : on ne dessine pas un portrait avec une gomme.

Crédit photo : DR

[cc] Novopress.info, 2012

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article