"Christianophobie" et neutralité journalistique. Par Martin Dauch

Publié le 31 Octobre 2011

Martin Dauch est un jeune militant trentenaire de Droite, ancien de l'UMP, qui a bien voulu nous rejoindre sur "Puteaux-Libre" et nous donner son avis sur l'actualité !  Je le remercie très sincèrement. Bienvenue Martin!

Gérard Brazon

*********

"Christianophobie" et neutralité journalistique

Par Martin Dauch.

A dire vrai, cette fin de semaine était quelque peu ennuyeuse du point de vue médiatique. L'euro est "sauvé" (je dois dire que j'ai perdu le compte ; tout ce que je sais, c'est que ça fait une fois de plus depuis la dernière fois, et une fois de moins qu'avant la prochaine fois) ; le gouvernement de Nicolas S. mijote la prochaine recette d'austérité qui frappera encore les mêmes ; des arsenaux entiers circulent librement en Libye... ah non, ça, on s'en moque, ça ne vend pas.

Puis quelque chose est venu rompre cet ennui. Voilà en effet qu'à Paris, des chrétiens fervents ont décidé de se mobiliser contre une pièce de théâtre jouée au Théâtre de la Ville, qu'ils jugent blasphématoire. Au début, ce n'étaient que des membres de "groupuscules", si bien que tout cela aurait très bien pu être passé sous silence. Mais il y a eu un os : d'autres sont venus se joindre à eux samedi. Du coup, il a bien fallu que quelqu'un commence à en parler.

C'est, je crois, au Parisien qu'a incombé cette lourde tâche. On y apprend en effet qu'une "poignée" de "fondamentalistes" protestent chaque soir contre cette pièce. Et que : "Samedi soir encore, plus d'un millier d'entre eux se sont rassemblés place des Pyramides (1er), au pied de la statue de Jeanne d'Arc, à l'appel de l'institut Civitas, proche du mouvement lefebvriste." Remarquons tout de suite que, pour Le Parisien, un millier = une poignée ! A garder en mémoire pour la prochaine manifestation d'antiracistes.

Mais poursuivons notre lecture. L'institut Civitas, à l'origine de la manifestation de samedi, est "proche" du "mouvement lefebvriste". On retrouve une technique classique : le mouvement Untel est "proche" de quelque chose (du FN, de l'extrême-droite, de néo-nazis, que sais-je...), donc il est suspect. Peu importent ses intentions réelles, ni même l'identité réelle de ses adhérents. Il est "proche", et ça suffit. On a ensuite droit aux réactions outrées de MM. Vingt-Trois et Delanoë, pour finir en beauté.

Puis c'est le "20 heures" de TF1 qui s'en empare. On est samedi, il faut bien meubler. Et là, on a droit à tout. L'ineffable Chazal nous sort le grand jeu : son regard a l'air préoccupé, presque inquiet ; elle met un accent très fort sur les mots "ca-tho-liques inté-gristes" ; elle nous sort le mot "violemment" d'on ne sait où, étant donné que le reportage n'en avance aucune preuve matérielle ! Les journalistes qui y sont allés n'ont pas "décrypté", "éclairé", loin de là ; ils ont "essayé de comprendre". Essayé de comprendre : autant dire qu'ils n'y sont pas parvenus, et d'ailleurs qu'il n'y a rien à comprendre, puisqu'on parle d'une bande d'allumés. 

On en vient aux images-choc, choisies pour provoquer le rejet chez le téléspectateur. On est au pied de la statue de Jeanne d'Arc. Il y a des croyants agenouillés avec des costumes étranges. Il y a des "prêtres en soutane" (horreur !). On agite des drapeaux du Sacré-Coeur. Il y a même des croix... La caméra se focalise sur les passages les plus croustillants : slogan "Touche pas à Dieu" ; croix portant la mention "Dieu le veut". Les interventions d'Escada, secrétaire général de l'institut Civitas, et de quelques manifestants, rétablissent quelque peu l'équilibre, mais ont nettement moins force de conviction. Et surtout, tout est filmé en plan très serré, de sorte qu'on ne voit que quelques dizaines de personnes, alors qu'il y en avait un gros millier.

Puis on embraye sur le volet sécuritaire : les malheureux spectateurs sont obligés de montrer leurs billets de théâtre à la police, mais ils sont contents qu'elle soit présente (et c'est même "incroyable d'en arriver là", lâche une bonne femme boboïsante, qui, elle, donne carrément dans l'ahurissant). On fouille les gens, comme on fouille dans les aéroports lorsqu'on a peur d'un attentat. Encore une association d'idées fructueuse. La parole est donnée au directeur du Théâtre de la Ville, qui se plaint de menaces constantes, inacceptables "dans une République", "dans une démocratie". Puis vient le couplet moralisateur final du représentant de l'Église catholique. Fermez le ban.

Je fais l'impasse sur l'exceptionnelle photo que L'Express, grand spécialiste en la matière, a réussi à dégoter pour agrémenter son article Internet. Du grand art. Quant au blog Droites Extrêmes du Monde, il reste dans l'ordinaire de sa technique d'association de mots-clefs.

Et enfin, il ne se trouve personne, dans ce journalisme au service minimum, pour commenter l'argument le plus percutant de l'institut Civitas : s'il s'agissait d'une autre religion, cette affaire se serait déjà soldée par l'ostracisation du metteur en scène.

****

 Soyons clairs. Je suis loin d'être toute sympathie envers l'institut Civitas et les militants dont il a été question. J'ai des appréhensions vis-à-vis de leur recyclage opportun du mot "islamophobie", dont il y a beaucoup à dire, en un "christianophobie" qui hérite des mêmes tares que son parent. Et je me hérisse quand ils proposent très naturellement la pénalisation du blasphème.

Mais ce qui sert de médias, dans la France de 2011, est en train de se montrer tout à fait partial et impitoyable envers eux.

Martin Dauch

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Epicure 31/10/2011 09:51



je ne parlerai ici que des Journalistes. ce sont des ignares cultivés par une ecole assez minable et un cursus assez restreint (où sont les Normale Sup-tels  Jean François Revel???) Ainsi,
leur vocabulaire et toute leur sémantique sont excessifs et inapropriés voire carrément  erroné...
Mais une Audience Forlmidable leur donne des carrière infinie et un jour on les pousse dehors à l'aide de quelque disgrâce liée à leurs abus incessants mais dont on s'offusque soudain quand un
Pire-encore mieux Placé, brigue le poste...


La pathos Kitsch Chazalien est en effet invraisemblable et ridicule; à l'image des millions de crétins français qui soutienne sa présence par leur audience fidèle.



Francis NERI 31/10/2011 09:29



Eliminer Hollande au premier tour.


Bravo à Martin Dauch pour cette prise de "conscience" qui nous confirme que cette "liberté de conscience" est d'une importance cruciale. J'espère que "certains" comprendront enfin les raisons
pour lesquelles dans l'affaire qui nous a opposés Bertrand PLAS et moi à Martine Aubry il était important de relever des aspects de sa vie "privée" dont se sont emparés bien évidemment les
islamistes. Il s'agit en particulier de l'alcoolisme et de l'homosexualité, des "arguments" dont se servent les islamistes pour démontrer que notre société occidentale est "décadente", "sodomite"
et que l'islam c'est la pureté. Réfléchissons bien à cela et comprenons que l'Islam "moderne" se sert de nos valeurs perdues pour nous vaincre et que le conflit est bien une guerre de
civilisation, dans laquelle nous partons perdants si nous ne nous rassemblons pas autour de nos valeurs premières que la gauche dans son inconscience foule aux pieds. Il n'y a qu'une réponse à
court terme à cela: éliminer le candidat Hollande au premier tour.