Christine Tasin: quand les victimes doivent se laisser faire et se taire pour ne pas "stigmatiser".

Publié le 19 Novembre 2010

              Une de ces grognes que j'aime bien chez Christine Tasin Présidente de Résistance Républicaine qui dit les choses sans se préoccuper de déplaire à la bien pensance.
          Ah il est vrai qu'elle n'est pas tout à fait "politique"! Pas tout à fait dans le moule! Il lui faudra certes, beaucoup apprendre si elle souhaite faire passer son message dans une foule craintive de timides, de mous du genoux, de faibles d'esprits, d'incultes et autres bobos ou gogos de la politique d'aujourd'hui. Apprendre à policer un discours si elle veut grandir en politique car tout de même, le but est de faire partager au plus grand nombre l'alarme de Résistance Républicaine.  Elle est brut de bêton Christine! En 2010, cela n'est pas bien perçu par les possibles "pétainistes" de demain.
          Il n'en reste pas moins que cela fait plaisir de lire dans une langue ou il n' y a aucune poutre, pas de planchettes, voire de brindilles de bois qui trainerait là par hasard. Cela nous change des discours politiques habituels qui consistent à nous abreuver chaque jour via les médias bien pensant sauf lorsqu'il s'agit d'assassiner Nicolas Sarkozy (brouillard volontaire?) que tout va bien dans les cités, l'éducation nationale, la police, la justice la sécurité, et j'en passe.
          Bien entendu, pour la bien pensance et les droits-de-l'hommistes, ceux qui vous alarment sur l'islamisation évidente, la charia, la violence, la déliquescence, l'insécurité et j'en passe aussi, ne sont que des fascistes.
Gérard Brazon

 

C'est la nouvelle norme en France. On en avait eu un bel épisode avec l'incarcération de René Galinier, et les derniers éléments d'actualité ou de faits-divers sont très instructifs.

 

Vous avez d'abord cette ENORMITE proférée par le Snpden, syndicat des chefs d'établissement, affirmant que les enseignants en ERS (établissements en réinsertion scolaire), en exerçant leur droit de retrait après les violences dans leur établissement, à Craon et à Portbail, stigmatiseraient encore davantage les élèves en difficulté…  

 

Et oui, que des enseignants qui travaillent dans des conditions extrêmement difficiles, avec un public extrêmement difficile puissent se sentir en danger permanent, mis à jour  par certains incidents  n'est pas dicible pour ces chefs d'établissement !   Quelle belle œuvre et de psychologie et de pédagogie ils nous donnent là ! Comment croient-ils qu'ils vont éduquer ces jeunes en difficulté ? En se mettant à genoux devant eux, en niant ce qu'ils sont ?

Que nenni messieurs, il faut regarder droit dans les yeux l'enfant ou adolescent, qui est en train d'évoluer et a besoin  de repères, d'ordre et d'autorité, lui qui est un fauteur de trouble passé, et lui dire qu'on sait ce qu'il a fait et ce qu'il peut refaire et qu'on ne lui fera pas de cadeau. Et que les enseignants usent de leur droit de retrait est un message qui leur est envoyé et qui leur dit qu'il y a une barre à ne pas dépasser s'ils ne veulent pas se sentir abandonnés, définitivement. C'est cela éduquer. C'est cela faire grandir.  

 

Ensuite vous avez ce cynisme de l'avocat du violeur d'une gamine de 12 ans qui ose réclamer l'acquittement pour son client au motif  qu'il s'agirait là d'une "forme de sexualité" des jeunes… Le cœur se lève face à cette ignominie, face à cette perversion de toutes nos valeurs. On sent bien poindre l'évolution sous-jacente qui conduit des avocats sans éthique et sans respect de l'être humain à justifier par la coutume, et bientôt par la charia, n'en doutons pas,  les délits et les crimes. Après tout, une fille de 12 ans qui n'est ni musulmane ni voilée c'est forcément une proie légitime pour un viol et une tournante dans certains lieux, dans certaines communautés ! Et la pudeur de la femme, bordel !!!

 

Où va-ton ? Qui nous tirera de ce cauchemar ?

 

Sûrement pas l'UNEF, syndicat étudiant de gauche prompt à dégainer et à bloquer les facs pour défendre l'indéfendable mais qui, en février dernier, accueillait dans un concert contre le racisme (sic!) un groupe de rap se vantant de "baiser la France avec insistance"...  Encore une forme de sexualité de djeune, sans doute... 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 19/11/2010 14:05



Rap is crap,prendre tous les CD de NTM,les mettre dans les poubelles du rayon s de bains du super marché ,cela prend 5 mn et c'est amusant!


 


Dans certaines iles, il y a peu d' avocats   en revanche  les langoustes se portent bien ,j'ai dit bizarre?



rosalie 19/11/2010 14:04



On sait ce qui nous attend si le PS passe aux prochaines élections et là on n'aura plus qu'à la boucler: régularisation de tous les sans papiers avec logement dans Paris pour les satisfaire,
droit de vote pour les étrangers alors que nulle part ailleurs les étrangers ont ce droit, égalité pour tous à l'école (c'est déjà bien entamé depuis Jospin et Lang) avec un nivellement par le
bas évidemment, plus de porcs dans aucune cantine, changement des programmes d'histoire, amènagement d'horaires dans les piscines pour les femmes musulmanes, hallal de plus en plus dans les
restos, mosquées en veux-tu en voilà avec quelques minarets pour agrémenter etc...etc... L'UNEF n'en est pas à son coup d'essai, ces jeunes abrutis dont Hamon et Julliard ont fait partie,
bloquaient les nouvelles inscriptions à la rentrée avec des pancartes et des slogans: "places pour les sans facs". Il fallait des places pour les sans facs qui la plupart du temps étaient aussi
des sans papiers.