Christophe Barbier est-il fasciste ? Dieudonné révèle le tempérament de certains journalistes de gauche.

Publié le 8 Janvier 2014

Manuel Valls a raison d’affecter une mine grave. Ce qui se passe avec Dieudonné est grave. Cela a tout de l’étincelle qui peut mettre le feu aux poudres. Le pays est travaillé par des tensions extrêmes, et le gouvernement commence à interdire à ceux qui le critiquent, je veux dire à ceux dont la critique est réelle car sincère, cohérente, et qui plus est drôle (c’est pour toutes ces raisons que l’audience de Dieudonné explose), le droit de s’exprimer.

Nouvelles de France (Conservateur et Droite libérale

DieudonnéIl n’en faut pas plus pour provoquer un soulèvement populaire, pour agréger des mécontentements disparates dans une même colère à l’endroit d’un pouvoir qui se replie sur lui-même. Un pouvoir si faible qu’il n’a plus que la force pour se défendre. Un tel pouvoir se déshonore en agissant de la sorte, car il révèle sa véritable nature totalitaire et policière.

« En finir », « éradiquer », « par mesure d’hygiène », « faire pression sur les directeurs de théâtres », « Supprimer la tentation en supprimant l’objet »… La Gestapo n’employait pas d’autres termes s’agissant de la programmation des théâtres sous l’occupation (revoir Le dernier métro); on est même plus dans la condamnation, on est dans la réification de l’autre. Et ce n’est même pas un membre du gouvernement qui parle, c’est Christophe Barbier, un soi-disant journaliste de l’opposition !

Se rend-t-on bien compte de ce qui se passe ? De la dérive totalitaire massive à laquelle nous assistons. Si le peuple ne réagit pas, ce n’est pas la télé qui le fera à sa place. La télé, c’est ce qui fait exister le système, les people seront toujours solidaires des politiques. Seuls les gens avec leur conscience, leurs bras, leurs jambes et leur clavier d’ordinateur peuvent aujourd’hui agir pour couper court à ce mauvais scénario orwellien qui prend forme sous nos yeux.

Si Dieudonné fédère des traditionnels catholiques aux jeunes arabes des cités et en passant par toutes les couches de la population, c’est parce qu’il dit quelque chose de simple que tout le monde comprend, et qui rassemble tous les Français : le roi est nu (i.e le système médiatico-politique vous entube).

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 10/01/2014 16:28


A quelque chose, malheur est bon ! Les idiots qui croyaient que le vallseur était présidentiable (il y a quelques-uns) ouvriront peut-être les yeux sur la véritable nature de cet apprenti
dictateur !

mika 08/01/2014 19:08


Quenelle "Débat sur BEUR
FM"


 


https://www.youtube.com/watch?v=szEMBWpIgJ0