Christophe Barbier rêve de la Chine pour museler la liberté internet en France.

Publié le 6 Janvier 2014

Gérard Brazon interview3 Nous savons tous que les journalistes français sont, pour la plupart d’entre eux, de gauche ou sous influence. Qu’ils sont la risée des journalistes du monde entier !

Par Gérard Brazon

Enfin de ceux qui ont un certain respect pour leur métier qui consiste, il faut le rappeler sans cesse, à informer, à donner la possibilité aux lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, un accès à un éclairage objectif au minimum, voire pour les plus talentueux, les éditorialistes à donner une vision, une pensée, une opinion mûrement pesée, réfléchie, bref, des journalistes respectueux de la libre expression, de la liberté de penser et d’écrire.

Des individus honorables, des veilleurs, des témoins, des vigies, des oies du capitole pour ceux qui connaissent l’histoire de la Rome antique.

En France, nous avons les canards de l’Elysée. Aucun coin-coin intempestif pouvant réveiller les maîtres des lieux. De pauvres et pitoyables palmipèdes qui font la danse du ventre face aux différents pouvoirs, politiques, à ceux de la finance, et celui des publicitaires. De pitoyables clowns qui ne font rire qu’eux mêmes, quand ils se retrouvent entre eux sur les plateaux de télés, sorte de mini cirques de la bien-pensance et du coin coin.

Que penser du canard Barbier prénommé Christophe qui, malgré son prénom, n’a pu éviter l’accident linguistique trahissant sa pensée totalitaire profonde et sa vision de la liberté d’expression.

Ce Barbier sévit et se commet au « Journal l’Express » qui, comme son nom ne l’indique pas, se presse à se répandre en inepties contre tout ce qui n’est pas conforme à la « société magique » socialo-bobo et droit-de-l’hommiste.

Ce Barbier se taille cette fois les poils en quatre pour nous sortir au détour d’une interview sur RMC, dans les Grande Gueules, une émission de la gauche caviar, ou d’autres canards jouent à se faire peur, à se prendre pour des Zorro, à taper sur le Caporal du coin, particulièrement sur celui qui défendrait des thèses « d’extrême droiaate« , et en faisant très attention à ne pas inviter les gros sabots de la Résistance à l’islam, comme Renaud Camus, René Marchand et d’autres, comme Pierre Cassen ou Pascal Hilout. Bref, le Barbier dérape dans cette émissionCanada Dry  sur la liberté d’expression à la Chinoise qui, dans sa bouche devient une référence. Nos « deux canards journalistes » bobos présents, n’ont pu éviter la bourde. Ils ont beau donner l’illusion d’une liberté de ton, le Christophe Barbier a fait très fort.

Il faut réguler internet, dit le canard Christophe Barbier, « entre nous cela se régule internet, les chinois y arrivent bien » ! Bravo le Barbier ! Il fut même un temps,  pour réguler l’information j’imagine, les chinois mettaient les « penseurs libres » dans des camps de rééducation. Histoire de leur apprendre les limites de la liberté d’expression dans le cadre du respect de la loi. « Si les dictatures y arrivent, alors il faut que les démocraties fassent l’effort de faire respecter la loi« . Hitler et Staline et d’autres amoureux de la libre expression, avaient des lois adéquates pour cadrer leurs sujets, Ils auraient partagé sûrement son point de vue.

Nous en sommes donc là de cette inversion des valeurs, celles concernant nos libertés civiles. Le Barbier défend donc des valeurs « nauséabondes », rappelant les « heures sombres de notre histoire ». Il considère finalement la liberté d’expression comme nuisible et qui doit être corrigée par la censure. « A mort Voltaire, vive Mao » ! « Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire, le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau » chantait Gavroche.

Rappelons que le bougre est journaliste. Qu’il est invité sur tous les plateaux de télévision, qu’il vomit son discours bien-pensant et liberticide dans tous les studios de radio, et qu’il est toujours reçu par ses confrères, avec le plus grand respect dû à tous les  canards de l’Elysée.

Un canard de la race des journaleux se différencie de ses compères palmipèdes par le fait qu’il patauge dans la fange, et qu’il n’a pas de foie. Pas de tripes non plus, pas de cœur la plupart du temps sauf… dans les émissions compassionnelles où ils subissent un entrainement particulier pour que l’on puisse remarquer la paupière mouillée, la mine triste sans pour autant perdre le sens de la parole efficace du genre « à vot’ bon cœur m’sieurs-dames » en fin d’émission. Michel Drucker en est le phare, l’exemple à suivre.

Christophe Barbier est la preuve que ce type de « canards » peut évoluer et qu’il peut perdre aussi son cerveau. Ou du moins, qu’il a des ratés dans la programmation. Il va être temps de le recycler en « express » avant qu’il ne dérape totalement et nous vante les mérites des Princes d’Arabie qui eux aussi, savent bien « réguler » l’internet et le rendre halal. Sinon c’est la décapitation assurée sur la place publique au cimeterre. Rien de tel pour couper le sifflet aux opposants.

Alors je finis sur un coup d’audace: « Barbier, tu commences vraiment à nous raser »

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

lombard 08/01/2014 11:26


bonjour


je ne comprends pas que ce type et bien d'autres d'ailleurs dit "de la bien pensance...." ne soient jamais inquiétés !!

Marie-claire Muller 06/01/2014 23:41


Le meilleur des mondes?


Classé dans : Uncategorized —
francaisdefrance @ 22:25



mika 06/01/2014 15:29


Zemmour face au raseur Barbier



https://www.youtube.com/watch?v=T7dCJi7VwLY


 


Marine le pen à "télé bobos"...Barbier
passe au "trapèze"



https://www.youtube.com/watch?v=VrFTfbwTpMQ