Cirque Taubira : ils tirent leurs dernières cartouches mais ils vont dégager ! Par Cyrano.

Publié le 18 Novembre 2013

HollandedégageAprès les sifflets du 11 novembre et les arrestations arbitraires de la police de Valls, nouveau coup dur pour le squatteur de l’Elysée. Encore un record battu, 15 % seulement d’opinions favorables. Dans Boulevard Voltaire, Joris Karl nous fait une fiction intitulée, Le jour où Hollande est passé à 4 % !

http://www.bvoltaire.fr/joriskarl/le-jour-ou-hollande-est-tombe-4,41372

Cyrano de Riposte-Laïque. Alors, les grands stratèges et communicants qui entourent le président de la République ou sévissent à Solferino ont décidé de mettre le paquet sur le racisme et contre l’extrême droite, qui, comme en 1934, menacerait la République, rien de moins. Le détonateur ? Christiane Taubira en personne, cette ministre détestée, à juste titre, par des millions de Français. Ceux-ci n’ont pas oublié sa loi mémorielle partisane sur l’esclavage, le mariage et l’adoption homo adoptés en force, et encore moins sa politique laxiste place Vendôme, consistant à libérer des racailles par milliers, pour qu’ils continuent à massacrer tranquillement nos compatriotes dans la rue. C’est parce que les Français sentent sa haine des nôtres qu’ils rejettent massivement ce ministre agressif et arrogant.

Il a donc suffi qu’une gamine de 11 ans (pour qui la culture de l’excuse ne fonctionne pas) qui parle de guenon et de banane, et d’une couverture provocatrice de l’hebdomadaire Minute, pour que la manipulation se mette en place, dans le plus pur esprit de Carpentras, en 1990.


Le peuple de gôche est appelé à descendre dans la rue massivement pour dire non au racisme, et soutenir la malheureuse Garde des Sceaux. Mais cela se chamaille déjà pour savoir qui va mener la valse, et quand ? On en est à cinq initiatives différentes, 27 novembre, 30 novembre, 2 décembre, 3 décembre, 8 décembre, et l’ineffable Mélenchon entre dans la bataille.

Exactement comme lors des manifestations pour défendre le mariage homo, les bien-pensants ne vont pas mettre grand monde dans la rue. Le coup du fascisme et du racisme, non seulement cela ne marche plus, mais ces imposteurs l’utilisent tellement grossièrement que cela se voit vraiment de plus en plus ! On peut ne pas aimer Minute, il n’y a rien de raciste dans sa dernière couverture, malgré ce que glapit Taubira et les journaleux aux ordres du matin au soir. Ce que Lionel Jospin appelait« Le théâtre de l’antifascisme » n’est qu’une machine de guerre pour empêcher les Français de défendre leurs valeurs, leur culture, leur identité, leur civilisation, et d’accepter l’Union européenne, son immigration massive sans intégration, l’islamisation du pays qui en découle, et donc un changement de civilisation et un remplacement de population.

Dans ce contexte, où des millions de nos compatriotes et leurs enfants ont subi au moins une fois des insultes racistes, des menaces, des agressions verbales ou physiques, où notre pays est régulièrement injurié et sali, le cirque de Taubira est tellement indécent qu’il va forcément revenir comme un boomerang dans la figure de ceux qui l’initient. Et comme nos compatriotes ont horreur qu’on veuille les faire taire, les réactions humoristiques, voire provocatrices, à l’encontre de la ministre haineuse, du type de celle de Maxime Lépante, dans son dernier article intitulé Affaire Taubira : que Minute cesse d’insulter les singes et les bananes, vont se multiplier.

La vraie France, ce n’est pas Hollande et sa clique. Eux, ils sont une nouvelle nomenklatura qui défend ses privilèges, acquis au détriment du peuple. La vraie France, que Gabrielle Cluzel qualifiait de « bien élevée », affiche son soutien aux bonnets rouges bretons, et aux petits commerçants sacrifiés qui ploient sous les charges, comme nos compatriotes sous les taxes et impôts toujours plus nombreux.

http://www.youtube.com/watch?v=3q4QfE35goY

 

Nous assistons à un contre mai 68. Ceux qui, il y a 45 ans, nous disaient qu’il était interdit d’interdire, sont aujourd’hui au gouvernement, et aux manettes de l’Etat, notamment dans la justice, l’Education nationale et les médias. Quotidiennement, depuis trente ans, ils assènent leur propaganstaffel, ils cassent le pays, et imposent à ses habitants une nouvelle population, au nom de la société multiculturelle, qu’il faut bien nourrir, en période de chômage de masse. Donc, on étouffe ceux qui travaillent pour rembourser les banques, créditrices des dettes, et multiplier les aides à des nouveaux venus, style Léonarda et sa famille, qui n’ont jamais cotisé. Cette gôche est celle de la préférence immigrée. Et quand vous protestez contre ce mépris des nôtres, on vous qualifie de raciste et de fasciste.

Et bien, cela ne marche plus. Et ce n’est certainement pas la détestée Taubira qui va faire descendre dans la rue autre chose que les carriéristes de Solferino, les illuminés Verts, l’excité Mélenchon, des syndicalistes sanspapieristes pour patrons avides, les antiracistes de salon et les pseudos artistes bobos venus défendre leur gagne-pain. Ils ne sont pas le peuple, ils sont une nouvelle caste parasitaire, comme la bureaucratie soviétique sous le communisme.

Ils vont être ridicules, même s’ils vont peut-être faire descendre dans la rue quelques lycéens décérébrés ravis de sécher les cours, et que les médias gonfleront l’événement. Ils seront submergés par les prochaines manifestations des patriotes, et notamment par l’énorme montée nationale des colères, qui se dessine le 26 janvier prochain.

Plus de un million de manifestants dans les rues de Paris, bien moins gentils que ceux de La Manif pour Tous, scandant « Hollande démission », « Taubira dégage », « Une solution, la dissolution » c’est possible et même indispensable. Hollande et sa clique, déjà très affaiblis n’y survivraient pas.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Marie-claire Muller 19/11/2013 19:41


Racisme : le PS en flagrant délit de duplicité


 


 










- A +






Publié le mardi 06 septembre 2011 à 08H31 - Vu 1740 fois


Pour le PS existerait-il des « asiatiques » respectables et d'autres qui ne le seraient pas ? Des territoires où il est recevable de tenir des propos racistes et xénophobes et d'autres non… Des
alliés politiques tout aussi racistes et xénophobes, mais suffisamment éloignés pour ne pas avoir à s'en cacher ? Dégâts collatéraux de l'affaire du « Coréen national ».


L'affaire du « Coréen national », expression formulée par le député UMP Alain Marleix à l'endroit de Jean-Vincent Placé, candidat PS, EELV et PC aux sénatoriales de l'Essonne, a suscité un
hourvari d'indignation vertueuse ; le Placé en question hésitant à qualifier la chose comme preuve de « racisme, xénophobie, connerie, beauferie. Ou tout à la fois… », pendant que Jean-François
Copé récusait en pinçant le nez… et que le Parti Socialiste montait dans la gamme avec François Hollande et Martine Aubry.


Le premier, du haut de ses sondages, a stigmatisé l'UMP où il voit « une accumulation de dérapages nauséabonds dans la plus grande impunité » et demandé « que tout cela cesse immédiatement et
que ces propos graves reçoivent la sanction qu'ils méritent dans les plus brefs délais ».
La seconde en a rajouté une couche, visant le président de la République : « Après le discours de Grenoble de M. Sarkozy, après les propos du ministre de l'Intérieur, après le débat sur
l'identité nationale, après la tentative de remise en cause de la double nationalité, les principes fondamentaux de notre République sont à nouveau foulés aux pieds par un dirigeant de l'UMP ».


De belles paroles qui pourraient être recevables, quelle que soit la validité du prétexte, si ces deux dirigeants du Parti Socialiste n'avaient tous deux cautionné infiniment pire, es qualité
de « Premier secrétaire » et ne pêchaient donc par cynisme et tartufferie. En effet, l'un et l'autre ont validé l'alliance de leur parti avec un mouvement politique ouvertement raciste et
xénophobe, à des fins purement électoralistes. Ce parti politique, qui bénéficie d'ailleurs d'une aide financière du PS depuis 2004, est même chargé d'organiser pour les socialistes les «
primaires citoyennes » sur sa zone d'influence. C'est dire le degré d'imbrication des deux formations. Tant François Hollande que Martine Aubry ne peuvent ignorer les propos racistes réitérés
tenus par Oscar Temaru, président du Tavini Huira'atira et accessoirement de la Polynésie française. Encore concéderons-nous le fait que M. Hollande, depuis 2004, a pu changer.


Petit florilège à destination des bonnes âmes. En 1997, dans un journal néo-zélandais à propos des citoyens français d'origine métropolitaine et des Européens en général : « Ces gens sont pires
que le calcivirus. Ils prennent nos emplois, ils achètent nos terres, ils prennent nos femmes ». Mais ces mots étaient dits en anglais et à l'autre bout du monde… ce qui n'est pas le cas de la
lettre adressée le 15 décembre 2006, à François Hollande, premier secrétaire, par des élus autonomistes polynésiens. Extrait : « Pour votre parfaite information, le gouvernement Temaru a été
sanctionné principalement à cause […] d'une succession inadmissible de discours et comportements discriminatoires, racistes et xénophobes autrement plus scandaleux que les inacceptables propos
récents d'un présentateur de télévision sur les Africains. Si votre député Georges Frêche nous scandalise avec ses sous-hommes, que, dire, dans notre société polynésienne pluriethnique et
métissée, des propos suivants du président Temaru :
- les métropolitains sont des déchets ;
- les non pur maohi sont la pire des pollutions, contre laquelle il faut lutter (propos tenus à l'Assemblée de la Polynésie française !)
- s'adressant à une représentante à l'Assemblée de la Polynésie française, lui disant en substance : vous êtes une prostituée qui vend la pureté de la race à l'étranger.


- les jeunes ne doivent plus aller à l'école mais retourner sur les cocotiers et à la pêche car l'école ne fabrique que des crétins et des chômeurs.
Compte tenu de votre réaction, et eu égard à l'histoire humaniste du socialisme français, nous voulons croire que vous n'avez pas été informé complètement du fondement discriminatoire, raciste
et xénophobe de la politique du président Temaru et de sa majorité. Vous êtes à présent informé ; tirez-en les conclusions qui devraient s'imposer, comme pour M. Frêche. À défaut, nous aurons
compris que vous cautionnez ou partagez, vous aussi, cette vision du monde et ce qu'elle implique. La distance ou l'exotisme de la destination vous auront empêché de voir que le socialisme de
votre allié est beaucoup plus proche du national-socialisme que de notre socialisme humaniste français… »
François Hollande a regardé ailleurs et Martine Aubry de même, qui a reconduit récemment, sous l'égide de Christian Paul, les accords de coopération initialement signés sous l'autorité de René
Dosière.


La xénophobie de Temaru et de ses amis ne se limite pas aux seuls Européens, ce qui la rendrait recevable chez SOS Racisme - pour qui il existerait une jurisprudence en ce sens -, de même que
pour le MRAP qui, lui, fait en sus l'impasse sur un million de Français d'Algérie sous prétexte de décolonisation.
Les Chinois sont eux aussi régulièrement en butte à la détestation des alliés du Parti socialiste. En juin 2007, lors de travaux de l'Assemblée de Polynésie française, une élue du parti de M.
Temaru, Tamara Bopp Du Pont, s'en est prise aux « Chinois » qui « sont partout […] Aux îles Cook, ils se sont installés […] Je nous dis, à nous, de nous méfier. Les Chinois, ils veulent
s'incruster partout. Je ne suis pas contre les Chinois, mais qu'ils restent chez eux ».


Des propos qui font écho à d'autres jugements du même acabit tenus, de loin en loin, par des personnalités proches de la tendance de M. Temaru. Ainsi, en avril 2008, le secrétaire général de la
Confédération des syndicats indépendants de Polynésie (CSIP), Cyril Le Gayic, déclarait au sujet de l'élection du nouveau président du pays : « Se faire diriger par un Asiatique nous fait peur
[…] je ne cache pas que je ne voudrais pas que notre pays soit dirigé par quelqu'un qui n'est pas un Polynésien. Gaston Tong Sang est peut-être français mais pour nous, c'est un Asiatique…
».
Les bonnes âmes diront, mais tout ceci se passe à l'autre bout du monde… Certes, mais c'est la France du bout du monde, et le PS… de France est allié avec ces gens-là, pour les élections
sénatoriales, présidentielle et législati

island girl 18/11/2013 23:25


Les journalopes français creusent leur tombe et celle des bouffons du gouvernement ...à force de répéter tous les jours que la france est raciste ils ont monté les français contre eux memes
...BONUS TIME pour la vague bleu marine !