Climat des affaires en France : défiance et pragmatisme

Publié le 3 Février 2013

Publiée le 2 févr. 2013

Montebourg a rendu sa carte de la CGT pour prendre celle de la CFDT : il soutient désormais la restructuration chez Renault et il défend les accords de compétitivité à venir.
C'est le début de la fin du social-clientélisme.

Analyse de Nicolas Doze

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

aupied 04/02/2013 02:59


pas de besion s'appellé montbourg pour trouner la veste comme ça , mais ça c'est le PS , quand ça va plus d'un côté on va voir ailleurs , on recommence et on fout la m.... la valeur du mot
respect des autres n'existes plus , avec la population actuel il ne faut pas s'attendre a mieux , monsieur vous n'avez pas courage de dire vraiment le font de votre pensée , vous r'apporter ce
que l'on fait dire