Comment en finir avec la dette explosive qui ligote les Etats Européens. Préface Nancy Verdier

Publié le 9 Juillet 2011


C'est l'article 123 du Traité de Lisbonne qui oblige les Etats Européens à avoir quotidiennement recours à l'emprunt pour subvenir à leurs besoins, et désormais pour payer les intérêts de la dette. Il serait urgent de renégocier cet article 123...ou de sortir de l'Europe comme le préconisent certains élus européens (dont Nigel Farage). Aujourd'hui, la Grèce est en faillite. Demain, ce sera le Portugal, l'Espagne, la Belgique, la France. Les spécialistes le disent bien : sans le traité de Lisbonne, nous n'aurions pas de dettes. Ecoutez les explications des vrais économistes, des "sages" qui ont compris vers quel enfer nous roulons, et celles  "emberlificotées" de François Hollande sur la dette et les taux d'intérêt qui nous sont imposés.  DSK n'est plus, mais Hollande poursuit le combat : il se déballonne et baisse le pantalon.
Nancy VERDIER

A noter que ce traité de Lisbonne (constitution déguisée de 2005) fût voté par le Congrés qui fit de fait, avec la complicité du Président de la République, un doigt d'honneur au résultat du référendum de 2005. Le peuple bafoué dans sa souveraineté. Comment ne pas être dubitatif envers les gouvernants et ceux qui prétendent nous gouverner ?

Gérard Brazon

*********************************

Les États de la zone euro ne peuvent plus créer leur monnaie. Ils sont asservis. Ils l’empruntent dès le premier euro à des fonds de pension, des gestionnaires d’assurance vie ou de placement de valeurs monétaire, monnaie toujours créée à l’origine par les banques commerciales privées, rendues de ce fait souveraines. Une dette publique artificielle (en France, elle n’existait pas avant janvier 1973) apparaît. Aujourd’hui de 1600 milliards d’euros, elle enfle sans fin par le cumul des intérêts qu’il faut chaque année emprunter; plus de 1340 milliards d’euros depuis 1980. Les intérêts qui créent la plus grande partie de nos déficits publics diminuent nos capacités d’investissements. Les services publics sont progressivement asphyxiés et notre patrimoine collectif vendu à vil prix.



Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

francis CLAUDE 10/07/2011 05:35



l'endettement de l'Europe me rapelle étrangement l'endettement des pays africains depuis leurs independances...mémes causes ou presque mémes effets