Comment faire taire un député de la Nation. Pauvre France...

Publié le 12 Décembre 2012

Voici comment cela se passe à l'Assemblée Nationale où deux malheureux députés représentant seulement 6,6 millions de Français se retrouvent interdits de parole par les socialistes très oublieux de leur Histoire et surtout celle de leurs amis socialistes lors l'occupation allemande. Gilbert Collard a raison: ce sont les socialistes qui sont des fascistes et le pire et qu'ils n'ont pas l'air de s'en rendre compte les bougres! Déplorable sens de la démocratie.

Gérard Brazon

***

LabEurope1

Echange musclé au Palais Bourbon. "Vous êtes des fascistes", a lancé Gilbert Collard, député du Rassemblement bleu marine, en direction des élus socialistes. 

C'est une intervention de la Marion Maréchal-Le Pen qui a électrisé l'ambiance dans l'hémicycle. La députée FN a présenté une proposition sur le projet de loi visant à créer une retenue sur les sans-papiers.  Après la réponse de Manuel Valls, l'avocat-député s'est saisi du micro pour traiter de "fascistes" les parlementaires socialistes, visiblement énervé de ne pas avoir eu la parole. Quelques minutes plus tôt, il criait dans l'hémicycle pendant l'intervention du ministre de l'Intérieur : "Laval était socialiste !"
Voir en vidéo : 


La Présidente de la séance recherche le bouton pour éteindre le micro de Gilbert Collard: "Où-est-ce qu'on coupe la parole" entendons-nous de sa bouche!  Bravo Madame la socialiste!

Le chef de file des patrons PS, Bruno Le Roux lui a rétorqué: "Je n'ai pas besoin de ce type de mot, nous savons tous qui vous êtes!". "Rien ne nous a été épargné, xénophobie et théorie du complot!", a lancé le député écologiste Sergio Coronado à l'adresse des deux députés FN. 

A la tribune, Marion Maréchal-Le Pen a défendu une motion de rejet du projet de loi sur la création d'une retenue de 16 heures pour les sans-papiers. Elle a taclé au passage le ministre de l'Intérieur pour avoir dit récemment à l'Assemblée que le terrorisme pouvait venir de l'extrême droite, prenant l'exemple de la Norvège. 

Manuel Valls a répondu qu'il avait fait allusion à "l'extrême droite identitaire", "si vous vous sentez visés, c'est qu'il y a un problème (...) et sans doute un aveu". (Pitoyable Manuel Vall. ndlr Gérard Brazon)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Aaron 27/12/2012 23:55


Comme nous le savons, les socialauds con munistes ne manquent pas de culot,; j'ignorais cet incident....Le pire c'est la PETASSE qui a demandé où l'on coupait le micro...CE qui signifie que tous
les députés n'ont pas le même rang ni la même considération de la part du Président de séance....Un pas de plus vers une république bananière ?.

Francis NERI 14/12/2012 11:15


Je ne sais pas, Yves, si Monsieur Philippot est « un  guignol pontifiant, incompétent et dangereux ». Je ne suis pas dans sa tête et je n’ai probablement pas la même
représentation du monde que lui. Comme je lutte en permanence contre mes préjugés et mes jugements de valeur, je me dis que compte tenu du contexte politique particulier de la 5eme république et
son coté « binaire » le FN et Monsieur Philippot se disent qu’il faut ratisser large pour arriver au pouvoir. Comme les autres, ils pensent que les promesses et les idéologies
n’engagent que ceux qui y croient et, qu’une fois au pouvoir ils feront ce qu’ils pensent juste de faire. Ce qui ne correspondra pas forcément aux aspirations du peuple Français. Nous en avons un
exemple flagrant avec le Président Hollande.


Si c’est cela, je considère que Monsieur Philippot et le FN se trompent de contexte, d’époque et de temporalité. Comme les autres partis il ira dans un mur car se faisant il élimine la
complexité du monde enfin reconnue par les autres blocs de nations. Même si des mesures (économiques, sociales, culturelles etc.) ne peuvent être prises que dans un lieu donné et sont
effectivement relatives à la situation même où elles sont faites, elles seront marginales face à la puissance de la mondialisation qui est un fait, pas un sentiment, pas une opinion.


C’est la raison pour laquelle comme vous je pense que le FN est -peut être- sur la bonne voie, mais que cela reste encore à prouver.          

Yves IMBERT 14/12/2012 07:35


Le FN suscite beaucoup  d'espoir sur ce site, il est peut être le moins pire des partis pour l'intérêt de la France,  mais il est loin d'être la solution optimale avec ses déclarations
à géométrie variable sur l'islam et sa méconnaissace du monde de l'entreprise,  un Enarque comme Philippot restera un Enarque c'est à dire un  guignol pontifiant, incompétent et
dangereux

Francis NERI 13/12/2012 09:56


« Notre pays ne relèvera la tête et ses habitants ne redeviendront fiers et libres que le jour où toutes ces
monstrueuses crapules, tous ces gougnafiers, tous ces insondables abrutis qui le dirigent aujourd'hui, auront été, par la population en fureur, saisis, confondus, jugés et punis !


Et punis de la façon la plus sévère que le peuple souverain voudra bien décider.. 


Et ca ne sera que justice... 


Il s'agit d'œuvrer en ce sens… »


 


Il est donc vrai qu'il faut entrer dans l'action. Mais le peuple paie toujours très cher ses révolutions et elles sont toujours
« récupérées ».  


A mon avis seul le FN associé à certains mouvements identitaires peut le faire car il possède la légitimité populaire,
l'organisation nécessaire et les moyens.


Il peut rassembler et faire l’unité des patriotes et des résistants.


La question est de savoir pour quelles raisons Marine  ne le fait pas encore. Est
elle,  aussi, trop éloignée des souffrances et des aspirations du peuple de France pour comprendre qu'elle doit se rapprocher des français, les aider,
les soutenir, manifester concrètement sa solidarité, les défendre lorsqu’ils sont attaqués.


C'est en s'occupant du peuple, en assurant la sécurité des personnes âgées, des femmes et des enfants, que le FN deviendra
premier.


C'est en communiquant leur foi, leur conviction et leur dynamisme aux citoyens que les militants du FN assureront leur
implantation locale.


Les élections partielles ont démontrées à quel point sont faibles les implantations locales du FN alors que la
« demande » est forte dans de nombreuses régions.


 


« Le sentiment se répand que les politiques ne peuvent plus grand-chose, excepté
pour eux-mêmes.»


 


Le FN doit  démontrer le contraire, mettre les couches populaires au centre de sa politique. Les gens voient bien que le
gouvernement ne fait rien pour eux, qu’il s’agisse de politique fiscale, de politique industrielle, d’emploi, de sécurité ou d’immigration. Ce qu’il fait semblant de faire pour les entreprises,
il faut le faire effectivement pour les ménages, la famille : les protéger, les aider !


 


C’est cela la ligne politique et le projet du FN : s’occuper des nationaux… et il gagnera des mairies aux municipales
!


 


Marine le Pen a une bonne idée : « Le Rassemblement Bleu Marine ». Qu’il se fasse vite, car « après le coup
les boules passent » et nous sommes déjà à la 25 eme heure !       


 


Francis NERI dit :


http://semanticien.blogspirit.com

LA GAULOISE 13/12/2012 08:28


Messieurs, je suis entierement d'accord avec vous.Mais, n'oubliez pas une chose ,de plus en plus de français sont très attentifs à ce qu'on ne leur dit pas et , un jours pas si éloigné que ça
viendra ou la parole sera donnée à ceux que l'on musele et alors là.....

Banro 13/12/2012 00:11


Henri, je n'ai qu'un an de plus que vous mais je partage vos idées.


Je suis de droite, mais aujourd'hui où est la droite, elle est tellement molle que l'on ne la sent plus ! Alors il n'y a plus qu'une solution le RBM.

henri 12/12/2012 20:43


Lamentable !


Faudra-t'il refaire une révolution ?


Je n'ai "que" 64 ans ,quand j' étais petit j'avais déjà compris que la pagaille de la 2° guerre mondiale avec la collaboration venait des socialos .


Je me demande bien ce que cela peut leur rapporter .


Après la Libération il y a eu une Epuration ..