Comment Tariq Ramadan lutte contre la laïcité au Québec

Publié le 8 Septembre 2012

Tariq Ramadan aux musulmans du Québec : "Ne votez pas pour le Parti québécois"

by POSTE DE VEILLE

Louise Mailloux, professeure de philosophie au CEGEP du Vieux-Montréal et auteure du livre La laïcité, ça s'impose, a assisté à la conférence donnée par Tariq Ramadan à Montréal, juste la veille des élections. Dans une entrevue radio avec Benoît Dutrizac, Mme Mailloux déplore l'ingérence d'un étranger dans la politique interne du Québec. Tariq Ramadan, présenté par le professeur Omar Aktouf de l'École des hautes études commerciales de l'Université de Montréal et membre du parti Québec Solidaire, est venu dire aux musulmans de bouder le Parti québécois parce que son projet de Charte de la laïcité en ferait des citoyens de seconde classe.

Ecouter l'entrevue radio en cliquant ici. 

La conférence de Ramadan, présentée comme une «quête spirituelle», n'était en fait rien d'autre qu'une quête politique. Selon Mme Mailloux, il y avait entre 400 et 500 personnes dans la salle, et M. Ramadan a été chaudement applaudi.

La conférence de Tariq Ramadan était commanditée par la MAC (Muslim Association of Canada), un groupe qui se réclame ouvertement des Frères musulmans, et par Présence musulmane. Pour connaître le projet théofasciste totalitaire des Frères musulmans, lire cet extrait d'une conférence récente du numéro deux de la Confrérie . 

Quebec-tariq-ramadan 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Aaron 09/09/2012 23:24


Effectivement il y a ingérence; c'est devenu à la mode.


Le Parti québecquois a gagné depuis quelques jours; tant pis pour ce marchand de babouches.

jp 09/09/2012 09:12


avec un bon PGM 12,7 ,on peut le renvoyer à ses ancêtres.

DURADUPIF 08/09/2012 19:47


Jusqu'à quand va t'on en Occident en général et en Europe en particulier accepter ce bifide conférencier sur nos Territoires ?

S. Dekerle 08/09/2012 19:34


Ce gars qui pratique la takia comme personne devrait se méler de ses affaires, a-t'il la nationalité canadienne?