Condamnation de VSD pour diffamation envers Marine Le Pen.

Publié le 18 Février 2012

De Nations Presse. info

Communiqué de Presse de Wallerand de Saint-Just Avocat de Marine Le Pen

Janv2012-Marine Le PenIl faut se féliciter du jugement rendu hier 16 février 2012 par la dix-septième chambre correctionnelle du Tribunal de Paris. L’hebdomadaire VSD est condamné pour diffamation envers Marine Le Pen pour avoir, notamment, laissé entendre que, plus jeune, elle avait pu boire plus que de raison.

Il n’est pas acceptable qu’au prétexte que Marine Le Pen est candidate à la présidence de la république, elle puisse être librement diffamée ou que sa vie privée puisse être atteinte.

***************

De l'Express.

Le titre écope d'une amende de 1000 euros pour un article de 2010 au sujet de la candidate du FN intitulé "Les secrets d'une fille à papa". Marine Le Pen réclamait 600 000 euros de dommages et intérêts.

VSD a été condamné pour diffamation ce jeudi par le tribunal correctionnel de Paris. L'hebdomadaire avait publié le 23 décembre 2010 un article sur Marine Le Pen intitulé "Les secrets d'une fille à papa". 

Dans deux jugements distincts, la 17e chambre du tribunal correctionnel a condamné le titre à une amende de 1000 euros pour avoir publié l'article sur son support papier et à une amende de 1000 euros avec sursis pour l'avoir posté sur son site Internet. VSD devra en outre verser à Marine Le Pen deux euros de dommages et intérêts, ainsi que 3000 euros de frais de justice. Le magazine a en revanche été relaxé du délit d'injure. 

Marine Le Pen, la "fêtarde"

Au total, la députée européenne réclamait 600 000 euros de dommages et intérêts. "Ce sont de lourdes sommes, mais elle veut faire savoir qu'elle ne laissera pas passer grand-chose, s'agissant de sa vie privée", avait déclaré à l'époque du dépôt de la poursuite l'avocat du FN, Me Wallerand de Saint-Just. 

Dans cet article, VSD dépeignait la patronne du Front national comme une fêtarde, à qui il arrivait de boire plus que de raison. Dans un des passages poursuivis, il était écrit: "Paradoxalement, c'est une fille qui aime manger, boire et baiser comme son père".

Dans son jugement, le tribunal a estimé que l'article incriminé imputait bien à Marine Le Pen "un comportement excessif et incontrôlé qui apparaît attentatoire à la considération".

**************

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

DUBONDUSENS 18/02/2012 21:21


Eh ma foi le sens unique dans l'insulte et la calomnie ont été frappées de sens interdit. Bien fait, comme aurait dit la ménagère française de cinquante ans.

Marie-Claire Muller 18/02/2012 15:12


Cette feuille de chou ne se vend que parce qu'on y lit des choses scandaleuses!oui cest grave de salir quelqu'un sous prétexte qu'il faut bien vendre!! et de plus quand on est gaucho et qu'on ne
risque pas grand chose d'hurler avec les chacals qui se repaissent de charogne,niveau caniveau, comme se plaisent à le souligner certain élu ps qui s'y connait en matiére de caniveau!!!!!