Copé, Bayrou, Villepin, Moscovici, Le Pen, Yade en débat.

Publié le 5 Mars 2011

           Un de ces débats d'importance qui n'a lieu, comme d'habitude, que le soir ou la plupart des français sont couchés. Un débat qui ne fera pas la une des journaux j'imagine. Un débat ou l'on aperçoit très clairement que l'UMP essaye de récupérer une donne qui lui échappe sous le regard ironique d'inconscients. Une UMP qui prenant conscience que le jeu politique se fera sur la Laïcité et de fait, sur l'islam, essaye tant bien que mal de retourner le jeu à défaut des sondages. Il y a quelque chose de désespérer si ce n'est dérisoire dans cette bataille de récupération d'un électorat de droite qui se désespère devant la situation catastrophique en terme de sécurité et d'abandons des valeurs de la République au nom de l'acceptation, sans condition, de l'immigration. Quoiqu'en disent  les politiques. De la déliquescence des pouvoirs publics face à la montée de l'islam et à sa prétention de se libérer des lois de la république si ce n'est de régir des quartiers entiers dans les Cités, du financement discret en détournant l'esprit de la loi de 1905. L'incompréhension manifeste par cet électorat de cette antienne sur l'obligation d'accepter l'islam sans contrepartie à commencer par celle de l'égalité des sexes, le refus de l'apostasie, deux valeurs qui n'ont jamais été exigées par les autorités dans les statuts du CFCM. C'est cette volonté d'accueil coûteuse pour des finances publiques que l'on dit exsangues et sans aucune contrepartie, cette sensation désastreuse d'un envahissement si ce n'est d'un repeuplement par des électeurs de plus en plus traumatisés par ce qu'ils voient désormais dans la rue, sur leurs écrans de télévision alors que pendant des années ont leur avez dit qu'ils se trompaient, que les chiffres de l'immigration sont les mêmes depuis trente ans, que c'était qu'une impression et pourquoi pas une illusion. Ce discours a fait désormais long feu. Les Français à qui l'on dénie le droit de dire, de penser, d'écrire sous l'effet de la police de la pensée mise en place par tous les politiques de droite comme de gauche ouvrent les yeux et constatent que même le racisme qui s'exerce sur eux en tant que blanc, en tant que Français n'est même pas considéré. Un blanc peut mourir sur un trottoir, frappé par des "jeunes", cela ne fera que la troisième page des faits divers. Désormais, beaucoup d'entre eux ont compris qu'ils avaient été manipulés.

Les Français ont besoin de vérité, d'action, de paroles tenues, d'actes clairs. Ils ont besoin qu'on leur dise qu'ils existent dans ce magma qu'est l'Europe sans âme, sans racine et à qui l'on refuse le droit à leur histoire. L'histoire d'un peuple de 1500 ans. Est-ce trop demandé? Alors ils commencent à exiger. Les grandes révolutions naissent d'une petite étincelle souvent.

Gérard Brazon

**************************************

Copé promet des solutions sur la place de l'islam sans toucher à la loi de 1905

Le débat sur la laïcité initié par l'UMP fait polémique.

Copé promet des solutions sur la place de l'islam sans toucher à la loi de 1905

De droite comme de gauche, des voix se sont élevées jeudi, lors de l'émission "À vous de juger" sur France 2, pour mettre en garde Jean-François Copé contre les risques de dérapage du débat sur la laïcité et la place de l'islam. © Stephane Lemouton / Abaca

           Jean-François Copé a promis jeudi soir que l'UMP présenterait "des solutions" le 5 avril sur la laïcité et la place de l'islam lors de la convention organisée sur ce thème par son parti, et cela sans toucher à la loi de 1905 de séparation des églises et de l'État. Le secrétaire général de l'UMP a fait cette double promesse lors de l'émission À vous de juger de France 2 face à Dominique de Villepin (République solidaire), François Bayrou (MoDem), Pierre Moscovici (PS), Marine Le Pen (FN) et Rama Yade (Parti radical).

          Jean-François Copé est apparu isolé, tous les autres intervenants, hostiles à une remise en cause de la loi de 1905, mettant en garde contre le lancement du débat sur la laïcité et la place de l'islam, rappelant les dérapages du débat sur l'identité nationale.

          "Le 5 avril, nous aurons des solutions", a promis Jean-François Copé, en jurant : "On ne touchera pas à la loi de 1905, et aucun fonds public ne financera des lieux de culte". Comme solutions, il a cité l'interdiction des prêches en arabe ou ne pas accepter que des femmes refusent de se faire soigner par un homme dans les hôpitaux pour des raisons religieuses. "Les Français sont légitimistes", a-t-il dit, estimant que la République devait mettre des règles.

           Dominique de Villepin a mis l'accent sur la nécessité de former les imams et de relancer la fondation des oeuvres de l'islam qu'il avait créée lorsqu'il était ministre de l'Intérieur. Mais pour lui, le débat lancé par l'UMP et souhaité par le président Nicolas Sarkozy fait "le jeu de Marine Le Pen", relevant que les intentions de vote en faveur de celle-ci se situaient "entre 18 et 20 %" actuellement. Pour lui, de tels débats nourrissent "les peurs".

           Rama Yade lui a donné raison sur la nécessité de "cadrer le débat" pour éviter "les dérapages", et de réactiver la fondation créée par ce dernier pour régler le problème des "prières dans la rue". 

         François Bayrou a souligné que "tous les lieux de culte construits avant 1905 (c'était) la collectivité publique qui les (prenait) en charge". Il a dénoncé le discours du chef de l'État au Puy-en-Velay sur les racines chrétiennes de la France, en notant que "chaque fois qu'on mélange l'État et la religion, on court à la catastrophe". "Pourquoi l'État se mêlerait de choisir une de nos racines", a-t-il interrogé, avant d'estimer qu'il y avait là "une utilisation, une tentative d'utilisation de la conviction religieuse". "Ce n'est pas la responsabilité, ni même le droit du président de la République de trancher sur ces thèmes qui appartiennent à chacun" dans son intimité.

       Pierre Moscovici a fait part de son "malaise": "Je ne veux pas qu'on dramatise les différences. Notre République est multiconfessionnelle et ce n'est pas antinomique avec la laïcité." "Cela ne marchera pas, votre compétition avec le FN. La présidentielle se jouera sur autre chose", a-t-il lancé à Jean-François Copé.

          Marine Le Pen, en duplex, s'est dite "choquée par le débat". Elle a rappelé que si la collectivité finançait les églises, c'était parce qu'elles "appartenaient à l'État". Pour mettre fin aux prières dans la rue, elle a estimé que c'était "aux fidèles de financer leurs mosquées". "En aucun cas, les impôts des contribuables français ne doivent servir à financer les lieux de culte", a-t-elle dit.

Source AFP

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 06/03/2011 07:34



a cinq contre un elle a gagné elle est forte la bonne Dame sur je vote pour elle!!



robin 06/03/2011 01:13



Bonjour Mr Brazon


Merci pour cette vidéo très symbolique de l'histoire que malheureusement nous vivons. J'ai trouvé Copé, Bayrou, Villepin et Mosconi très mal à l'aise devant MLP comme pris en flag de leur
trahison totale envers le peuple. Et d'ailleurs, n'assistons nous pas à une espèce d'union sacré PS + UMP + parti de Villepin + parti de Bayrou + les médias pour tenter de la contrer ? 


Pourriez-vous si possible communiquer l'adresse URL de la vidéo, je souhaiterais la reprendre sur mon blog.


Robin


http://revolteseneurope.over-blog.com/



island girl 05/03/2011 12:58



Trop tard pour ces irresponsables qui éssaient de rattrapper leurs erreurs parce qu'ils se rendent compte que Marine Le pen risque de les coiffer dans les sondages!



christian 05/03/2011 11:23



Bonjour Gérard et bonjour aux amoureux de la France


Le débat avec Marine le Pen est sur son site avec un résumé de certains passages.


Pour ma part je l'ai enregistré en totalité et je compare les dires de ces messieurs bien différents des discours précédents !!!!! je crois qu'ils sont peur de perdre leur place et tentent de
marcher dans les pas de celle qui dit tout haut et fort des vérités qui certes dérangent mais qui sont hélas bien réelles.


Sans doute un bataille au second tour mais je ne pense pas que Marine passera le cap pour devenir la Présidente mais en attendant les éclairages apportés seront pour le suivant un chemin à suivre
car le peuple ne se fera pas berner encore une fois ou alors c'est à désespérer des Français.


Espérons et voyons les faits.


Merci encore Gérard de ton combat que j'approuve à 100 %


Christian Le Vigilant du Nord de MA FRANCE


 



Gérard Brazon 05/03/2011 18:25



Si tu peux nous procurer le film dans son intégralité, mets le sur dailymotion. Je le mettrai sur mon blog. Bien à toi Christian



LA GAULOISE 05/03/2011 10:10



Je trouve que Marine LE PEN a bien raison d'etre choqué par ce débat :etre obligé de justifier notre appartenance à la Chretienté devrait faire rougir de honte ces " beaux messieurs" (j'ai failli
ecrire: pauvres types) Je suis, en partie, d'accord pour la laicité, mais je refuserai toujours de voir nos creches bannies des vitrines ,sous le pretexte honteux que cela pourrait choquer les
musulmans.S ils ne veulent pas etre "choques"...........!