Coup de gueule: Espagne comme en France, un désir de démocratie - par Gérard Brazon

Publié le 25 Mai 2011

 

L’Espagne en révolte ? Le printemps arabe en Espagne ? Est-ce du délire, est-ce la réalité ? La vérité est ailleurs je pense.

Les jeunes espagnols ne peuvent pas et se serait une erreur regarder du côté de l’Egypte, de la Tunisie ou de la Lybie. Un délire journalistique donc ? C’est ce que je crois, car si dès lors il y a une manifestation de jeunes cela devrait automatiquement signifier une révolution arabo-musulmane, ce serait considérer nos régimes politiques au même niveau que les régimes de Ben Ali, Moubarak et consorts. Ce qui n’est pas le cas.

La jeunesse désespérée ? C’est une évidence ! Quel avenir pour la jeunesse Espagnole, Italienne, Grecque, Anglaise voire,  Française. Quel est le parti politique qui susciterait l’espoir en ce moment ? En Espagne comme en Angleterre, les partis dominants sont, comme en France : la Droite ou la Gauche. Les jeunes espagnols ne font plus confiance à ces deux partis politiques.

Le système électoral ne laisse aucune chance à une autre opinion de s’exprimer dans les Assemblées Nationales. La mondialisation fait des ravages, la désindustrialisation due à la politique européenne également. Les frontières sont ouvertes mais c’est la misère qui est entrée sans papiers en grossissant les rangs des chômeurs nationaux. Appauvrissant un peu plus les nations. Ce qui n’a pas ralenti pour autant les Stock-options des uns et les bénéfices des actionnaires. Les décideurs sont loin, sont richement dotés, bien à l’abri et peu à l’écoute des gens d’en bas.

Hier la Grèce s’est effondrée, aujourd’hui ou demain, l’Italie, l’Espagne, le Portugal sont sur les rangs. Les peuples grondent car ils ne sont plus représentés. C’est du moins le sentiment qu’ont les espagnols sur la Place Puerta del Sol à Madrid.

Nous sommes loin des printemps arabes qui consistaient à acquérir plus de libertés civiles et qui ont toutes les chances d’avoir échangé des "dictatures laïques", pour des dictatures religieuses.

L’Espagne est une démocratie ! Imparfaite comme la nôtre ! Les jeunes espagnols associent les anagrammes des partis de droite et de gauche. Etonnant?

Comment ne pas faire un parallèle avec l’UMPS.  Les jeunes espagnols me font penser aux jeunes de mai 1968 en France. Ils débordent, abondent, exigent, réclament, pétitionnent, ils facebook à tout va pendant qu’un Internet-G8 a lieu en France pour demander la mise en place de règles de fonctionnement. En fait, pour casser cet espace de liberté d’expression. La démocratie fait peur à certains. Il faut diminuer l'influence des bloggeurs.

Les jeunes espagnols n’ont aucun moyen de transmission pour faire remonter le malaise. Pour le moment, ces masses populaires réclament des changements électoraux mais demain, face à une répression, une opposition forte ?

En France, nous devrions nous poser ce type de questions. Quand je constate que les députés ont augmenté le taux de passage au deuxième tour en passant de 10% à 12,5%, je suis plutôt inquiet.

Il est clair que l’UMP comme le PS ne souhaitent pas voir arriver un troisième, voire un quatrième parti sur l’échiquier politique. Mais cette volonté de rester entre eux provoque des tensions fortes et sans doute assisterons-nous, nous aussi, à des manifestations de ce type même si ce ne sera sans doute pas sur les mêmes sujets.

Pour ma part, le blocage politique est patent en France. Les Députés et les Sénateurs ne représentent plus vraiment le peuple. Ils sont eux-mêmes assujettis à des groupes, des chefs de groupes décident à leur place et en cas de refus… ils n’auront plus les moyens du Parti politique pour se représenter.

Que dire aussi des lois essentiellement européennes qu’ils votent. Plus de 85% des lois votées sont issues des directives européennes. Les Assemblées parlementaires ne sont plus que des chambres d’enregistrements ou les élus ne sont plus que des rouages d’une machine qui broie de la culture nationale et de  l’identitaire sauf... s’il est exogène.

Quels sont les pouvoirs d’un Président de la république face à l’Entreprise, au Capitaux, à ce que d’aucuns appellent la « Word Compagnie »? 

Les peuples ressentent tout cela. Ils n’ont pas forcément toute la connaissance mais ils ressentent très fortement qu’on les amène aux abattoirs et ils hurlent de douleurs et de colère. Ils refusent ce que les financiers, les entrepreneurs, les nouveaux capitalistes, les biens pensants, les gens du bon côté de la barrière leurs expliquent comme étant une nécessité : La mondialisation comme moyen de guérison, la multiculture, le suicide culturel, la destruction de la spécificité des peuples. Les peuples répondent que la mondialisation les écrase, les étouffent et ils refusent cet écrasement, cet abandon de ce qui est eux-mêmes ! Parfois 1000 ans d’Histoire commune.

La seule réponse serait plus de démocratie, plus de liberté, plus de possibilités d’intervenir dans le jeu politique, plus de référendum, plus d’entreprises et d’industries nationales, moins de centralisme, moins d’Europe, mais aussi retrouver les moyens d’influer sur les décideurs politiques, retrouver les repères culturels, l’Histoire, la culture, etc.

Mais qui annoncera un tel programme sans être automatiquement envoyé chez les utopiques ou les malades mentaux par les tenants d’un monde nouveau ou l’homme à moins d’importance que les résultats d’un compte d’exploitation.

C’était mon coup de gueule du matin.

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Nancy VERDIER 29/05/2011 00:20



Bravo pour ce coup de geule Gérard. les Espagnols n'ont pas oublié le triple attentat islamiste en gare d'Attocha et la crise économique qu'ils subissent en ce moment est impressionnante.
Des chantiers en panne sur des kilomètres, des gens endettés sur 30 ans et plus pour l'acquisition de leur logement et désormais chômeurs. Une immigration africaine et marocaine
incontrôlable. La délinquence, l'insécurité. L'UE avait suscité un énorme enthousiasme et un vrai redressement, et voilà la chute. Prochain sur la liste, à l'instar de l'Irlande, du Portugal et
de la Grèce, ce sera l'Italie, puis la France et la Grande-Bretagne.  On nous promet aussi la fin de l'Euro, mais on prévoit aussi la fin du dollar. C'est la débandade.



island girl 25/05/2011 15:09



Coup de gueule partagé!



Loly 25/05/2011 15:04



Tout à fait d'accord, je l'ai écouté en 3 fois!



Loly 25/05/2011 13:06



Mais surtout sortir de l'Europe et de la mondialisation. A écouter attentivement, cela paraît au prime abord, assez sensé! ( un peu long)


 


 http://www.defrancisation.com/francois-asselineau-les-10-raisons-qui-nous-imposent-de-sortir-de-l%E2%80%99europe-video/



Gérard Brazon 25/05/2011 14:14



3heures est beaucoup trop. J'ai renoncé. Bien à vous Loly.