Crime contre l'humanité: Le Parti communiste français fête ses 90 ans

Publié le 30 Décembre 2010

          Le Parti communiste Français a fêté ses 90 ans en compagnie des ténors du Parti Socialiste, des verts et des partis de gauche.  

           Ah la gauche! Elle n'a aucune mémoire. Les crimes du Parti Communiste Français ne sont que des aléas de la vie politique n'est-ce pas?

           De quels crimes parlez-vous me dira-t'on?

           De celui d'avoir menti à des millions de citoyens.

           De celui d'avoir fait espérer des milliers d'autres. 

           De celui d'avoir eu un secrétaire général Maurice Thorez déserteur.

           De celui d'avoir enfanté un Jacques Doriot de son sein créateur du seul Parti fasciste français (PPF) que la France a eu.

           De celui même si ce n'est pas d'avoir collaboré ouvertement avec les nazis, mais celui d'avoir permis cette collaboration jusqu'en juin 1941. Jusqu'à ce que la sacro sainte Union Soviétique soit envahie elle-même par les nazis.

           De celui d'avoir fait des attentats dont il savait pertinemment que des otages allaient payer la note finale,

           De celui d'avoir fait passer pour des héros des hommes qui assassinaient dans le dos, des soldats allemands.  Comme ce Colonel Fabien. 

          De celui de ne pas avoir été français mais internationaliste, stalinien et au service exclusif de Moscou et de la dictature bolchévique. 

          Non, le PCF n'était pas un Parti du peuple. Pas plus aujourd'hui qu'hier.

 

          Si la France, par le hasard des armes, avait pu se porter au secours de la Pologne contre l'Union Soviétique, le Parti  communiste français aurait probablement organisé des sabotages en France. N'est-ce pas Maurice Thorez qui répétait depuis 1936 "Jamais le peuple de France ne fera la guerre à l'Union soviétique" Et pour cause, c'était un Parti finançait essentiellement par Moscou! On a pu assister à ses sabotages lors de la guerre d'Indochine. La vie d'un "camarade Vietnamien" valait plus cher que celle d'un soldat de France. Fût-il originaire du Vietnam, de Tunisie, du Maroc et d'Afrique. Fût-il même originaire de la France métropole.

         Le parti communiste français a fêté ses 90 ans et aucun regret. Pas un mot de repentance! Rien non plus sur ces porteurs de valises du PCF travaillant pour le FLN et transportant de l'argent pour acheter des armes qui tueront des français de France et d'Algérie. De cette repentance que ce même parti devenu, heureusement groupuscule et croupion, demande sans cesse pour la France coupable, selon lui, d'être esclavagiste, colonialiste. Que dire de ces larmes des communistes français et de ses dirigeants à la mort de Staline. L'un des dictateurs les plus meurtriers que la planète ait connu. Ignorance disent-ils aujourd'hui. Certainement pour les cocus des usines mais surement pas pour le Parti Communiste Français qui n'ignorait rien.

         Il manque à la France un procès après avoir fait celui du nazisme, de la collaboration, de la colonisation. Il manque celui du communisme et de son désastre planétaire. 150 millions de morts. Il tue encore en Corée du Nord et à Cuba. Le communisme a fait à lui seul, et partout dans le monde, bien plus de morts que l'horreur du nazisme. N'en déplaise à Marie George Buffet et autres pignoufs communistes, cryptos communistes, bien-pensants de la gauche.

Alors que penser de l'interwiew de L'Express de Pierre Juquin

 

Pierre Juquin, septembre 2010.  

           Le Parti communiste français est né le 29 décembre 1920, au congrès de Tours. Que vous inspirent ses 90 ans?

          C'est presque un siècle d'Histoire. Et un grand espoir déçu. Le Parti communiste n'a plus d'avenir, il est tout entier dans ses archives.  

Le destin du PCF aurait-il pu être différent?

             Tout s'est joué dès 1947, quand le parti s'est aligné sur l'URSS. Pourtant, Maurice Thorez, allié à Benoît Frachon, avait proposé une "voie française" plus indépendante. Elle a été rejetée à la fois par la base et par Jdanov, qui l'a condamnée de Moscou. Le parti a commencé à perdre des électeurs dès 1948, et il n'a jamais retrouvé son niveau de 1946-1947. 

         A ce stade, on s'aperçoit rapidement que l'Express ne creuse pas cette période trouble ou le PCF n'était pas un Parti comme les autres mais un parti au service de Staline et non au service des travailleurs. Un parti au service de la dictature prolétarienne, un Parti au service de la dictature communiste. Rien non plus sur la Résistance française qui ne fût réelle que lorsque Staline en donna l'ordre au PCF. Peut-on demander à l'Express de ne pas être dans la bien pensance? Bien sûr que non.

 

Les années Marchais n'ont donc pas été celles du déclin?

           Le déclin est continu depuis 1947. D'ailleurs, l'expérience italienne menée par Enrico Berlinguer, qui fut admirable, a été un échec aussi. Que reste-t-il aujourd'hui du Parti communiste italien? Il y a eu un déclin mondial des partis communistes, lié aux désastreuses expériences soviétiques et chinoises. Mais l'idée communiste, elle, reste bien vivante. 

Quelle forme peut prendre cette idée communiste, si toutes ses incarnations ont échoué?

              Cette grande idée n'a connu jusqu'à présent que des formes absurdes et tragiques. Elle a besoin de temps. Mais le projet d'un monde non-capitaliste, libéré de la course au profit, est un facteur de progrès humain. 

Quels sont vos projets?

            Je travaille actuellement à une biographie politique d'Aragon. C'est un personnage complexe, autant artiste que politique, qui a encore beaucoup à révéler.(fin de l'interwiew)

 

Alors que penser des invités à cette petite fête rouge du sang des victimes du communisme.

Marie-George Buffet (Parti Communiste Français),

Jean-Luc Mélenchon (Parti de la Gauche),

Jean-Vincent Placé (Europe Ecologie Les Verts),

François Lamy (Parti Socialiste) conseiller politique de Martine Aubry, 

           Ils ont participé aux festivités de ce 90ème anniversaire du PCF. Ecologistes, gauchistes, socialistes et communistes, même combat. Nous voici prévenus nous dit Michel Garroté dans Drzz-info. Il ajoute avec juste raison : le parti communiste, le parti socialiste, les écologistes et l’extrême-gauche se sont mis d’accord, je cite de mémoire, sur le développement de rassemblements populaires, de constructions de fronts de luttes et de ripostes ainsi que sur le développement d’élaborations de projets politiques de changement. Autrement dit, écologistes, gauchistes, socialistes et communistes luttent ensembles dans un rassemblement populiste pour le changement. Vaste programme.


J'en connais qui dans ma ville vont encore hurler à l'anticommunisme primaire de Gérard Brazon. Il n'ont pas tort. Je suis un anti communiste primaire tout autant que je suis contre l'islamisation de mon pays. C'est tout dire. En fait, je suis contre toutes formes de dictatures qu'elles soient religieuses ou politiques.


             Cette grande idée mortifère a fait 150 millions de morts et, 90 ans après sa naissance, des politiques qui se disent "humanistes" boivent un verre à sa santé. Pitoyables politiciens. Collaborateurs de la mort rouge.

 

          Depuis la publication du "Livre noir du communisme" par Stéphane Courtois ancien communiste repenti, l'idée du communisme aurait dû être revu à la baisse face à ses conséquences désastreuses. Même pas!  L'intelligentsia française vient le plus souvent de cette gauche de la dictature. Plus ou moins Stalinienne ou Trotskyte à l'époque puis, Maoïste avant de virer socialiste bon teint comme Lionel Jospin, Julien Dray et autre Harlem Désir ou social-démocrate comme Daniel Cohn Bendit (donneur de leçons) en fonction des postes dans la fonction publique ou les entreprises privés quand ce n'est pas tout simplement capitaliste mais attention, rose ou rouge et toujours dans la bien pensance pardi.

         Mais si vous voulez en savoir plus, ce n'est pas dans les hebdomadaires que vous trouverez l'information mais dans les livres qui relatent les méandres de la troisième république installée fortuitement au détour d'un amendement Wallon (félon?). Une troisième république qui n'avait pas sa langue dans la poche de son temps. A cette époque il n'y avait pas les chiens policiers de la pensée. Mais il y avait hélas le parti communiste et tout ce qu'il a engendré de misères et de morts par la suite.


                Dans tous les cas, nous voilà prévenu, tous nos politiciens de la gauche bien pensante qui hurlent à l'extrême droite lorsque l'on parle de l'islamisation de l'Europe ne frémissent pas devant le passé d'un Parti et de son idéal qui ont pris la vie en la torturant le plus souvent de 150 millions de personnes partout sur la planète.

Gérard Brazon

-

-

-

-

 

Jacques Doriot la naissance d'un Parti Fasciste Français de Jean Paul Brunet (Ancien dirigeant du PCF avant guerre)

Le livre noir du communisme de Stéphane Courtois.

 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Alexandre 30/12/2010 14:58



Je me permets de remettre le commnetiare que j'avais fait sur le blog DRZZ ici.


Le communisme est condamné à disparaître. Les nations qui persistent à le couvrir aussi. Pourquoi est-ce que je dis ça ?


Parce que le communisme, dans la pratique, est une idéologie inconsistante, dans le sens où elle se prête à la soumission.


Le communisme s'est en effet toujours prostitué avec d'autres idéologies (qui lui sont pourtant contre-nature) lorsqu'il a vu que cela pouvait lui apporter des intérêts. Les communistes ont été
les meilleurs copains des nazis en 1939, malgré leurs idées contradictoires, car cela leur permettait de faire prospérer leurs forces.


En 1962, ils ont aidé le FLN (alors que ce dernier voulait et veut encore détruire les spécificités algériennes non-arabes) et se sont ingénié à permettre les attentats contre de simples ouvriers
(le comble) tout simplement à cause de l'étiquette colon.


En 1978, ils ont largement soutenu Khomeiny et sa révolution islamique. "Ni Dieu, ni maître" seulement lorsque la religion se contente d'être une religion. Sinon, les cocos sont bien content
de soutenir une religion aux ambitions politiques afin de détruire les libertés individuelles des personnes (entre nous, je suis persuadé que si les cocos vivaient déjà au XVème siècle, ils
seraient copains avec l'Inquisition espagnole)


Et enfin, aujourd'hui, ils font la promotion en Europe de l'immigration sauvage (attirée seulement par le capitalisme et qui fait la joie des patrons qui peuvent faire baisser le salaire des
autochtones) et du relativisme culturel contre des peuples civilisés (les français n'ont pas le droit de préserver leur Histoire contrairement aux Africains).


Quand on regarde de prés, on peut dire que les communistes sont de vrais p*tes. (désolé d'être vulgaire)


En clair, si j'ai bien compris, Pierre Juquin considère que si le communisme est mort politiquement, il sera toujours vivant mentalement. Je suis d'accord avec lui: l'hypocrisie et la soumission
seront toujours les deux mamelles de l'Humanité.



Francis CLAUDE 30/12/2010 08:19



hé oui c'est cela la gauche "réunie" moi je dirais simplement que c'est un détail de l'histoire(j'adore P.Desproges rires)



Gérard Brazon 30/12/2010 13:56



Moi aussi. Comme Coluche et Le Luron, ils nous manquent.