Culture de l'excuse/2: Des femmes meurent-elle de la pauvreté?

Publié le 16 Août 2013

Bien qu'issues et vivant dans des quartiers popoulaires, expression "novlangue" signifiant Cités difficiles, défavorisées qui sont désormais connotés racailles, immigration, incivilités par tous les français ayant un brin de conscience politique, des femmes ne meurent pas de faim mais de la violence imbécile de leurs maris, ou conjoints.

On peut-être pauvre et civilisé. On peut-être pauvre et ne pas battre sa femme.

Gérard Brazon


Il s’agit du second meurtre d’une femme dans ce quartier, en trois mois. Un homme a été interpellé mais n’a pu être entendu.

 

Des coups de couteau

Aucun attroupement, peu de curieux aux alentours… Sans l’entrée d’un policier au 31, de la rue de Saint-Brieuc, à Brest, impossible de deviner qu’un crime s’y est déroulé, jeudi vers 15 h 20. Au dixième étage de cette tour où elle habitait, une femme de 53 ans est morte, « tuée à l’arme blanche », d’après le parquet de Brest. Frappée à coups de couteau, elle est décédée à l’arrivée des secours.

 

Le compagnon de la victime interpellé

Lorsqu’ils pénètrent dans l’appartement, les policiers trouvent un homme de 43 ans. Il s’agirait du compagnon de la victime. « Il est sorti vers 15 h 30, menotté, raconte Elodie, 22 ans, une riveraine. Il paraissait calme. Il répétait 'Je connais la loi, je connais mes droits' sans arrêt. » Conduit au commissariat, il n’a cependant pas pu être entendu, en raison de son alcoolémie. Il devait être placé en garde à vue ultérieurement.

 

En l’absence de ce témoignage, l’origine et les circonstances du meurtre restent floues. « L’autopsie de la victime sera pratiquée ce vendredi », annonce simplement le vice-procureur Bastien Diacono. Il se refuse à tout autre commentaire pour le moment.

 

Un précédent crime dans ce quartier

Fin mai, à quelques centaines de mètres de la rue de Saint-Brieuc, une femme de 34 ans avait été tuée par son concubin. Des drames qui créent un malaise chez les habitants de ce quartier populaire…

 

Pour mémoire, l’an dernier, en France, 148 femmes et 26 hommes ont été tués par leur conjoint ou leur ex-compagnon ; en 2011, 122 femmes et 24 hommes ont succombé à des violences conjugales.

 

Olivier PAULY

et Kevin BERNARD.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

DURADUPIF 16/08/2013 23:56


Pour les couples de musulmans ou des couples dont l'homme est musulman ce ne sont pas des violences conjugales, comme on l'entend nous Européens, ce sont des violences coraniques et hadithiques
(crimes d'honneur, maltraitance de la femme, des jeunes filles...etc.) Sous couvert de violences conjugales l'amalgame des musulmans sera encore une allégeance à leur politico pseudo religion
RATP ainsi nommée.