Culture: Juif n’a jamais été une race, c’est un peuple - Par Axel Rehouv’

Publié le 24 Août 2013

Par Romain Funderthal

JUIF n est pas une race mais un peuple. Peuple sémite? Point du tout. En revanche l'hébreu est UNE LANGUE SÉMITIQUE. 
La notion de race date des années 1910 - 1920. L'antijudaisme chrétien, n'étant plus à la mode (trop archaïque pour l'intelligencia du siècle de la révolution industrielle), a muté en haine des juifs "par la science". En Europe s'étamait l'étude des hommes selon des critères raciaux, scientifique, "rationnel" et non plus culturels.
Le mot "'antisémitisme" est un vestige de cette époque. La haine du juif passait alors par le filtre de la Science. C est pour cela que les nazis tentèrent de définir le morphotype juif en vain, en mesurant ses traits, son nez, ses mains. Les nazis souhaitaient mettre en équation la "race juive" pour pouvoir la désigner et l'exterminer.
Si juif n est pas une race, c'est donc un peuple. Peuple spirituel en Europe, peuple nation en Israel.
JUIF n est pas une race mais un peuple. Peuple sémite? Point du tout. En revanche l'hébreu est UNE LANGUE SÉMITIQUE. La notion de race date des années 1910 - 1920. L'antijudaisme chrétien, n'étant plus à la mode (trop archaïque pour l'intelligencia du siècle de la révolution industrielle), a muté en haine des juifs "par la science". En Europe s'étamait l'étude des hommes selon des critères raciaux, scientifique, "rationnel" et non plus culturels. Le mot "'antisémitisme" est un vestige de cette époque. La haine du juif passait alors par le filtre de la Science. C est pour cela que les nazis tentèrent de définir le morphotype juif en vain, en mesurant ses traits, son nez, ses mains. Les nazis souhaitaient mettre en équation la "race juive" pour pouvoir la désigner et l'exterminer. Si juif n est pas une race, c'est donc un peuple. Peuple spirituel en Europe, peuple nation en Israel.

-

 

 

 

 

 

 

 

Culture: Juif n’a jamais été une race, c’est un peuple.

S'il fallait distinguer les hommes selon des critères, il arrive de lire encore ici ou là, qu’un juif appartiendrait à la « race juive ». Notion totalement délirante au regard de la diversité qui s’anime au sein du peuple juif. 

Il faut faire découvrir les différents visages du peuple juif aux lecteurs de passage, lesquels imaginent sans doute que chaque juif ressemble soit  à Woody Allen soit à Gad El maleh.

Un peuple, selon le Larousse est un Ensemble de personnes vivant en société sur un même territoire et unies par des liens culturels.

Mais alors juif ce n’est pas une religion?

Etre juif hors d’Israël c’est appartenir à un peuple spirituel. Un juif croit en certaines valeurs, notamment incarnées dans les dix commandements. Il se doit d’ailleurs d’être porteur de ces valeurs. C’est en préservant sa spécificité que le peuple juif a pu mettre la qualité de ses intellectuels au service de la cité, très souvent avec patriotisme et passion. Il n’y a aucun incompatibilité dans le fait d’être français et juif car le judaïsme contient une multitude de lignes philosophiques suffisamment ouvertes pour ne jamais entrer en contradiction avec les valeurs françaises, bien souvent judéo chrétiennes.

Et être juif en Israël?

 Etre juif en Israël c’est lier le peuple à la terre. Ainsi mettre en application les valeurs juives d’ouverture mais aussi de rigueur dans son territoire, sa politique, son économie et sa vision d’avenir.

Israël un modèle identitaire rare

La différence par exemple, entre le peuple juif d’Israël et le peuple chrétien de France c’est qu’Israël concentre ses lieux saints sur son propre territoire (plus ou moins élargi). 
Les mythes fondateurs du judaïsme ont vu le jour dans la région où Israël est implanté, ainsi le juif « nouveau » (l’israelien) embrasse sa terre par sa généalogie (histoire personnelle / bible), par l’âme  (prière) et par le corps (la terre). Ce triptyque se retrouve chez d’autres peuples comme chez les japonais, les italiens, les chinois ou les grecs.  Les grecs en 300 avant Jésus-Christ, appelaient déjà les israéliens de l’époque, « le peuple philosophe ».

Transmettre c’est être
La transmission du savoir  dans une famille juive entre un père et un fils, une mère et une fille, est une valeur fondamentale. C’est une valeur qui a permis la survie culturelle du peuple juif hors d’Israël. 
Israël existe à coté des autres nations, ni au dessus ni en dessous. Malgré la diversité de composition du peuple d’Israël (athées, religieux, juifs d’Europe, du monde arabe, d’Afrique ou d’Asie), l’identité juive oblige celui qui s’en revendique de s’inclure dans l’histoire du peuple juif. Le juif par essence n’est pas prosélyte, il est dans l’altérité non-invasive. C’est dans cette altérité qu’il mature sa propre condition, qu’il étudie son histoire et se définit dans le concert des nations.

Israel: une terre, un peuple, une histoire
La mosaïque ethnique d’Israël est fascinante tant par sa diversité que par sa pluralité et pourtant… Chaque israélien juif pense descendre des hébreux, être l’un des fils et filles de l’Israël biblique et s’estime être enfin de retour chez lui. Et si c’était vrai? Quel peuple peut-il se permettre de nier cette croyance vieille de plus de 5774 années?
 

969444_474269309319467_1906479476_n15377_519502571462807_802835910_n970526_474269312652800_1182880899_n945400_474269092652822_1800953511_n971804_474269372652794_500047769_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Axel Rehouv’ pour Europe-Israel.org

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 24/08/2013 11:52


Ce petit peuple est ADMIRABLE et MÉRITE le RESPECT de TOUS .!

Epicure 24/08/2013 11:49


Mais non ! puisqu'on vous dit quer ce sont des racistes (noirs blonds bruns une seule sale race...! et des colonialistes et qu'ils oppriment 1.500.000 arabes israéliens qui d'ailleurs souffrent
tellement qu'ils ne veulent surtout pas s'en aller......!!!!!!!!!!!!!