Bravo Geert Wilders. Luttons contre la saignée sur des animaux vivants.

Publié le 14 Avril 2011

smaller_textlarger_te

    Dans cette vidéo, on notera comme d'habitude, que l'ont met les juifs en premières lignes sous prétexte de traditions. Les auteurs de cet article ont trouvé le Rabin de service assez stupide pour ne pas voir la manipulation. On remarquera aussi que Geert Wilders est traité d'extrême droite alors que son combat est essentiellement nationaliste dans un premier temps et de retour à la norm. Il s'agit de ne plus tuer ls animaux d'une façon barbare. C'est tellement simple que c'et d'extrême droite. Pitoyable.

        Bien entendu, nous avons le commerçant musulman  qui envisage des manifestations avec les juifs alors que les musulmans appellent à la disparition d'Israël. Comme quoi la haine  du juif... c'est en fonction de la température.

Gérard Brazon    

Défendre les traditions religieuses, ou protéger les animaux ? Le débat fait rage aux Pays-Bas. Un parti qui défend les animaux, épaulé par le parti d’extrême-droite de Geert Wilders, veut interdire l’abattage rituel, qui consiste à égorger les bêtes à vif, sans étourdissement préalable.

Une décision qui fait bondir les communautés juives et musulmanes, adeptes de la viande casher et halal.

“Notre communauté juive est très choquée, réagit Raphael Evers, rabbin de Rotterdam. On est implanté ici aux Pays-Bas depuis 400 ans et on considère cette nouvelle loi contre l’abattage rituel comme une atteinte à nos droits religieux constitutionnels.”

Le parti des animaux, le premier de ce genre à être représenté dans un parlement au monde, estime que la souffrance de l’animal est plus importante que le respect des traditions religieuses. Impensable pour les musulmans :

“Si la loi passe, tout ce qui nous reste c’est manifester, dit Abdulfatteh Ali-Salah, de la société Halal Correct. Et c’est ce que nous ferons. Les musulmans et les juifs protesteront en masse contre cette loi.”

A l’origine de la loi, la leader du parti des animaux, Marianne Thieme. Son projet de loi doit être soumis au vote ce mois. De quoi faire pâlir d’envie la Française Brigitte Bardot, qui a lancé début 2011 une campagne contre l’abattage rituel dans l’hexagone.

Copyright © 2011 euronews

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

island girl 15/04/2011 18:27



Bravo Geert Wilder,les animaux sont des etres vivants ...inutile de les faire souffrir ,en revanche je prends un plaisir certain à apprendre la mort d'un déchet humain...c'est ainsi et je ne
crains pas de le dire!



Nancy VERDIER 14/04/2011 16:52



Le combat de Geert Wilder est un combat pour l'honneur de l'homme, un combat "humaniste" même s'il s'agit d'animaux.  Il faut absolument que la Communauté européenne serve à quelque chose
et parvienne à imposer à tous - quelle que soit la religion - un moyen d'abattage qui fasse le moins possible souffrir les animaux. En sol européen, il doit y avoir une règle commune pour
tous. L'abattage rituel qui impose une saignée à vif sans étourdissement préalable de l'animal est horrible.  Si j'ai bien compris seuls les Musulmans le pratiquent, car le Rabinat
avait accepté l"étourdissement" préalable. J'ai recherché ce qui se passait dans les divers pays européens. En gros : La Suède, la Norvège, l’Islande et la Suisse ainsi
que 6 provinces autrichiennes n’autorisent aucune dérogation à l’étourdissement pre mortem de l’animal. L'abattage sans étourdissement est
dérogatoire et applicable en France, au Royaume-Uni, en Belgique, au Danemark, en Italie, en Irlande, aux Pays-Bas, au Portugal et en Espagne.
Les conditions de dérogation ne sont pas les mêmes dans tous les pays. En Espagne, elles s’appliquent uniquement aux ovins et caprins et non aux bovins.
Depuis quelques années, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, au Danemark, l’étourdissement pre
mortem de l’animal fait l’objet de débats publics, de portée plus ou moins grande.
Le débat y a dépassé le cadre des
organisations de protection animale, qui en sont généralement l’origine, pour devenir une question d’intérêt public. Dans les pays comme l’Espagne, l’Irlande et l’Italie,
la question de l’étourdissement ne fait pas l’objet de débat public. En France et en Belgique, les associations de protection animale tentent de sensibiliser l’opinion au moment des Fêtes
musulmanes, mais sans grand succès.