D'où vient donc le V de la victoire immortalisé par Winston Churchill?

Publié le 24 Août 2010

La grande histoire du V de la victoire.
              D'où vient donc le V de la victoire immortalisé par Winston Churchill? Le blogueur linguiste Jean Véronis l'explique en détail après avoir lu Radio Londres : Les voix de la liberté (1940-1944), un livre qu'il qualifie de«superbe».
Tout part de la BBC à l'époque de la Résistance: Le 14 janvier 1941, le speaker de la section belge de la BBC, Victor de Laveye, lance une campagne à destination de ses compatriotes, les incitant à tracer des V partout en Belgique. Le V est déjà un symbole double : c'est
la première lettre du mot Victoire en français, et du mot Vrijheid (Liberté) en flamand. Ce mot d'ordre fut un immense succès : les V fleurissent en Belgique, mais aussi en Hollande et dans le Nord de la France. Il est ensuite relayé par les ondes françaises de la BBC, et les V commencent à se répandre partout en France et dans le reste de l'Europe : on en trace sur les murs, les automobiles des Allemands, voire sur la capote des soldats, on entoure d'un cercle le V des Verboten qui ont hélas fleuri partout... Jean Véronis relève un autre fait étonnant: «le célébrissime indicatif de Radio Londres, pom pom pom pooom» sur le rythme de trois brèves, une longue, est en fait une référence à ce V de la victoire. Trois brèves, une longue, c'est... la lettre V en morse.
 [Lire l'article de Jean Véronis]

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article