Dans le déni de l'insécurité permanente, l'Hôpital...

Publié le 6 Mars 2013

La direction de l'hôpital Nord de Marseille a porté plainte après qu'un patient ait menacé de mort un médecin et qu'un homme ait cassé une porte à coups de poing.

On ne connait pas comme d'habitude, les noms ou les prénoms des intervenants. On peut donc à juste raison supposer que c'est encore un "Vladimir". Ce sera de toutes les façons, la seule solution et la seule réponse que l'on aura dès lors que la presse censure pour ne pas bien sûr "stigmatiser"! Et bla et bla... nous connaissons la suite.

Il n'en reste pas moins que la trouille s'installe et que bien souvent après la trouille c'est la défense voire l'attaque! C'est un comportement bien connu chez les mamifères! Il ne faut pas perdre de vue cette réalité! Il ne faudra pas se plaindre par la suite des dérapages et autres faits qui se feront forcément...

Gérard Brazon

****

Des insultes tous les jours, et des altercations nécessitant l'intervention de la police «au moins» deux fois par mois. «La violence envers les soignants est de plus en plus fréquente», explique Philippe Jean, le chef du service des urgences de l'hôpital Nord de Marseille, au Figaro. «Les familles et les accompagnants des malades ne supportent plus d'attendre, veulent tout, tout de suite.» Pas plus tard que dimanche, un homme mécontent qu'on refuse de lui délivrer un certificat médical a menacé de mort et de représailles «avec une kalachnikov» le médecin qui l'avait reçu. Lundi, vers 5 heures un homme blessé avec son frère dans un accident de circulation, qui ne supportait pas d'attendre, a cassé une porte à coups de poing.

«Ces actes n'ont rien d'exceptionnel»

À bout de nerfs, la direction de l'hôpital Nord de Marseille a donc porté plainte après ces derniers actes de violences. Deux vigiles de l'établissement, qui ont été blessés dans l'altercation de lundi matin, ont également porté plainte pour violences et dégradations. «Ces actes n'ont rien d'exceptionnel», déplore Philippe Jean. «Nous avons déjà été menacés à l'arme blanche», poursuit le médecin. L'Observatoire national de la violence hospitalière (ONVH, organisme dépendant du ministère de la Santé) note en effet depuis sa création en 2005 une hausse constante de la violence à l'hôpital. Entre 2010 et 2011, l'ONVH a enregistré une hausse de 11% des signalements. Un chiffre à mettre en perspective, précise l'observatoire, car le ministère de la Santé a également davantage communiqué pour inciter les établissements à faire remonter leurs données. À Paris aussi, les soignants sont victimes de violence: selon l'Assistance publique Hôpitaux de Paris (APHP), les agressions physiques contre ses propres personnels ont augmenté de 26% au cours du premier semestre 2010. Le chef du service des urgences de Marseille Nord espère que sa plainte «ne restera pas sans suite, et que des sanctions à la hauteur du stress et de la violence subis par le personnel seront prises.»

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

yves IMBERT 06/03/2013 22:50


Il est évident pour tout regard objectif que le lien est direct entre immigration arabo-musulmane, encombrement des services publics et insécurité le cout annuel de l'immigration 95 milliards au
16.02.12 a dû exploser avec les soviétiques au pouvoir depuis le 6.05.12

mika 06/03/2013 16:20




MARSEILLE...
les élus montrent l’exemple à ne pas suivre


 http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/marseille-la-deputee-ps-sylvie-andrieux-jugee-pour-detournement-de-fonds-7759074444



 


http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/03/05/jean-noel-guerini-mis-en-examen-pour-detournement-de-fonds-publics_1842928_3224.html


 

lenibou 06/03/2013 16:17


Y en a marre!!Quand les ministres de l'interieur et de la santé,auront le courage de dire a ces gens la que dans les hopitaux et en France en général, on ne peut pas appliquer les principes de
leur religion.Si cela les dérange,il y a 57 pays qui appliquent les principes du Coran et  ces pays seraient heureux de les acceuillir,d'autant plus qu'ils ne sont pas assez peuplés.La porte
est grande ouverte.


 

island girl 06/03/2013 16:12


J'ai vu l'interview du médecin qui dit"le "MONSIEUR" m'a menacé avec une kalachnikov....je trouve que le terme n'est pas approprié pour désigner une racaille à faciès ! quand les moutons
appelleront un rat un rat on pourra les plaindre !


 

Pivoine 06/03/2013 16:02


Il n'en reste pas moins que la trouille s'installe et que bien souvent après la trouille c'est la
défense voire l'attaque !


 


Vous avez tout dit !

aupied 06/03/2013 15:38


et oui dorothée vous avez tout dit , moi je suis allez a l'hopital , de la timone , eh bien je peut vous dire que c'est pareil , en 2007 mon mari a était hospitaliser pour un cancer du larynx ,
et je peu dire que c'est champêtre , on en voit des vertes et des pas mures et en plus il faut se taire  moi qui n'ai pas ma langue dans ma poche j'ai était obligée de me taire , c'est une
insulte aux Français d'être obliger de ce comporter de cette façon , et oui c'est comme ça  bonsoir, tout le monde comprendra , enfin ceux qui veulent comprendrent 

Dorothee13 06/03/2013 14:55


CHU NORD, pas besoin de connaître les noms, il suffit de se rendre pour subir quelques examens, de bien observer, j'ai eu ce privilège et malchance d'être hospitalisée régulièrement en 2011, le
temps de me promener de pavillon en pavillon, maternité particulièrement, et là on se demande si on est encore à Marseille. Par contre, je soutiens le corps médical, et je les plaint, une
compétence et une communication très bonne.