Dany Fernandez, Mama Galledou, Marseille, un drame qui se poursuit!

Publié le 21 Janvier 2011

           Qui connait Dany Fernandez ? Personne ou du moins plus personne. Pourtant, elle fût le témoin d’une horreur sans nom. Pourtant, sa première réaction a permi d’éviter un drame. Malheureusement, au retour de sa course, ce drame en a touché d’autres. Et  plus particulièrement une voyageuse qui était là au mauvais moment, au mauvais endroit, dans le bus d’une fatalité qui aurait sans doute pu être évitée pour ds raisons simples, par l'éducation, par la surveillance parentale, par le bon niveau des interdits, de la morale que savait donner les parents autrefois. La Misère n'explique pas tout. Je suis d'une génération qui n'avait pas, loin s'en faut, tout ce qu'elle voulait. Pour autant, on ne détruisait rien et on respectait la grand-mère dans la rue. Si vous ne connaissez pas Dany Fernandez, sans doute vous souvenez-vous de Mama Galledou ?  

          Dany Fernandez a raté son suicide. Elle a 49 ans et elle était conductrice de bus à Marseille ou si l’accent est merveilleux, la violence y est certaine aussi ! Autant que la bêtise, autant que l’oubli si ce n’est l’indifférence.

          Dany Fernandez a été longtemps en arrêt de maladie parce que son bus fût enflammé par des cocktails Molotov. Ces petites bombes liquides faciles à faire et qui font tant de dégâts.  

         Elle avait repris un travail administratif mais ne s'en sortait pas de sa dépression. Au fond, elle gênait car ce témoin d’un « fait de société », d’une réalité sociale, de différents manquements à l’égard d’une population qui, elle aussi a droit à la sécurité y compris dans les banlieues que la bien pensance appelle « difficile » sans savoir que pour beaucoup, c’est un petit enfer.

          Les survivants doivent se taire pour ne pas gêner la bien pensance politique qui va tout régler juste avant les élections. Celle qui déverse des milliards d’euros sans contrôle véritable des tenants et des aboutissants. Dany Fernandez nous dit France-Soir d’hier avait même écrit son mal-être à Nicolas Sarkozy le 20 août. Pour mémoire, Monsieur Sarkozy est Président de la République!  Peut-il répondre à tout ? Peut-il se déplacer et l’entendre ? Peut-être, je l’ignore mais d’autres auraient pu le faire à commencer par l’Entreprise qui a eu la délicatesse de la changer d’affectation, la Mairie, le département, la région, que sais-je? Elle n’a eu aucune réponse du Président. Dany s’est loupé lors des vœux de la RTM (Régie des Transports de Marseille).

             Elle s’est loupé mais restera à jamais marqué psychologiquement ! Ces cicatrices ne sont pas celles de Mama Galledou. Elles sont profondes pourtant.

 

            Alors comment ne pas être en colère lorsque l’on constate la compassion pour les coupables, la compréhension pour cette « jeunesse désœuvré » irresponsable et finalement victime de la société nous disent les sociologues de gauche et la bien pensance. Cette jeunesse qui n’assume pas ses monstruosités parce que la justice est par trop clémente. Les mineurs resteront impunis et auront des peines si légères. Il ne faut pas briser leur avenir n’est-ce pas ! Tant pis s’ils ont brisé des vies. Quand c’est fait, les victimes doivent se reconstruire tant bien que mal. Je suis en colère ce matin parce que trop c’est trop. Dany est une femme brisée. Où sont les responsables ?

           - Ces jeunes qui ont mis le feu ?

           - Leurs parents qui se moquent de leurs gosses mineurs dans la rue à plus de 21h ?

           - La RTM qui poursuit son service publique tandis que l’’interdit à la police d’entrer dans les cités ?

           - Les politiques de droite comme de gauche qui instrumentalisent, utilisent et oublient ? Je n’ai pas de réponses !

            Uniquement un profond malaise devant le drame premier de petits voyous probablement « connus des services de police » mettant le feu à un bus pour jouer et provoquant des drames qui se continuent aujourd’hui.

          Cela à fait un petit encart dans la presse. La vie continue n’est-ce pas ?  Après on s’étonne que les français aient du vague à l’âme. Certains en profiteront pour dire  que je verse dans le populisme, dans la facilité pire, sous jacent, je révèle une âme de fasciste, voire même, de raciste ! Qu’il le sache bien, je me moque de leur commentaire, de leur petits esprits étriqués. Il y a bien longtemps que ces attaques ne me touchent plus. Que cela soit clair pour eux. Ils n’ont aucune prise sur ce que je pense et sur mes colères devant l’ignoble et l’injustice.

Voici ce que j’avais écris lorsque Mama Galledou fût lâchement agressée. Un petit poème que j’avais besoin de sortir de mes tripes. C’est Dany Fernandez qui le fait ressurgir ! Sans doute pour que personne n’oublie cette effroyable soirée dans une banlieue de Marseille.

Gérard Brazon

 

A Mama

 

Devant elle, une belle et douce vie

Des parents, une famille, des amies

Des études, et un amour sans doute

Un doudou secret bien à l’écoute.

Des sourires, des promesses un baiser

Une rentrée habituelle et des pensées.

Un avenir s’ouvre. Il est effrayant.

 

Le bus ! Elle court, monte en riant

Son doudou d’amour qui l’attend

A moins que... Manque de temps,

Les études, la famille ou la maman

Et puis,

Du bruit, des cris et l’incendie

L’odeur acre, la peur, la nuit

L’essence, une allumette craquée

Elle s’enflamme. N’a pas compris.

 

Mama ne peut même pas pleurer.

Ses larmes sèchent dans le brasier

Elle n’est plus que souffrance désormais

 

Aujourd’hui et demain ? Une vie brûlée

Un corps en lambeaux. Une vie gâchée

Des fous lui ont tout arrachée.

Des malades l’ont assassinée.

 

Les excuses seront impuissantes,

Ne lui rendront pas son sourire.

Elles seront bien insuffisantes,

Devant le miroir de l’avenir.

Cet avenir sans précaution.

Cet avenir sans attention.

Ce monde roi de l’apparence

Où, pauvre Mama ne sera plus

Qu’une simple curiosité de  plus.

 

Devant elle, il y avait  une douce vie

Des parents, une famille, des amies

Des études, et un amour sans doute

Un doudou secret bien à l’écoute.

Des sourires, des promesses un baiser

Une rentrée habituelle et des pensées.

Et un avenir devenu si effrayant.

 

Gérard Brazon

          Si vous souhaitez reprendre ces textes, veuillez prévenir l'auteur et afficher clairement e nom de l'auteur car les poèmes sont protégés par copyright.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article