Davos : les grands de ce monde veulent plus de contraception

Publié le 28 Janvier 2013

 

A l’occasion de la réunion annuelle des Forum économique mondial à Davos, jadis discret et aujourd’hui sous les lumières des médias, la contraception et sa diffusion dans le monde a fait une entrée remarquée. Des leaders africains sont en plein accord avec leurs partenaires pourvoyeurs de fonds pour le développement se sont mis d’accord pour dire que la demande contraceptive dans leurs pays n’est pas satisfaite et qu’il faut également communiquer en direction des femmes, des familles et de leurs sociétés pour dire quels bénéfices elles peuvent tirer d’une meilleure diffusion de la contraception.

Voilà qui suscite l’enthousiasme de Karl Hofmann, président de Population Services International – un organisme d’aide au tiers-monde focalisé sur la fourniture de « services de santé reproductive » – qui s’en explique dans le Huffington Post. Il explique comment les chefs d’Etat mondiaux et autres responsables politiques, économiques et médiatiques sont en train de discuter pour savoir comment le planning familial et la santé reproductive doivent être visés dans les Objectifs du développement durable qui vont remplacer les Objectifs de développement du millénaire qui arrivent à échéance en 2015.

On trouvera la liste des orateurs lors des événements publics du Sommet ici : pour la France, il y aura Pierre Moscovici et Fleur Pellerin, mais aussi, évidemment, Jacques Attali. Car c’est la fine fleur du mondialisme qui se réunit là : on croisera David Cameron et David Tusk, Ban ki-moon et Gordon Brown (ex-Premier ministre du Royaume-Uni recyclé à l’ONU, George Soros et Ahmet Davutoglu, Medvedev et Kissinger, Viviane Reding et Pascal Lamy, Carlos Ghosn et Bill Gates… Et même Diarmuid Martin, archevêque de Dublin de son état et membre de la commission vaticane Justice et Paix.

Karl Hofman est donc heureux de voir qu’après le Sommet de Londres cet été qui a fixé l’objectif de fournir des moyens de modernes de contraception à 120 millions de femmes supplémentaires d’ici à 2020, avec promesses de dons à la clefs, Davos s’y penche au nom de « l’amélioration du monde », s’intéressant tout particulièrement aux moyens contraceptifs de longue durée.

On apprend par Associated Press que le plus haut responsable onusien pour la population, Babatunde Ostimehin (FNUAP) a déclaré à l’agence, en marge du forum de Davos, que les gouvernements doivent en faire plus pour assurer l’accès des femmes au planning familial, car un milliard de personnes vont s’ajouter à la population mondiale au cours de la décennie à venir – une nouvelle tension en vue pour les ressources de la planète, comme ils disent.

Il faut plus de « planning familial » pour faire reculer la mortalité maternelle, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il faut donner aux jeunes filles une « éducation sexuelle complète ».

On sait ce que cela recouvre.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

aziliz 28/01/2013 22:56


Commencez par les pays musulmans et par les musulmanes imposées en Europe. Ces trucs ça se reproduit comme les poux et c'est incapable d'éduquer leur lentes.

island girl 28/01/2013 21:34


La contraception est le seul moyen d'éviter l'hécatombe due à la famine et aux sélections naturelles.

segond 28/01/2013 18:18


Le  jour ou on réussira a réguler les naissances dans tous ces pays Africains ou les enfants meurent de faim,ou les parents meurent du Sida,nous n'entendrons plus parler de Faim dans le
monde.


L'apprentissage de la contraception risque de prendre du temps.Donc agissons au plus tôt.

Pivoine 28/01/2013 16:39


Enfin une bonne nouvelle ! Il était temps que l'Afrique s'y mette, quand on voit tous ces malheureux...