Chrétiens d'Orient: les coptes "stigmatisés". Que disent nos bobos?

Publié le 22 Décembre 2010

          Plus de 100 Canadiens de religion chrétienne copte sont nommés dans un site internet lié à Al-Qaïda, supposément visés en raison de leur rôle présumé dans des tentatives de conversion de musulmans.

           Certaines des personnes nommées ont indiqué avoir été contactés par des agents du Service canadien du renseignement de la sécurité (SCRS). Le site Shumukh-al-Islam, souvent considéré comme la voix d'Al-Qaïda, a affiché les photos, les adresses et les numéros de téléphone cellulaire de chrétiens coptes, en majorité des Canadiens d'origine égyptienne, qui ont exprimé leur opposition à l'islam. Dans un forum sur le site internet, un membre, nommé «Fils de l'épée tranchante», affirme que les guerriers saints de l'islam - les moudjahidin - leur couperaient la tête.

Trois pages du site web extrémiste titré «Informations complètes sur les coptes», rédigé en arabe, vise à «identifier et nommer tous les coptes, à travers le monde, qui espèrent diffamer l'islam». Le site qualifie les chrétiens coptes vivant à l'étranger de «chiens de la diaspora». Pour Samuel Tawadrus, un copte égyptien vivant au Québec, il s'agit d'une menace directe contre sa vie. Sa photo et son numéro de téléphone cellulaire ont été diffusés sur le site internet.

L'une des personnes les plus connues de la liste est Salim Nagieb, qui a participé à la création d'une organisation copte au Canada. L'homme y est décrit comme s'opposant à la charia - la loi islamique - et comme quelqu'un qui convertit des musulmans au christianisme. Dans une entrevue accordée à La Presse Canadienne, M. Nagieb a indiqué que le site Web ne l'inquiétait pas outre mesure. «La seule chose que je crains, c'est Dieu», a-t-il ajouté.

L'homme d'affaires Sherif Mansour, d'origine égyptienne, a mentionné que des agents du SCRS l'avaient contacté pour l'avertir de la présence de ses informations personnelles sur le site internet. M. Mansour, qui dirige une entreprise au Québec depuis 22 ans, est un membre dynamique de la communauté copte du Canada. Selon lui, cette diffusion d'informations prouve que les islamistes radicaux gardent un oeil sur le Canada.

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada et du SCRS ont rencontré en octobre les responsables du centre copte canadien, selon ce qu'ont rapporté deux des hommes listés sur le site extrémiste.

L'ancien agent de la SCRS Michel Juneau-Katsuya a indiqué que les sites radicaux comme Shumukh-al-Islam sont surveillés en permanence par les services de sécurité et qu'ils représentent une mine d'or d'informations. M. Juneau-Katsuya ne croit toutefois pas que ce genre de site réussisse à radicaliser des Arabes modérés. «Les internautes qui visitent ces sites sont déjà des militants radicaux», a-t-il mentionné.

Les chrétiens coptes forment une partie importante de l'Église orthodoxe, ils sont associés à l'Égypte et constituent la majeure partie de la communauté chrétienne du Proche et du Moyen-Orient. Les conflits opposant les chrétiens coptes au gouvernement égyptien ont augmenté au cours des dernières années. Ils accusent l'administration Moubarak de vouloir réduire leurs droits religieux.

Source : cyberpresse.ca, 21 décembre 2010

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

raymond 22/12/2010 13:07



quand va t'on utiliser les memes methodes qu'eux.denoncer les traitres qui les soutiennent chez nous afin qu'ils arretent de nuire a notre societe ,les juger comme traitres a laur race.je ne sais
pas ce que ca peut leur apporter hormis les voix aux elections ,peut etre meme du pognon etant donne qu'ils ne marchent qu'a ca le fric qu'importe s'ils vendent leurs compatriotes



Gérard Brazon 22/12/2010 13:31



Il ne sert à rien se s'emporter. Intégrez des associations comme Résistance Républicaine, des Partis politiques, portez la bonne parole partout ou cela est possible. Notre combat pour la laïcité
transcende les Partis politiques. Du FN à l'UMP en passant par le PS, nous sommes beaucoup à mettre de côté nos différences pour s'élever contre l'islamisation. Il sera bien temps de se quereller
par la suite... Pas d'injures, pas d'insultes, pas de mots qui nous seraient repris et renvoyé au visage en disant: "Voyez ces fâchos". Notre combat est juste et c'est parce qu'il est
juste que nous le gagnerons.


Gérard