Débat entre Christine Tasin et Béatrice Bourges /2. Une note d'espérance.

Publié le 12 Juillet 2013

A défaut de les "marier", on finira bien par les faire se rencontrer au minimum. Dans les deux écrits (la lettre de Béatrice à Christine et cette réponse) j'y vois bien plus que des passerelles. Donc si la sincérité est réelle, nous pouvous imaginez que nos détracteurs en seront pour leur frais et qu'ils se sont réjouis trop tôt de nos divergences. L'urgence est à l'union, pas à la division.

Gérard Brazon

 

Christine Tasin Réponse de Christine Tasin à Béatrice Bourges Béatrice Bourges

 

Chère Béatrice,

 

Merci d'avoir pris le temps de rédiger cette réponse que je découvre par hasard, tardivement.

 

Je suis persuadée que nous partageons un certain nombre de valeurs malgré nos divergences, qui apparaissent clairement dans votre message, et j'en suis heureuse.

D'abord, si vous respectez l'anti-islamisme et je vous en sais gré - mais qui ne le respecterait pas à part les fanatiques-, vous vous méprenez. A Résistance républicaine, nous nous faisons pas de distinguo entre islamisme et islam et c'est bien de lutter contre l'islam dont il est question dans l'article que j'ai écrit pour boulevard Voltaire. Or, d'islam vous ne dites mot, malgré mon insistance, pas plus que de votre collaboration avec une association musulmane. Comprenez mon inquiétude.

 

Ensuite, si je suis entièrement d'accord avec vous pour dire que les valeurs chrétiennes sont des valeurs de progrès – bien que j'aie du mal à considérer Madame Boutin avec qui vous vous engagez comme une femme de progrès- je ne partage pas du tout avec vous, et cette fois je parle à titre personnel, sans que cela engage mon association qui rassemble des gens de toutes opinions et confessions, le respect d'un certain nombre de préceptes de l'Eglise qui trahissent le message du Christ et sont tout sauf du progrès.

 

Que ce soit le mariage unisexe qui ne menace rien ni personne et surtout pas les enfants qu'une infime minorité pourrait avoir (et a déjà d'ailleurs ) de l'avortement et du droit à mourir dans la dignité qui est justement ce qui nous distingue de l'animal. Il y a de la grandeur à ne pas vouloir devenir un légume ou un être réduit à l'animalité la plus horrible et à préférer la mort, selon le modèle des stoïciens romains. Si nous sommes bien les héritiers de la civilisation chrétienne nous sommes aussi ceux des Grecs et des Latins et leur apport est essentiel. Pour moi, voyez-vous, chère Beatrice, il faut fuir l'état de nature, qui est l'état du rapport de force et de la résignation devant les coups du destin. L'homme peut et doit faire ce qu'il peut pour rester digne et je ne peux respecter un système ou une religion qui voudrait nous en empêcher. Mais cela n'a pas grande importance, ce sont des divergences philosophiques entre nous et le progrès naît aussi de la confrontation des idées.

 

Plus grave me semble votre conception négative de la laïcité que vous appelez péjorativement "laïcisme", "épuisé" qui plus est et que vous confondez, je le crains, avec l'athéisme. Or la laïcité est au contraire ce qui permet les croyances et la liberté de tous, elle réclame simplement que la "loi de Dieu" demeure une affaire privée et ne s'impose pas dans l'espace public, à tous, croyants et incroyants, rien de plus, rien de moins, et vouloir en faire la responsable de tous les maux me semble être une grave erreur. Elle n'est en rien responsable de l'idéologie du genre, qui est plutôt la conséquence d'un excès de féminisme ; et elle a bien moins à voir avec le mariage unisexe que le mot "égalité" de notre devise. Nos ancêtres, chrétiens ou pas, sont morts pour que nous puissions obtenir l'égalité et la laïcité, et celle-ci n'a rien à voir avec le désir d'enfant, que ce soit celui d'hétérosexuels ou d'homosexuels. Je trouve maladroit pour ne pas dire insultant – et peu chrétien, Jésus a accepté Marie-Madeleine, il aurait accepté aussi les couples homos, par respect de l'autre, tout simplement- de parler des homos en terme de "consommateurs", comme si le désir d'enfant d'une femme ou d'un homme était gratifiant pour les uns et monstrueux pour les autres. Les homos sont des êtres comme les autres, et, si je pense qu'un débat de société serait nécessaire sur GPA et PMA pour éviter les dérives du Meilleur des Mondes, je ne vois pas en quoi et au nom de quoi on devrait refuser aux homos ce qu'on autoriserait aux hétéros. Parce que vous savez aussi bien que moi que bien trop d'enfants d'hétéros vivent un enfer, sont violés incestueusement, privés de soin, et que pendant des millénaires des couples "normaux" ont eu des enfants sans les vouloir, sans être capables de les élever et de les aimer. Que représentent face à cela quelques couples homos porteurs d'amour et de valeurs qui parviendraient à avoir des enfants ? Les monstres ne sont pas où vous les mettez.

 

Enfin vous vous trompez quand vous affirmez gratuitement que les laïques anti-islam (anti-islam pas anti-islamisme, je le répète, c'est très important) chère Beatrice, ne se battraient pas pour une civilisation. Bien au contraire, nous savons exactement pourquoi nous ne voulons pas d'islam en France et c'est bien pour préserver notre civilisation. Parce que notre civilisation, fille du Christ, de Socrate, de Montaigne, de Molière, de Voltaire, de Mozart ou de Brunelleschi et de tant d'autres est extraordinaire et mérite qu'on se batte pour elle. Nous voulons préserver l'égalité homme-femme, nous voulons préserver la liberté de croire et de ne pas croire, nous voulons préserver le droit à la connaissance et à la culture de tous, le droit à l'éducation de tous, nous voulons préserver cette civilisation qui respecte les enfants et leur donne des droits fondamentaux, ceux d'être aimés, éduqués, élevés, de bénéficier de l'ascenseur républicain. Nous sommes des humanistes et nous sommes fiers de notre projet pour l'homme.

 

Il est bien que nous soyons nombreux à nous battre, à des titres différents, avec des objectifs différents. Simplement je me suis permis de m'inquiéter des risques de voir se scléroser votre mouvement qui avait pourtant au début des promesses de révolution parce que, comme Renaud Camus et Dominique Venner, je crois que l'urgence absolue est dans la lutte contre un totalitarisme épouvantable qui nous menace. Il sera toujours temps ensuite de se disputer sur le mariage unisexe, l'euthanasie et tutti quanti parce que, là où s'installe l'islam, tout trépasse.

 

Vous considérez, quant à vous, qu'en restaurant ce que vous appelez des valeurs chrétiennes et qui sont plutôt, me semble-t-il, des préceptes tardifs de l'Eglise mais peu importe, nous serons plus forts. J'aimerais vous croire ; hélas, l'histoire ne vous donne pas raison, puisque tous les peuples musulmans qui habitent actuellement autour de la Méditerranée, pour ne parler que d'eux, étaient chrétiens et pourtant cela ne les a pas protégés de la conquête musulmane et de la nécessité de fuir ou de se convertir… Je crains bien qu'il en soit de même en France et que vous ne regrettiez amèrement de ne pas avoir partagé notre combat. Parce que demain il sera trop tard pour les catholiques, laïques ou pas, pour pour les athées comme pour les nés musulmans venus en France pour notre civilisation et notre liberté.

 

Malgré nos divergences et nos analyses différentes de la situation, les ponts ne sont pas coupés entre nous, chère Béatrice, parce que nous avons des adhérents communs, des militants de nos causes respectives qui veillent et qu'il est toujours possible d'évoluer, de changer d'avis, et que la France, fût-elle laïque, vaut bien la peine que nous nous battions pour sa survie.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

ESCLAFIT 12/07/2013 22:44


Une lueur de dialogue s'amorce, en femmes intelligentes, elle devront y arriver. Nous le voulons, nous ceux qui les suivons.

Nicolaï Vavilov 12/07/2013 10:46


Je suis un assidu du blog de Madame Tasin...


     voici le commentaire que j'ai posté... habituellement elle ne publie pas


 ce genre de commentaire... bien qu'un jour elle m'ait déclaré ne pas modérer...


   "   Accord: il faut lutter contre l'islam. Cela n'implique pas qu'il faille souhaiter
qu'une petite fille soit élevée par deux hommes qui eux, n'aiment pas les femmes...
Un enfant elevé en famille monoparentale,  ou dans une situation de paire (de mâles ou de femelles)
 est victime d'une spoliation....Ce n'est donc pas le droit des couples qu'il faut défendre,
 mais celui de l'enfant (passim). Etant entendu que les enfants immergés dans d'autres modèles
 ne seront pas discriminés. C'est "l'élevage" qu'il faudrait considérer... et non le mariage...

   Il est dommage que les chrétiens ne mettent pas autant d'énergie à lutter contre l'islam que
contre le mariage gay.


   La violente réaction des nervis socialistes contre la "manif" aux Champs Elysées
devrait rendre la cause sympathique.

    Les violences  exercées contre les enfants ont lieu dans les familles,
qu'elles soint hétérosexuelles ou homosexuelles ... Il n'y a aucune raison que les nouveaux
appariements soient meilleurs...Il ya d'ailleurs dans les paires homosexuelles nombre de tabassages...
c'est hélas un invariant...un comportement universel...

La seule chose rassurante c'est que les adoptions dans ces nouvelles
 situations seront rares...

    Le consensus se fera donc sur le rejet de l'islam en France..."


    fin


 


  à la décharge de Madame Tasin qui ne me publie pas:    


      polygraphe impénitent je répète cent fois la même chose ("passim")


  mais c'est elle qui remet le sujet sur le tapis ..(." d'orient") !!!


 merci de lui fire passer mon message...


 


 addendum


    Madame Tasin, hostile au "gender" avait dit qu'il n'existe aucun lien entre le genre et le mariage gay!!!  Ainsi l'émergence des deux mouvements culturels en même temps
serait pur coincidence...


     Voir Elizabeth Guigou, Pacs, GPA, PMA


     égalité pour tous ... bientôt un seul genre... et l'homme "enceint" il y a quelques cas ( de la part individus le plus souvent ayant essayé les deux sexes) de demande à
ne plus être affecté d'un genre...


   revenons à nos moutons, hélas ceux de l'aïd..grave problème de changement de société, plus menaçant que le mariage gay plutôt marginal mais bruyant...