Delendi Sunt. Les Chrétiens d’Orient, par Roger Alk

Publié le 10 Février 2013

Delendi Sunt. Les Chrétiens d’Orient, Signe de contradiction pour le monde et leur environnement

Roger-Alk.jpg Par Roger Alk pour Puteaux-Libre

Pour me faire pardonner certaines vérités dérangeantes, je vous dirai d’abord qu’en tant que Maronite, je suis Français de droit depuis un décret de saint Louis et je le suis de cœur depuis qu’à l’âge de quatre ans j’ai pleuré en écoutant mon frère aîné réciter la Chanson de Roland. Nous étions à ce moment-là sous mandat français. Depuis, j’avais souvent entendu durant mon enfance que, sans l’existence d’Israël, nous autres chrétiens d’Orient, aurions été obligés de faire nos valises.

Cela explique le fait que, lorsque les Palestiniens, aidés par les « islamo-progressistes », surtout sunnites libanais, ont cherché à renverser le gouvernement en 1975, nous pensions qu’Israéliens et Américains étaient nos alliés et protecteurs, à la place de la France affaiblie.

Pourtant, personnellement (excusez-moi de mêler ma vie personnelle, mais elle est non seulement caractéristique, mais, en plus, c’était comme si Dieu me disait : « regarde, comprends et témoigne »), j’avais déjà eu en 1974 le témoignage d’un joaillier arménien, citant la diaspora aux Etats-Unis, qu’après la guerre de Chypre, le tour du Liban arriverait, car, « les Etats-Unis ne pouvant défaire l’Union Soviétique par la guerre à cause de l’équilibre nucléaire, veulent la faire imploser en utilisant les guerres de religion ; quoi de mieux pour cela que l’entrainement avec les petits pays, comme Chypre et surtout le Liban avec ses dix-huit communautés religieuses ?

Je commencerai donc par un aperçu historique montrant le déroulement du « Printemps arabo-islamique » à partir de 1975, date de son début au Liban, avec tous ses non-dits et ses contradictions avec l’histoire officielle et je finirai par donner une explication sur les plans américano-saoudo-israéliens comportant un « must » de détruire les communautés chrétiennes d’Orient : « delendi sunt ».

Historique

Votre ami n’est pas celui qui vous fait plaisir, mais celui qui vous dit la vérité

Les Chrétiens d’Orient, c’est 20 siècles d’histoire à résumer en une heure. Il faudra donc que je fasse des choix. Simplement, je voudrais affirmer que ce n’est pas l’islam qui les a persécutés, mais, ce qui arrive dans toutes les religions, des potentats et même des politiciens déformant leur religion, surtout quand le pouvoir passa aux mamelouks, puis aux sultans ottomans et, après eux, aux Jeunes Turcs, lesquels étaient incroyants et même non musulmans ; Ils furent responsables du pire génocide des chrétiens, en majorité Arméniens (car il y eut d’autres ethnies et des génocides précédents, notamment en 1895-96 date à laquelle mon grand-père Tamraz, chaldéen-catholique, prévenu par un émissaire du sultan dut fuir sa ville de Diyarbakir).

Une autre erreur occidentale, c’est la pitié et l’idée de protection de ces ‘pauvres’ chrétiens avec un soupçon de mansuétude et même de mépris pour eux et pour ce qu’ils représentent. L’Occident a oublié que sa culture (l’alphabet leur a été apporté par les marins phéniciens) ainsi que l’apprentissage de la mer et des voyages, leur civilisation, leur science même sont venus d’Orient, ainsi que leur foi en Dieu.

Pourtant l’Occident dit « chrétien » se comporta avec eux, comme s’il n’avait pas affaire à des êtres civilisés, encore moins à des ancêtres dans la foi et la connaissance. Rappelons-nous les massacres faits par les croisés à Jérusalem, alors que la majorité des habitants de cette ville étaient chrétiens. Que pouvons-nous dire du sac de Byzance qui l’affaiblit irrémédiablement et permit sa prise par les Ottomans ? J’ai tenu à le dire, pour montrer que toutes les religions, sans exceptions, peuvent être déformées, parce que les stratèges et les politiciens occidentaux font passer ce qu’ils pensent être la raison d’Etat et de leurs intérêts, à celle de leur conscience et de leur foi.

Je citerai la remise par la France, dans les années 30, du territoire d’Alexandrette, à la Turquie, pour l’empêcher de s’allier avec l’Allemagne, alors que ce territoire faisait partie de la Syrie depuis 4 siècles. Les chrétiens, qui avaient fui la Turquie durant le génocide de 1915, durent de nouveau plier bagage. De même la Grande Bretagne permit à la même époque le génocide des chrétiens d’Iraq qui perdirent la moitié de leur population. Il y avait dans tout cela des raisons d’Etat qui passaient avant les droits de l’homme et la conscience, même des dirigeants prétendus chrétiens. La raison d’état, en Occident, est plus importante que la volonté de Dieu.

Revenons quand même à la prophétie du joaillier :

La, ou plutôt, les guerres du Liban commencèrent en 1975 et je fus envoyé comme adjoint de l’attaché des Forces Armées à Washington D.C., chez nos « alliés et protecteurs » américains. Je fus surpris d’entendre une complète propagande, un vrai lavage de cerveau de masse contre « ces Chrétiens privilégiés qui veulent chasser les pauvres Palestiniens et où iraient-ils ? » Nous n’avions jamais cherché à les chasser, seulement à les empêcher de tirer sur Israël qui ripostait en bombardant nos villages et nos villes, détruisant tout et tuant nos citoyens, y compris les femmes, les vieillards et les enfants. De plus, n’avaient-ils pas le droit de retourner chez eux, dans leurs foyers et leurs biens en ce qui fut la Palestine ? Ce fut aussi à ce moment-là que Sarkis, un autre Arménien, vint me visiter pour me proposer de rester en Amérique (ma femme est Arménienne), car « cette guerre durerait au moins dix ans ». De plus, son avion qui transportait des armes au Liban (Sarkis travaillait pour la CIA) « revenait vide et pourrait nous amener nos meubles du Liban ». Il me proposera même plus tard de rester avec lui en Amérique, pour commander ses bateaux qui transportaient des armes en Amérique du Sud. Plus tard, les Etats-Unis refusèrent de nous vendre des obus de 155mm pour l’armée libanaise qui cherchait à séparer les belligérants. Ce fut ma première leçon.

La seconde fut quand les Etats-Unis et Israël permirent à la Syrie d’envahir le Liban tandis qu’Israël s’installait au Sud-Liban. La troisième fut quand les Israéliens occupèrent tout le Liban jusqu’à Beyrouth (ils furent accueillis par la population chiite avec des fleurs comme leurs libérateurs des combattants palestiniens) et furent ensuite remplacés, à Beyrouth seulement, par les troupes multinationales qui furent « chassées » par les voitures piégées de « terroristes » libanais, malgré le fait que le cuirassé New Jersey se vengea en lançant sur le Chouf ses obus gros calibre (sauf que les obus tirés étaient inertes !). Les Libanais lui décochèrent alors le sobriquet de « New Jersa » ou « Nouvelle Honte ». L’aviation française, de son côté, attaqua une ferme « terroriste » dans la Bekaa et y tua deux chèvres. Bref, tout ce beau monde déguerpit rapidement et laissa la place, de nouveau à la Syrie et Israël. Entre-temps les troupes iraniennes faisant partie de la FINUL au Liban Sud voyaient les malheurs de leurs coreligionnaires par l’action des troupes israéliennes, alliées de leur Shah qui ne tarda pas à sauter. Il accusera plus tard les Américains d’y avoir aidé. Khomeiny arriva sur un avion d’Air France. Plus tard, les troupes américaines, en tentant de débarquer à Téhéran, pour libérer les diplomates de l’ambassade américaine, eurent leur flotte d’hélicoptères détruite (deux) par le même « vent divin » qui aida leurs ancêtres britanniques à détruire la Grande Armada. Khomeiny porta l’auréole d’un saint et d’un prophète, tandis que son inimitié avec l’Amérique n’empêcha pas cette dernière de vendre à son « ennemi » iranien des missiles par l’intermédiaire de l’autre ennemi juré de l’Iran, Israël. La guerre Iran-Iraq allait commencer et créer une scission totale entre chiites et sunnites, iraniens et Arabes. Mais entretemps, l’Amérique, utilisant ses protégés saoudiens et ses nouveaux alliés syriens, détruisait l’équilibre politique libanais et changeait inconstitutionnellement la constitution du Liban pour le rendre ingouvernable sans arbitre extérieur, qui sera le co-protectorat syro-saoudien, tandis que le Sud était réservé à l’occupation israélienne qui fut tellement sauvage que les chiites qui les avaient accueillis avec des fleurs, créèrent le Hezbollah pour les chasser.

Entretemps, les Syro-saoudiens appuyèrent l’Amérique de Bush père contre Saddam Hussein et en profitèrent pour détruire le Liban indépendant en installant avec leurs amis saoudiens un Président du Conseil saoudien profitant du changement de constitution qui lui donnait, à lui et à son fils après sa mort les mains libres d’endetter le pays de 65 milliards de dollars et de le voler en donnant à son poste les pouvoirs du Président de la République chrétien. Bien sûr, il était appuyé par le vice-président syrien Khaddam et le « Haut-commissaire syrien » au Liban, représentant la force armée du co-protectorat syro saoudien.

Quant aux Etats-Unis, après avoir créé, entraîné et financé Al Qaeda en coopération avec le Pakistan et l’Arabie saoudite, ils attribuèrent les attentats du 11/9 à cette même Al Qaeda. Pourtant, beaucoup d’analystes y trouvèrent trop de contradictions et de non-dits et, surtout, que les ennemis des Etats-Unis furent toujours attaqués par cette même Al Qaeda, supposée elle-même ennemie des Etats-Unis, à commencer par l’Iraq de Saddam Hussein, la Libye de Kaddhafi et maintenant la Syrie de Bachar el Assad. En même temps, en Irak, les chrétiens, citoyens égaux, sous Saddam Hussein, furent de nouveau purifiés ethniquement sous occupation américaine. Le même scénario se déroule aujourd’hui en Syrie où les chrétiens sont la cible de ces alliés de l’Occident, financés et entraînés par les états théocratiques du Golfe et la Turquie islamiste, ainsi qu’au Liban où le parti Al Moustakbal veut renverser le gouvernement actuel et a déjà transformé le Nord du pays en une zone de non droit islamique, envoyant combattants, armes et munitions, contre le voisin syrien. Quant au nouveau gouvernement d’Egypte, il a changé la constitution pour y instituer la Charia et déjà plus de 100.000 coptes ont émigré. … Mais pourquoi donc ?

Les raisons anti-chrétiens d’Orient des Etats-Unis et d’Israël.

Les Etats-Unis.

Apres avoir défait l’Union soviétique, les Etats-Unis se sont retrouvés seule hyperpuissance de la planète, en 1990, et ont voulu le rester. Pour cela, ils voulurent faire avec l’Eurasie ce que leurs ancêtres britanniques ont si bien réussi à faire en Europe avant le XXème siècle : avoir toujours une guerre sur le continent pour empêcher l’apparition de toute puissance rivale qui mettrait en danger leur maîtrise des mers.

Les Américains tenaient donc à créer le chaos en Eurasie-Afrique pour empêcher toute puissance rivale dont la Russie la Chine ET l’Europe de se renforcer et de mettre en danger leur contrôle de la planète. Pour cela, ils pensent que ce qui a réussi à défaire l’Union soviétique, pourrait le faire aussi contre les puissances du continent eurasiatique, par l’intermédiaire des combattants d’Al Qaeda et consorts financés, entraînés et alimentés par la Turquie islamiste et les théocraties saoudienne et qatari. Ce fut ce qui arriva en Iraq, démantelé en trois parties, au Soudan, coupé en morceaux, en Tunisie, en Libye, en Egypte et maintenant au Mali et au Nigeria. Le problème se posa en Syrie car au vu des conséquences, dans toute l’Afrique de la destruction de la Libye, on peut imaginer ce qui arriverait au monde si la Syrie tombait entre les mains des islamistes. De plus, nos conquérants américano-arabes intégristes s’y heurtèrent à « la muraille de Chine » aidant la Russie « orthodoxe ». Dommage pour eux, car la Syrie et l’Iran leur coupent le chemin vers l’Asie centrale et de l’Est.

Ici, nous voyons pourquoi les chrétiens d’Orient dérangent les plans américains et doivent être éliminés :

Depuis l’Empire ottoman, ils étaient les protégés de la France (catholiques) et de la Russie (orthodoxes) alors que les anglo-saxons appuyaient le sultan ottoman sunnite et ses partisans. De plus, ils étaient à la pointe du progrès et ce furent eux qui, pour se libérer du sultan et de la Turquie, créèrent les idéologies nationalistes laïques arabes de libération, de nationalisme et d’union. Ils étaient ainsi le ciment qui pourrait unir les autres communautés en une seule nation arabe allant de l’Iran jusqu’à l’Atlantique et ils y travaillèrent. Les premières imprimeries et les premiers journaux arabes, même en Egypte furent créés par des chrétiens. Les grands écrivains et penseurs de la Renaissance arabe, furent en majorité des chrétiens. Le parti PPS ou PSNS et le parti Baath ont été fondés par des chrétiens. Les partis les plus à gauche de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) ont été dirigés par des chrétiens.

Au Liban, nous trouvons des partis chrétiens alliés aux partis sunnites, aujourd’hui le pro-saoudiens Al Moustakbal, lié aux Etats-Unis, Qatar et Arabie saoudite, et des chrétiens avec les groupements chiites, Amal et Hezbollah, alliés de l’Iran, du gouvernement syrien et de la Russie, ainsi qu’un mouvement du centre représenté par le Président Soleiman, allié au Président du Conseil sunnite et au chef druze Walid Joumblatt… Dans les villages libanais on trouve des mélanges de chrétiens avec d’autres communautés : druzes et chrétiens, sunnites et chrétiens, chiites et chrétiens, mais jamais d’autres mélanges, comme chiites-sunnites ou druzes.

Ainsi, les chrétiens sont le ciment qui peut créer l’unité arabe et sans eux elle est impossible. Ce ciment doit être détruit : delendus est comme la ville de Carthage, fondée par les ancêtres phéniciens des chrétiens du Liban, devait être détruite pour asseoir l’hégémonie de Rome. Si le contraire était arrivé, nous utiliserions aujourd’hui l’araméen, la langue du Christ, au lieu du latin. Mais, justement, Dieu voulait un « ciel nouveau, une terre nouvelle », une langue nouvelle et un peuple nouveau.

Quant à Israël, non seulement il est dérangé par cette incitation à laisser la place à un nouveau peuple de Dieu, mais encore, il veut, lui, la division des pays arabes en états confessionnels, pour qu’il devienne un «  primus inter pares » état confessionnel juif, capable d’agresser et de conquérir à sa guise, suivant ses besoins et/ou ses caprices. De plus, sa jalousie du Liban, donc sa haine, datent depuis des millénaires. Je ne peux pas ne pas me rappeler un passage de la Bible (dont le nom vient de Byblos la plus vieille cité du monde connu, car ce sont les phéniciens qui ont appris au monde occidental à lire et à écrire en créant l’alphabet), où Dieu se plaint de Sion, son épouse infidèle et lui promet que si elle se repentait et revenait à lui, « ses racines seraient aussi profondes que celles des cèdres du Liban, son parfum comme celui des forêts du Liban et qu’elle serait aussi renommée que le vin du Liban ». Imaginez mesdames, que vos époux vous comparent ainsi à votre voisine, qu’en feriez-vous ?

De plus, le Liban actuel était le phénix des Arabes, démocratique, libéral et partageant le pouvoir entre ses diverses communautés, en un mot, l’antithèse d’Israël. De plus, malgré les nombreuses agressions et destructions israéliennes, il est riche, toujours beau, favori des populations occidentales, aimé de tous, alors qu’Israël est toujours rejeté par son environnement et doit utiliser la menace et le bâton de la loi, pour interdire toute critique de sa politique et de son ambition à être un état juif chassant les habitants originels de leurs foyers  et de leurs biens, pour les rejeter dans et contre les pays avoisinants, en particulier le Liban, où la direction chrétienne craignait un afflux trop grand de sunnites qui déstabiliserait l’équilibre délicat confessionnel. La jalousie fut donc rejointe par l’intérêt, un intérêt encore plus fort lorsque nous considérons la propagande sioniste disant que la Palestine, ayant été la patrie de leurs ancêtres, il y a deux mille ans, leur revenait de droit. Ce droit est battu en brèche par l’histoire qui fait des Palestiniens les descendants du peuple hébreu de l’an 70.

Ce qui a fait que les sionistes se sont tournés vers la religion pour dire que la Palestine est la terre « promise » par Dieu et là encore, ces fichus chrétiens sont un signe de contradiction, car d’après eux, les promesses divines à Israël se sont accomplies pas la venue de Jésus, le Messie promis, tandis que le Nouvel Israël, ce sont les chrétiens qui n’ont, eux, aucune ambition terrestre.

Les chrétiens d’Orient en sont les témoins et le signe. A cause de cela ils doivent être détruits.

Ne nous plaignez donc pas, peuples d’Occident, Européens surtout, pleurez sur vous et vos enfants car vous êtes en train d’arracher vos racines à la fois culturelles, scientifiques et religieuses pour creuser à leur place vos propres tombes.

 

Roger Akl

Mon cousin Kayat, devenu Français pour avoir participé à la guerre 14-18 comme médecin, perdit tous ses immeubles à Tel-Aviv. Peut-on appeler cela autrement que vol organisé ?

Le droit religieux est-il reconnu en droit international?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 10/02/2013 15:52


OK Alors I Apologize comme ne cessent de le répéter les américains....(mais moi je ne me moque pas...!)


Amitiés...

Pouf 10/02/2013 15:47


@Epicure...


...merci pour votre premier commentaire...le second n'ayant pas d'objet ! En effet, quand j'écris "rien"...c'est tout simplement parce qu'il n'y avait aucun commentaire quand j'ai lu cet article
et que j'ai écrit ma demande !

Epicure 10/02/2013 15:40


Je vous en ai fait l'analyse succincte d'un point de vue psychopathologique  et pense que cela devrait suffire?


A moins que vous ne manquiez sérieusement de référents historiques politiques religieux philosophiques  et diplomatiques...Auquel cas, lisez plutôt un bouquin de chez Arlequin....

Pouf 10/02/2013 15:20


Je pensais qu'il y aurait de nombreux commentaires pour m'éclairer sur cette approche des événements...mais rien !!!! Pourtant voilà un texte pour le moins non anodin !!!

Epicure 10/02/2013 13:42


Ainsi, ce Charabia politico complotisto antisémite Chrétien classique  est un modèle de Paranoïa: TOUT y est Juste.. pris Mot par Mot... mais le texte en est COMPLETEMENT Délirant pris dans
son ensemble. Il exprime une Frustration anti juive que j'ai aimé transférer à tous mes correspondants pour qu'ils constatent comment on peut être apparemment sage et effectivement un dangereux
cinglé très malheureux.


Je conseille vivement à ce Libanais d'aller se soigner d'urgence si cela est encore dans ses moyens. Avec des militants comme lui, les chrétiens libanais peuvent se passer d'ennemis mortels!