Démocratie et Diversité, histoire de connotation abusive.

Publié le 24 Novembre 2010

           Par rapport à un discours prononcé le 22 novembre, des internautes en tirent des évidences, des certitudes ou mêmes des confirmations. De toutes les façons, quoique fasse le Président Nicolas Sarkozy, il y aura toujours « quelque part » quelque chose qui n’ira pas ! D’où vient donc ce travers ?

           A mon humble avis, de sa présence permanente sur le terrain politique.

           De son interventionnisme permanent, de ses prises de positions tranchées et sans appel.

           Il remonte la bête dans le mauvais sens du poil. A-t-il raison ? Non !

           Devrait-il changer son fusil d’épaule ? Certes, mais il est bien trop tard !

           Pourrait-il changer cette image de Président « partout et sur tout » ! Trop tard aussi !

           Que reste-t-il ?

           Continuer en évitant de dire des choses qui seront utilisées contre lui. Et là, ce n’est vraiment pas évident. Quoique...

 

           Prononcer un discours comme celui fait le 22 novembre où il dit à mon avis un déni de bon sens comme de dire: "Le mot « démocratie » est un peu connoté occidental, mais le mot diversité, il est tout à fait connoté oriental." Ne peut que choquer tous les français qui se trouvent confrontés à la diversité orientale !

 

            Oui, la démocratie est connotée occidentale mais depuis quand devrions-nous en avoir honte ? Pour ma part, je ne pense pas que le but du Président était de faire des choix et souligner ses préférences. Mais dans le monde d’aujourd’hui ou chaque phrase est signifiante même quand elle ne l’est pas vraiment et surtout, quand elle est insignifiante, devient une arme de guerre pour un camp ou pour un autre.

          En fait, comment le Président de la République peut-il dire, sans qu’il ne provoque une réaction négative de la part de citoyens occidentaux, que la démocratie est « connotée » alors que la démocratie vient du trèfonds cursus européen.

          Qu’est-ce que cette phrase apporte au discours. Nos sociétés occidentales n’ont-elle jamais été diverses également ? Qu’y a-t-il de commun entre un Breton, un Hollandais, un Napolitain, un Corse, un Prussien, et j’en passe, hormis sans doute la religion chrétienne ? Qu’est-ce que veut dire connotation ?

  Sens particulier qui vient s'ajouter au sens ordinaire, en fonction du contexte.

  Signification seconde qui s'ajoute au sens conceptuel, ou dénotatif, d'un mot.
     ''Dans ce contexte, « pauvre » et « riche » prennent une connotation morale.''

  Image, représentation qu'évoque un mot, une idée.
     ''Le terme d'asile d'aliénés a été abandonné en raison de sa fâcheuse connotation
.''

 

           D’où il résulte pour beaucoup, que le mot « démocratie » a la même valeur que le mot « diversité »? Or, nous savons qu’il est bien plus difficile de mettre en place ou de faire vivre une démocratie qu’une diversité.

Par exemple, voici ce que traduit un internaute sur un article de Post-Fr

 

          Le 22 novembre Nicolas Sarkozy a prononcé un discours injustement passé sous silence. Il présidait le 40ème anniversaire de la chambre de commerce franco-arabe. Il est vrai qu'il y a des sujets plus sexy. Fort heureusement, le site de l'Elysée conserve les textes. Et c'est donc au détour d'une allocution plutôt convenue vantant les mérites du commerce et de l'intégration, qu'il

déclare : "Le mot « démocratie » est un peu connoté occidental, mais le mot diversité, il est tout à fait connoté oriental." Voilà donc le président de la République française, qui explique que la démocratie n'a pas à s'appliquer partout. Que les valeurs universelles des droits de l'homme sont

relatives. La France a ratifié la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui dans son article 29 mentionne expressément "une société démocratique". Nous sommes censés être "la patrie des Droits de l'Homme" et là, Nicolas Sarkozy nous explique que c'est pour rire.

Et oui, la démocratie c'est "un peu connoté occidental". Les autres, les ceux qui sont pas comme nous,

ils peuvent vivre sans. Pas de problème ! Et c'est ainsi que gentiment il conforte les dictatures dans leur

obscurantisme. Mieux, il reprend leurs arguments. Les droits de l'homme, la démocratie, c'est l'Occident

et l'Occident n'a pas à leur imposer quoique ce soit. Il promeut le relativisme culturel. On cauchemarde,

là.

 

               Celui qui contrôle le verbe a la puissance. Sans doute faudrait-il que le Président Nicolas Sarkozy contrôle le verbe de ses discours ou plutôt ceux qui les écrivent car le vocabulaire est la clef de la victoire et avec ce genre de propos, la victoire n'est pas acquise.

 

               Soyons clair ! La France a sur son territoire plus de 10 millions de musulmans qui vivent dans une démocratie pratiquant la diversité. Sachant l’offensive qui est menée par les tenants d’un intégrisme islamique sur notre territoire, mais aussi partout en Europe, un intégrisme qui souhaite instaurer la charia, une des expressions de la diversité orientale, (voir les cooptes) il est difficile de faire un discours de bisounours même si c’est au nom du commerce franco-arabe.

               Certes, l'argent n'a pas d'odeur mais il reste encore des occidentaux qui savent ce que signifie la démocratie et la diversité.

Messieurs les auteurs des discours présidentiels, de grâce, arrêtez les dégâts !

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

muller marie-claire 24/11/2010 20:22



"Un coup de langue est parfois pire qu'un coup de lance!"et venant d'un élu ça peut avoir de graves conséquences et de la récup par ses ennemis et nos ennemis


Celui qui écrit les discours devrait le faire dans le but d'envoyer des messages d'espoir au peuple et de réhausser la politique qui n'est actuellement pas à  l'unisson avec les français!


NOUS PAYONS, NOUS ELISONS MAIS NOUS SOMMES TRAHIS!!!


 



roy 24/11/2010 16:41



J'ai bien du plaisr à lire vos articles. Il est évident que peu ou pas de Président de notre république aient été si direct avec peu de retenue dans leur language. C'est un handicap certain qui
le poursuit depuis son élection. Peut -on changer l'homme ?


J'en doute. A sa décharge peut de choses lui ont été épargnées et les médias ne sont pas en reste. Il est vrai que ce milieu aurait tendance à être plutot de gauche ce qui pourrait expliquer
celà. Les frasques du début de mandat n'ont pas arrangé les choses et poussés par derrière par la gauche ils s'en donne à coeur joie. Merci aussi pour vos poèmes C'est exellent. Avous lire