DEMOGRAPHIE-ECOLOGIE par Jean-Claude HERMANS

Publié le 4 Février 2011

DEMOGRAPHIE-ECOLOGIE

 

Ce texte n’a aucune connotation politique, il n’est ni de gauche, ni de droite, il est simplement 100% écologique.  Cela concerne simplement l’avenir de l’humanité.

 

La démographie est un sujet très important, peut-être le plus important de tous et pourtant on n’en parle jamais, ou exceptionnellement pour dire que la démographie se porte bien en France et que nous sommes les champions. Comme si la démographie était une chance et une richesse.

Historiquement parlant, la démographie était effectivement une richesse et une puissance pour les pays qui en bénéficiaient. La démographie autrefois signifiait puissance et nombre ce qui était un avantage pour envahir ou combattre ses voisins. C’est grâce à la démographie que les empires ont pu se constituer. Peu importe si la masse du peuple était dans la misère, il fallait du nombre.

On partait à la conquête des autres avec des milliers de soldats, on occupait ensuite ces territoires conquis avec des colons et ces pays étaient annexés.

Autrefois les bras étaient nécessaires, à la fois pour les armées et pour travailler la terre. Il fallait de la chair à canon et de la main-d’œuvre.

Il y a encore actuellement des personnes qui raisonnent ainsi, mais c’est indigne.

Il y a un siècle, la terre abritait un milliard d’habitants. Les océans regorgeaient de poissons, les forêts et les plaines de gibier. Dans les années 1680, le grand Dauphin, fils de Louis XIV, pouvait tirer 400 pièces de gibier dans son après-midi dans la plaine Saint-Denis avec un fusil d’époque. L’eau était claire et buvable partout. Déjà en 1900, certaines espèces étaient disparues ou proches de l’être, victimes de la chasse ou de la surpêche. Il y a un siècle on avait déjà éliminés les baleines du golf de Gascogne, l’esturgeon du Rhône, le loup de nos forêts, la loutre et le castor de nos rivières, l’ours et l’aigle de nos montagnes.  

Il y a plus de dix mille ans le mammouth a été exterminé par la chasse et pourtant il y avait peu d’hommes à cette époque, mais l’homme a toujours été bête et a tué et exploité sans réfléchir.

Le lion habitait le Magrehb, le Proche-Orient et l’Asie autrefois, le rhinocéros habitait l’Inde, partout dans le monde l’homme a fait disparaître des espèces et cela depuis toujours. Le dernier auroch a été tué en 1627 en Pologne.

Si autrefois les espèces mettaient des siècles pour disparaître, aujourd’hui, tout va plus vite et on assiste à une hécatombe.

Nos rivières étaient vivantes autrefois, les écrevisses y pullulaient, il y avait des milliers de moules perlières, des batraciens de toutes sortes, des cistudes et où sont-elles aujourd’hui ?

Aujourd’hui c’est de l’eau morte qui coule dans nos rivières. Encore quand elles ne sont pas asséchées par des pompages abusifs.

La campagne était vivante également, il y avait des campagnoles et des hannetons, des couleuvres et des lézards dans les champs. Aujourd’hui, les champs sont comme des terrains de football sans aucune vie.

Des milliers de veaux marins nageaient en Méditerrannée et des milliers de phoques sur nos côtes atlantiques, combien y-a-t-il de rescapés aujourd’hui ?

Toutes ces disparitions sont dues à la pollution ou l’exploitation, mais la cause première est la surpopulation humaine.

Nous serons bientôt sept milliards sur la terre et c’est trop pour notre petite planète qui à terme va en mourir. L’homme est la seule espèce qui produit des enfants sans se soucier s’ils auront de quoi manger ou pas. Dans la nature, les femelles ne reproduisent pas si les conditions ne sont pas bonnes. Elles reproduisent quand leur progéniture est à même de survivre.                                                                                                                     

L’homme lui se reproduit même dans les pires conditions, même quand il ne peut pas nourrir les enfants qu’il a dèjà, il en fait d’autres sans se poser de questions.

Aujourd’hui, le leit-motiv est le réchauffement de la planète. La planète se réchauffe dangereusement et cela nous inquiète. On cherche les causes de ce réchauffement, mais on ne parle jamais de la cause première, les sept milliards d’humains. On parle des gaz déchappement des voitures, des fumées d’usine, des chauffages d’habitations, mais il faut des voitures, des usines et des habitations pour sept milliards de personnes. Si la terre n’avait qu’un milliard d’habitants comme en 1900, il y aurait sept fois moins de voitures, d’usines et d’habitations et sept fois moins de gaz à effet de serre. Le réchauffement de la planète est un peu l’arbre qui cache la forêt, car n’oublions pas qu’il y a mille ans, les vikings ont colonisé le Groenland qu’ils ont appelé Pays vert. Il y a mille ans, la terre était donc plus chaude qu’aujourd’hui et probablement que les glaciers des Alpes n’étaient pas là il y a mille ans. Mais il y a mille ans, la terre était peu peuplée et la diversité biologique était intacte. Aujourd’hui, la terre se réchauffe, mais ce qui est beaucoup plus grave, c’est la disparition des espèces et des biotopes naturels et ça ce n’est pas dû au réchauffement, mais au surpeuplement.

Aujourd’hui, la situation est devenue catastrophique et il faut impérativement stopper la croissance humaine. Nous avons atteint un seuil critique et il ne faut plus augmenter la population humaine et si nous pouvons la diminuer ce serait encore mieux.

Le dépeuplement des océans est dû à la surpopulation humaine, les océans peuvent fournir du poisson pour un certain nombre de mangeurs de poissons, mais si ce nombre est dépassé, ils ne peuvent plus fournir et aujourd’hui, ce nombre est dépassé. Combien de tonnes de morues pêchaient-on autrefois à Terre-Neuve, des milliers de tonnes chaque année et cela pendant presque cinq siècles et aujourd’hui, il n’y a plus une morue à Terre-Neuve. Preuve que même lorsque cela paraît inépuisable, c’est en fait épuisable. Aujourd’hui, c’est le thon qui va finir comme la morue de Terre-Neuve.

La déforestation est dûe à l’accroissement de la population, il faut défricher et supprimer les forêts pour donner des terres agricoles à tous ces nouveaux paysans sans terre.

De tous les pays, seule la Chine a pris la décision intelligente de l’enfant unique. Le pays avait déjà une telle surpopulation qu’il n’y avait pas d’autres alternatives. Beaucoup d’autres pays ont une surpopulation qui nécessiterait la même politique de l’enfant unique, mais aucun dirigeant n’a le courage de faire cette politique, qui est pourtant la seule intelligente et nécessaire à notre survie. Ne croyez pas que je sois un admirateur de la politique chinoise, la Chine est un pays totalitaire et impérialiste, mais pour ce qui concerne la démographie, ils ont eu raison et sans cette politique, la Chine aurait aujourd’hui 300 millions d’habitants de plus. Il est intéressant de noter que malgré cette politique de l’enfant unique, la Chine est le pays qui a la plus forte croissance économique du monde, preuve que ce n’est pas la démographie qui fait la croissance économique.

Il y a évidemment un problème religieux concernant la démographie, car Dieu a dit : Croissez et multipliez.  A l’époque de la Bible, cela ne posait pas de problème, on pouvait croître et multiplier, la terre était peu habitée et il y avait une forte mortalité infantile. Aujourd’hui, les gens religieux continuent à faire des grandes familles pour plaire à Dieu, sans réfléchir aux conséquences que cela a sur la planète.

Il y a toujours eu une forte démographie, les femmes avaient beaucoup d’enfants autrefois, mais beaucoup mourraient dans le jeune âge. Aujourd’hui, fort heureusement, il n’y a plus de mortalité infantile dans tous les pays du monde, car l’Occident a apportait sa médecine dans le monde entier, mais les femmes continuent à faire des enfants comme au temps où il y avait une forte mortalité infantile et cela fait des familles énormes, qui ne peuvent pas se nourrir.

Dans le monde entier les ONG apportent de l’alimentation aux démunis et les soignent, mais ce qui est curieux, c’est que ces ONG ne pratiquent jamais aucune stérilisation, cela est tabou. Il me semble qu’une femme africaine qui a déjà une très nombreuse famille, ce serait lui venir en aide que de la stériliser et non pas une mutilation.

Il y a un tabou qui doit être probablement d’origine religieuse, mais jamais on ne parle de la surpopulation humaine, on fait comme s’il n’y avait pas de problème

Claude Lévy-Strauss qui était regardé comme le grand penseur du 20e siècle l’a clairement exprimé. Il a clairement dit que la surpopulation humaine était une catastrophe pour l’avenir de l’humanité, et il avait raison.

En Europe et dans les pays occidentaux, il faudrait demander aux familles de n’avoir que deux enfants. De ne donner des allocations familiales que pour les deux premiers enfants et ne rien donner pour les suivants. Et dans beaucoup de pays du tiers monde où la situation est beaucoup plus critique, c’est malheureusement l’enfant unique qu’il faut préconiser.

Nous aurons un siècle difficile à passer, où la population sera très vieillissante, mais après un siècle la situation sera bien meilleure qu’aujourd’hui et c’est donc à nos descendants que nous devons penser.

Il ne faut plus donner d’avantages pour la retraite aux dames fonctionnaires qui ont eu trois enfants, il faut cesser tout encouragement à la démographie.

Il y a 25 ans la France comptait dix millions d’habitants de moins. Dix millions en 25 ans et on s’étonne de la disparition des terres agricoles ? Mais il faut bien les loger ces dix millions et comment faire sans construire sur des terres agricoles ou des terres inondables ?  Plus ça ira et moins il y aura de terres agricoles et plus il y aura de bouches à nourrir, c’est donc un paradoxe.

Si nous nous soucions d’écologie, commençons par nous occuper de la surpopulation humaine. C’est curieux car les médias parlent de surpêche, de surexploitation, mais jamais de surpopulation et c’est pourtant la même chose.

Il y a cinquante ans, un laboureur avec une paire de chevaux arrivait à labourer 50 ares dans une dure journée de labeur. Aujourd’hui, ce même laboureur peut tirer une charrue de seize socs et laboure 7,5 hectares en une heure. Si on compte en mètre carré, cela faisait 5 000M2 par jour autrefois (pour une journée de dix heures) et aujourd’hui 750 000  soit exactement  150 fois plus. Un paysan d’aujourd’hui remplace 150 paysans d’autrefois. On a du mal à l’imaginer, mais c’est la vérité et on comprend pourquoi on n’a absolument plus besoin de main d’œuvre dans nos campagnes.

Aujourd’hui, un grutier perché en haut de sa grue géante peut décharger seul un super porte-conteneurs en sept heures. Il y a quarante ans, le déchargement  d’un paquebot nécessitait 30 dockers pendant une semaine.

Partout, la technique et les robots ont remplacé la main d’œuvre et il est bien évident qu’il est devenu impossible de donner du travail à tout le monde. Plus la démographie est importante, plus il y a de chômeurs.

Avec des familles de deux enfants, cela signifie qu’il faut maintenir le même nombre d’emplois à chaque génération. Avec des familles de quatre enfants, cela signifie qu’il faut doubler le nombre des emplois à chaque génération. Avec des familles de 5, 6 ou 7 enfants, vous comprenez qu’il est impossible de multiplier ainsi les emplois et vous comprenez pourquoi dans certains pays il y a 40 ou 50 % de chômeurs. C’est pourtant la logique même, mais curieusement cela échappe aux médias et aux décideurs politiques. Dans tous ces pays avec 40% de chômeurs, vous entendrez toujours dire que c’est la faute des banques, du capitalisme, des voisins ou autres, jamais on dira que lorsque toutes les familles ont 10, 12 ou plus d’enfants, il est un peu inévitable d’avoir 40% de chômeurs.

Evidemment, il y a toujours la théorie des jeunes qui paient la retraite pour les vieux. Les jeunes travaillent pour payer la retraite des vieux, plus il y a de jeunes, plus il est facile de payer les retraites. Cette théorie a sévi pendant des décennies et de nos jours, certains y croient encore. Qu’en est-il réellement ? Les jeunes restent maintenant très longtemps à l’école et ne commencent à travailler que très tardivement. Ceux qui n’étudient pas, sont au chômage. En fait, non seulement, les jeunes ne paient plus la retraite des vieux, mais sont à la charge des vieux. Les valeurs ont été inversées. De nos jours, il est complètement illusoire de penser qu’une démographie importante est utile pour la retraite des vieux. Non seulement, cela ne paie pas la retraite des vieux, mais en plus c’est une charge pour la société et une calamité pour la planète.

Les caisses de retraite sont au bord de la faillite avec un déficit astronomique. Pourtant nous avons eu des millions de naissances depuis 25 ans. Puisque nous sommes dix millions de plus malgré 13 millions de décès. Donc, si la théorie était bonne, avec ces  millions, nous ne devrions pas avoir de problème de retraite, et pourtant si, et cela prouve bien que le principe d’avoir des jeunes pour payer les retraites ne fonctionne pas et qu’au contraire, il faut absolument faire baisser la démographie si nous voulons un pays vivable. Un pays où il reste encore des espaces verts, des forêts, des terres agricoles et des poissons dans les mers et les rivières.  

Le pays le plus riche d’Europe est le Luxembourg et c’est également le moins peuplé, preuve que ce n’est pas la démographie qui fait la richesse des pays, mais il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir, et certains continueront à dire que la démographie est une nécessité

On ne peut pas parler de la faim dans le monde sans parler de la surpopulation, et pourtant, si, on parle de la faim dans le monde sans jamais prononcé le mot surpopulation qui est tabou. C’est la démographie qui a ruiné Haïti, le Bengla Desh et beaucoup d’autres pays.

Des millions d’émigrés sont venus en Europe depuis trente ans, tous poussés par la démographie de leur pays d’origine. Des pays où l’on fait des familles très nombreuses que le pays est incapable d’assumer et dont la seule issue est d’aller en Europe. C’est l’Europe qui doit assumer la démographie galopante d’Afrique et d’Asie avec difficulté.

On nous présente souvent des pays comme étant des pays jeunes, sous entendu, quelle chance ils ont d’être jeunes !  Encore hier, on nous a présenté  l’Afrique du Sud comme un pays jeune dont 70 % de la population a moins de 30 ans avec 40 % de chômeurs. Et on nous présente ça comme une chance, quelle chance d’être jeune et dans la misère. Il vaut mieux un pays vieux sans chômeur et sans misère qu’un pays jeune dans la misère. Même dans un pays vieux, il y aura toujours assez de jeunes pour faire fonctionner le pays à une époque où tout est automatique. Mais dans la mentalité héritée d’autrefois, un pays jeune avec une forte démographie est encore présenté comme une chance et une richesse alors que pas du tout, c’est à la fois la misère pour ces jeunes et une catastrophe pour l’environnement. Il faut absolument faire changer les mentalités.

On fabrique industriellement en France des galettes à base de lait et de cacahuètes pour nourrir les affamés d’Afrique. On dépense des millions d’euros. On fait tout ce que l’on peut pour combattre les effets de la misère, mais on ne fait rien pour combattre les causes de la misère et jamais un mot sur la régulation des naissances. C’est absurde et totalement inefficace et ça ne règle rien pour l’avenir.

On parle de la démographie comme d’une fatalité naturelle et normale. On dit que l’on devra nourrir un jour deux milliards de plus d’humains, mais on ne parle jamais de comment faire pour éviter ces deux milliards. Vous avez une baignoire qui déborde et vous vous demandez comment faire pour éponger, mais jamais vous songer à fermer le robinet, ce qui est pourtant la chose la plus logique.

Il serait temps que les médias qui formatent l’opinion publique, commencent à aborder le sujet de la surpopulation planétaire et que les gens prennent conscience qu’il est maintenant important de ne faire que des petites familles. Tant pis, je sais, c’est agréable d’avoir une ribambelle de mioches quand on aime les enfants, mais c’est un luxe que l’on ne peut plus se permettre dans l’intérêt même de ces enfants.

 

Jean-Claude HERMANS

 

jc.hermans@free.fr 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

économie et démographie 05/07/2011 20:34



Dans le même genre il y a l'idée fumeuse d'économistes qui souhaitent régler les problèmes en faisant exploser la démographie:


http://www.spac-actuaires.fr/publications/2011-05-05-retraites-et-demographie.html


On croit rêver...



richa83 04/02/2011 12:51



Enfin quelqu'un de logique!!